toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Turquie islamiste distribue des aides alimentaires en Algérie, au Sénégal et en Éthiopie


La Turquie islamiste distribue des aides alimentaires en Algérie, au Sénégal et en Éthiopie

A un moment où l’islamisme gagne du terrain dans le Sahel et au Maghreb, les islamistes turcs profitent du mois de ramadan pour distribuer des colis alimentaires dans plusieurs  pays musulmans. Ankara n’hésite pas à faire appel à divers réseaux pour séduire les musulmans.

L’Agence de coopération et de coordination TIKA a fait savoir dans un communiqué qu’elle avait distribué des denrées alimentaires pour 840 familles vivant dans des conditions difficiles en Algérie. Le Croissant-Rouge turc a offert des aides à des centaines de personnes dans la ville de Thiès, au Sénégal. A l’occasion du mois saint de Ramadan, la Fondation Diyanet de Turquie (TDV) a distribué aussi des aides alimentaires à 2500 familles du district d’Afar en Éthiopie.

En Algérie l’aide a été effectuée dans 4 villes, dont la capitale Alger, Blida, Medea et Bejaia, et 6 régions du pays. Elle visait surtout les familles islamistes.

Par ailleurs, des aides ont également été distribuées au Sénégal.Le Croissant-Rouge turc a offert des aides à Thiès, à 60 kilomètres à l’ouest de la capitale sénégalaise, Dakar. Dans un discours prononcé pour l’occasion, le maire sénégalais a adressé ses remerciements à la Turquie et au Croissant-Rouge turc pour l’aide prodiguée à son pays durant près de deux ans.

A l’occasion du mois saint de Ramadan, la Fondation Diyanet de Turquie (TDV) a distribué des aides alimentaires  dans la ville d’Assayta, située à proximité des camps des réfugiés d’Afar en Éthiopie.

Dans une déclaration accordée à Anadolu, le président du projet du TDV, Yüksel Sezgin, a indiqué que « depuis 10, les équipes de la Fondation Diyanet fournissent des aides en faveur des personnes nécessiteuses en Éthiopie ».

« Nous sommes redevables aux musulmans de l’Éthiopie par respect au Négus, roi d’Abyssinie, Ashama ibn Abjar« , a-t-il précisé.

Sezgin a, également, fait savoir que la TDV distribuerait environ 50 tonnes d’aides alimentaires provenant de dons faits par des citoyens turcs.

« Notre objectif est de faire partager la joie à l’occasion du mois saint de Ramadan. Voir le bonheur sur les visages des musulmans nous apporte la fierté« , a-t-il conclu.

Learn Hebrew online

La Fondation Diyanet prévoit de distribuer des colis alimentaires à plus de 90 mille familles dans 84 pays et 326 districts dans le cadre d’une campagne lancée à l’occasion de Ramadan.

La Turquie et  l’organisation de l’Etat islamique (EI).

La Turquie d’Erdogan, plaque tournante du terrorisme régional a accueilli des milles de terroristes dans le centre d’entraînement militaire de Hirfanli à Kırşehir à partir entre 2012 et 2016 et tamponne les passeports des candidats au djihad en transit ; des milliers de passeports libyens, tchéchènes, turcs, marocains, tunisiens, belges et français portant le tampon de l’Etat turc ont été retrouvés dans les zones de combat.

En 2014, la chaine allemande Deutsche Welle (DW) était  le premier grand média occidental à admettre que ce qu’on appelle l’EIIL (ou ISIS, ou encore Islamic State) est alimenté, non pas par le marché noir du pétrole, ou par les prises d’otage avec rançons, mais par des approvisionnements et du matériel pour plusieurs milliards de dollars, transportés quotidiennement par camion jusqu’en Syrie à travers la frontière avec la Turquie, pays membre de l’OTAN.

Le reportage qui s’intitule ‘IS’ supply channels through Turkey ( » Les circuits d’approvisionnement de l’EIIL viennent de Turquie ») confirme ce qui avait été rapporté par plusieurs analystes politiques dès 2011, à savoir que la Turquie, bien que membre de l’OTAN, permet le passage d’énormes quantités de fournitures, d’armes et de combattants à travers sa frontière avec la Syrie à destination des positions tenues par l’EIIL.

L’organisation de l’Etat islamique a deux gros avantages aux yeux d’Ankara: c’est une force qui s’oppose à Bachar el-Assad –dont la chute est une priorité pour le gouvernement turc– et elle cible les Kurdes syriens du Parti de l’union démocratique (PYD), dont Ankara veut, autre priorité, stopper la marche vers l’autonomie de crainte que celle-ci serve de base arrière aux Kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, en guerre contre le pouvoir turc depuis 1984).

C’est ce qui explique que, depuis 2012, la Turquie a participé à l’essor de l’organisation de l’Etat islamique (EI) et qu’elle a fermé les yeux sur ces milliers de candidats djihadistes transitant par son territoire pour se rendre en Syrie.  La frontière turco-syrienne, une passoire

Atteint d’un délire mégalomaniaque dont son nouveau palais extravagant et démesuré est le symbole, le sultan Erdogan Le Maléfique aspire aujourd’hui au  nettoyage ethnique de tous les Kurdes, qu’ils soient du PKK ou du PYD, dans le Nord et l’Est de la Syrie en vue de s’emparer des ressources gazières et pétrolières et de faire main-basse sur Alep, étendant son appétit insatiable jusqu’en Afrique.

Les velléités d’Erdogan d’asseoir son leadership dans la région sont compromises par sa position pour le moins ambiguë qu’il s’obstine à afficher dans les conflits en cours en attisant les tendances à la violence et à la guerre et en n’hésitant pas à aider des groupes terroristes sunnites.

La Turquie, dont le Parti de la justice et du développement au pouvoir est très proche des Frères musulmans égyptiens, continue de suivre de près la situation en Afrique.

En février dernier, Recep Tayyip Erdogan, le président de la Turquie a entamé un tournée  en Algérie, en Mauritanie, au Sénégal et au Mali. Cette  tournée en Afrique est intervenue  juste après la tenue, les 22 et 23 février  2018 à Istanbul, du premier Forum économique entre la Turquie et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Il est à rappeler qu’à ce jour plus d’un millier d’entreprises turques opèrent en Afrique et dont l’influence, ces dernières années, a connu un développement sans précédent et dans presque tous les domaines tels que infrastructures, agro-business, industrie, énergie, services, éducation…).

Cette dynamique s’est d’ailleurs accompagnée d’une expansion des investissements turcs en Afrique avec des échanges entre la Turquie qui sont passés de moins de 100 millions de dollars dans les années 200 à plus de 20 milliards actuellement.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *