toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Avignon : des affiches de l’hebdomadaire Le Point retirées des kiosques par des partisans de Erdogan


[Vidéo] Avignon : des affiches de l’hebdomadaire Le Point retirées des kiosques par des partisans de Erdogan

Plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent des pro-Erdogan exigeant le retrait de la couverture qui décrit le président turc comme un «dictateur». Un kiosque, situé près d’Avignon, a été placé sous surveillance policière.

La dernière une du Point a attisé la colère vendredi au Pontet dans le Vaucluse. Une dizaine d’hommes ont exigé le retrait de la couverture grand format présente dans un kiosque à journaux du centre-ville. L’affiche de l’hebdomadaire annonce une enquête sur le président turc Recep Tayyip Erdogan avec pour titre: «Le dictateur». «Après une semaine de harcèlement, d’insultes, d’intimidation, d’injures antisémites et de menaces à notre attention sur les réseaux sociaux, voici venu le moment où les sympathisants (du parti du président turc) AKP s’attaquent aux symboles de la liberté d’expression et de la pluralité de la presse», a dénoncé Le Point dans un article paru sur son site internet.

Des individus vraisemblablement partisans de Erdogan se sont rassemblés autour du kiosque et ont proféré des menaces à l’égard du kiosquier et de son épouse. «Le matin, je me suis fait interpeller par un passant qui me demandait si je n’avais pas honte d’afficher ça sur mon kiosque. Puis d’autres, majoritairement turcs, sont venus. Ça râlait au café d’en face. Il a fallu que j’explique que nous, kiosquiers, n’avions ni écrit les articles ni choisi d’afficher la une du Point sur le kiosque», explique le commerçant au Point. «Il y avait de plus en plus de monde, de la police et des jeunes qui menaçaient de mettre le feu au kiosque. J’ai fini par appeler Médiakiosk pour qu’ils viennent retirer l’affiche», raconte Julie, l’épouse du kiosquier.

Menacé également, l’agent de Médiakiosk, filiale de l’entreprise JCDecaux, n’a eu d’autre choix que d’obéir et de retirer la couverture. Joris Hebrard, le maire du Pontet, a jugé l’incident «inacceptable». Il a par ailleurs demandé au directeur régional de JCDecaux de venir replacer l’affiche. «On ne transige pas avec la liberté d’expression en France et encore moins au Pontet», a-t-il affirmé.

Plusieurs vidéos ont été publiées sur les réseaux sociaux dans la soirée de vendredi à samedi. «Ce qui est inouï c’est que ces personnes s’en vantent. L’arrogance des défenseurs d’Erdogan est dingue. En Turquie, il y a une centaine de journalistes emprisonnés. S’ils pensent qu’ils peuvent faire ça en France, ils se trompent», s’indigne Étienne Gernelle, le directeur du Point, qui s’interroge sur l’éventualité d’une action en justice.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “[Vidéo] Avignon : des affiches de l’hebdomadaire Le Point retirées des kiosques par des partisans de Erdogan

    1. Rosa SAHSAN

      Jusqu’à quand allons-nous supporter qu’Erdogan le dictateur vienne faire sa
      loi chez nous.Il emmerde déjà les,juifs d’Istamboul (ma famille y vit encore)
      Cela ne lui suffit pas?
      ROSA

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    98 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap