toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Interview de Pierre Rehov à l’occasion de la sortie de son roman « Tu seras si jolie… »


Interview de Pierre Rehov à l’occasion de la sortie de son roman « Tu seras si jolie… »

Interview de Pierre Rehov à l’occasion de la sortie de son roman « Tu seras si jolie... »

Interview réalisé par Jean-Marc Moskowicz

Europe Israël – Pierre Rehov, nous avons l’habitude de parler dans ces pages de vos documentaires, mais c’est la première fois que nous évoquons un de vos romans. Ecrire, est-ce pour vous  l’expression d’une activité régulière, ou d’un passe temps ?

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Pierre Rehov – Assez curieusement, quand des inconnus me demandent ce que je fais dans la vie, je réponds systématiquement que je suis écrivain. Ce serait plutôt la réalisation de documentaires en zone de guerre que je considérerais, sinon comme un passe temps, du moins comme une activité secondaire. Il faut savoir qu’avant mon engagement dans le conflit du Moyen Orient, a partir de la fausse mort de Mohammad Al Durah dont la mise en scène m’a révolté et provoqué mon engagement, j’étais avant tout un homme de plume. Dans les années 80 j’ai publié près d’une trentaine de romans, sous divers pseudonymes, et j’étais même un « nègre littéraire » assez côté pour « aider » des signatures célèbres en panne d’écriture. Mes activités, à cette époque, m’on aussi conduit à créer un petit groupe de presse et c’est à travers le succès de cette entreprise que j’ai pu lancer le magazine Contre Champs, qui a été le premier support pour mes documentaires. Si la production et la réalisation sont des activités fascinantes, quoique risquées dans mon domaine, l’écriture a toujours été et restera ma première passion.

Europe Israël – Le documentaire que vous avez diffusé en deux parties à partir du mois de mars de cette année pour contrer l’effroyable propagande anti-Israélienne concernant les émeutes de Gaza semble avoir fait beaucoup de bruit sur le plan international. Comment expliquez-vous un tel succès ?

Pierre Rehov – Mes documentaires sont des gouttes d’eau clair dans l’océan nauséabond de la désinformation pro-Arabe. Quand on connaît bien l’histoire de la région, comment l’OLP fut créée par le KGB et le peuple dit « Palestinien » inventé et promu au même moment, on s’aperçoit assez vite que cette gangrène s’est répandue à la vitesse de la lumière dans les milieux dits humanistes, et dans les mouvements de gauche qui n’ont jamais accouché d’aucun projet viable ni décent et ont fait de la dite cause « Palestinienne » le fer de lance de leur idéologie. Sachant qu’une grande partie des professeurs d’école de journalisme sont de gauche ou d’extrême gauche et que, par ailleurs, la France a désormais plus de 15% de sa population issue des pays arabo-musulmans, il va sans dire qu’il s’est formé une coalition de fait entre politiques, qui ont besoin de cet électorat, et représentants des médias, qui ont volontairement oublié le contexte historique du conflit. En gros, les trois quarts des informations qui parviennent en Europe concernant le conflit sont, au mieux, sorties des leur contexte, au pire, comme c’est souvent le cas, basées sur des déclarations non vérifiées des terroristes qui dirigent Gaza et des dirigeants corrompus qui maintiennent les Arabes de Judée Samarie dans une misère organisée. Tout ceci pour répondre plus directement à votre question. Mes documentaires sont factuels. Les images sont prises sur le terrain, par mes équipes ou moi-même, et donc incontestables même pour les plus virulents antisionistes. Mon documentaire « Derrière le rideau de fumée » a fait l’objet de deux articles dans le Jérusalem Post, puis été repris par SputnikNews, avec ses 67 millions de visiteurs/mois. A partir de là, l’information a fait  tache d’huile, des dizaines de sites d’information s’en sont emparé et la vidéo a été traduite en 6 ou 7 langues. A ce jour nous ignorons combien de millions de personnes l’ont vue. J’ai cessé de compter à partir de 3 millions.

Europe Israël – En effet, c’est énorme. Cette vidéo, que nos lecteurs pourront découvrir en fin d’article, a fin un bien énorme à l’image d’Israël car, en effet, les images sont incontournables. Mais revenons à votre roman. Parlez-nous un peu de « Tu seras si jolie… » dont le thème fait appel à vos connaissances de terrain pour nous aider à comprendre la psychologie de la radicalisation. L’histoire se passe en France, cela vous éloigne un peu de vos champs d’action habituels.

Pierre Rehov – Comme je vous l’ai dit, je distingue mes deux activités. Celle d’écrivain-romancier, libre d’évoquer tout sujet au moment où il m’intéresse et de situer l’action où il me semble bon d’aller, et celle de réalisateur de documentaires, avec un agenda bien précis. « Tu seras si jolie… » est le second roman que je publie sous le pseudonyme de Pierre Rehov, alors que c’est le 33 ème que j’ai eu le plaisir de voir accepté par une grande maison d’édition. Il m’est arrivé de parler de mafia, de tueurs en série, de réincarnation, d’armée privée fondée pour lutter contre le terrorisme, de cinéma… Chaque livre que j’écris aborde un thème différent car c’est ainsi que je fonctionne. Tout m’intéresse mais je suis paresseux. L’écrire de romans sur des sujets qui me fascinent est la meilleure façon que j’ai trouvée de me forcer à faire des recherches dans ces domaines. Il est vrai que l’action des mes romans, par le passé, se situait beaucoup aux USA, où j’ai longtemps vécu, et qui reste l’un de mes pays préférés. Mais je ne pouvais pas laisser passer les attentats du Bataclan, de l’Hyper Casher ou encore de Nice, sans tenter d’explorer le terrorisme à la française, qui n’est d’ailleurs pas éloigné du terrorisme palestinien, malgré la volonté des médias français de nous faire avaler des couleuvres en distinguant les deux. Comme si le Hamas valait mieux que Daesh quand un salopard entre dans une implantation pour égorger une jeune-fille dans son sommeil, ou incendie des centaines d’hectares en Israël pour le seul plaisir de détruire… Je me suis donc intéressé à un jeune homme un peu paumé, mais issu d’une famille d’immigrants de troisième génération, bien intégrés, charmants et totalement inoffensifs. La question à laquelle j’ai voulu répondre était : comment, pourquoi, devient-on un terroriste, quand on a la chance de vivre dans le monde occidental, terre de liberté, de respect de l’homme, de l’égalité des sexes… Et boum ! Les derniers mots sont justement ceux qui ne collent pas. Il est impossible, pour un islamiste, de concevoir une telle égalité. Qu’on veuille la lui imposer, et c’est carrément à son éthos que l’on s’attaque.

Europe Israël – Vous décrivez « Tu seras si jolie… » comme un roman féministe, politiquement incorrect. Pouvez-vous développer ?

Pierre Rehov – On ne peut écrire de roman qu’en transcendant son expérience personnelle. Si l’on me demande quelles sont, parmi mes activités, celles qui m’ont le plus marqué, je réponds sans hésiter l’édition d’un magazine de santé et de beauté que j’ai créé en 2006, et mes reportages sur la psychopathologie des terroristes-suicide, domaine dans lequel je suis considéré, à tort ou à raison, comme un expert. Il faut dire qu’à Gaza, en Judée Samarie et en Irak, où j’ai suivi l’armée américaine en 2008, j’ai eu l’opportunité de converser avec plusieurs douzaines de membres du Hamas, de la Djihad Islamique ou d’Al Qaida. Cela m’a ouvert les yeux sur l’invraisemblable degré de frustration sexuelle de ces terroristes potentiels ou emprisonnés, tous genres et âges confondus, et de l’immense misogynie, assortie de peur de la femme et de rejet de leur propre désir et donc de leur chair, des criminels de sexe masculin. Cela m’a permis de développer une approche freudienne de leur comportement, à partir du « sacrifice d’Eros à Thanatos » que l’on retrouve au fondement de toutes les religions, mais qui atteint un niveau dépassant la simple névrose dans la culture islamiste. Au delà des motivations politiques, qui ne sont qu’une instrumentalisation de ces faiblesses humaines entretenues et développées par des systèmes odieusement cyniques, on retrouve la phobie de l’attirance physique et celle de la femme en tant que tentatrice, capable de détourner le croyant de sa nécessaire spiritualité et donc de l’envoyer un enfer par le simple réveil de son désir. Ces deux « cordes à mon arc » si je puis m’exprimer ainsi, m’ont aidé à créer cette histoire, dans laquelle une jeune femme au physique quelconque se transforme en canon de beauté grâce à une émission de télé-réalité, tandis que son petit voisin, issu de l’immigration, se radicalise progressivement, avant tout par pure misogynie. Le message que je tente de faire passer est assez simple, même s’il résulte d’années d’expérience sur le terrain : et si le statut de la femme dans nos sociétés était l’une des causes profondes du choc entre civilisation occidentale et islamisme ? Mais attention, il ne s’agit pas d’un livre rébarbatif, bourré d’informations dures à digérer. « Tu seras si jolie… » est un roman léger, dans lequel j’ai voulu mettre beaucoup d’humour tout en présentant des faits et des éléments de réflexions. Les premières critiques me laissent penser que j’ai atteint mon but, car les femmes, lectrices bien plus assidues que les hommes, du moins en France, ont l’air d’énormément l’apprécier.

Learn Hebrew online

Europe Israël – Un dernier mot pour évoquer ce que vous espérez accomplir avec ce roman ?

Pierre Rehov – Le roman est une forme très digeste d’information, dès lors que l’auteur a pris la peine de s’instruire abondamment sur son sujet. Ce qui se conçoit clairement s’explique simplement. J’ai donc, comme toujours, un petit message à faire passer. Notre société a ses excès. Publicité à outrance. Image superficielle de la femme. Consumérisme effréné. Ce sont les dommages collatéraux d’une civilisation capitaliste libre à volonté égalitaire. En revanche, la femme est traitée de façon abominable dans la société islamiste. On en parle, mais à mon sens pas suffisamment. Et lorsqu’un islamiste dénonce l’apparence outrancière des femmes voulant se conformer aux modèles qui lui sont proposés par les médias – femmes aux corps parfaits, aux visages de rêve, à moitié dénudées – cela nous apparaît comme un détail, tandis que le voile, la burka, l’enfermement de la femme, son absence de droits, la lapidation et autres excès de ces sociétés là nous révulsent à juste titre. Mais justement. Ce n’est pas un détail. J’ai voulu me mettre dans le peau d’un salafiste qui, à longueur de journée se sent agressé visuellement par son environnement dans une société qui l’a pourtant accueilli et lui permet de vivre infiniment mieux que dans le pays dont il est issu. Alors pourquoi se radicaliser jusqu’à l’acte criminel, parfois accompagné d’un suicide ? Il y a, certes, le lavage de cerveau au nom du religieux, qui est un facteur prédominant sous l’Islam. Mais de la même manière qu’on ne nait pas forcément tueur en série, il faut tout un processus pour fabriquer un terroriste suicide. J’ai appris les points communs entre ces deux formes de criminels. Et j’ai voulu le faire comprendre pour dire, une bonne fois pour toutes, et même le crier : non, nous ne sommes pas responsables de ce que ces psychopathes fabriqués par un système nous font subir. Il faut remonter à la source de leur disfonctionnement pervers et cesser de leur trouver des excuses.

© Interview réalisé par Jean-Marc Moskowicz pour Europe Israël News

« Tu seras si jolie… » Editions Belfond.

voir le dernier documentaire de Pierre Rehov « Derrière le rideau de fumée » ici : https://www.youtube.com/watch?v=PT3kGtyzHUY

*En achetant les livres ou DVD de Pierre Rehov en cliquant sur les images ci-dessous, vous aiderez Europe Israël qui recevra une commission de 5%







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Interview de Pierre Rehov à l’occasion de la sortie de son roman « Tu seras si jolie… »

    1. Salmon

      J avais écouter une interview de Rehov sur son livre à la radio
      D après ce qu il disait c était basé sur des rencontres réelles
      On va voir

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *