toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Sanctions : l’Iran n’a de choix que de déclarer la guerre aux USA et à l’Europe


Sanctions : l’Iran n’a de choix que de déclarer la guerre aux USA et à l’Europe

Le 21 mai, le secrétaire américain Mike Pompeo a menacé l’Iran que s’il ne répondait pas à 12 conditions, la République islamique ferait face à une “pression financière sans précédent”. Dans un discours prononcé à l’Institut Heritage, il a présenté une politique exceptionnellement sévère, première conséquence de la sortie américaine de l’accord nucléaire de 2015.

Les conditions posées par les USA ont mis fin aux efforts européens pour sauver l’accord en persuadant l’Iran de renégocier ses termes, efforts qui ont été menés par le président français Emmanuel Macron. Pompeo a précisé que les améliorations ou les amendements à l’accord initial qui, selon lui, «mettaient le monde en danger à cause de ses défauts», n’étaient plus sur la table des négociations. Au lieu de cela, il a mis devant Téhéran une longue liste de conditions qui représentent un ultimatum à respecter, sous peine de se voir imposer les “sanctions les plus sévères de toute l’histoire, dès qu’elles entreront en vigueur”, ajoutant que cette liste de sanctions ne feront que devenir de plus en plus douloureuses, si le régime ne change pas de fond en comble sa trajectoire”.

Quant aux relations d’affaires européennes avec Téhéran, Pompeo a précisé que des «sanctions punitives» seraient appliquées à ceux qui violent les sanctions américaines.

Pompeo a parlé d’une “pression financière sans précédent” sur l’Iran, qu’il a désigné comme le premier sponsor mondial du terrorisme. Il a prédit que la République Islamique “luttera pour maintenir son économie vivante” sous les sanctions et devra choisir entre maintenir son économie ou parrainer des groupes terroristes et insurgés comme le Hezbollah, le Hamas ou le Jihad Islamique, dans des pays comme le Liban, la Syrie, Irak et Yémen.

Les exigences majeures imposées par Pompeo à l’Iran sont les suivantes :

  • La transmission de toutes ses matières nucléaires actuellement à l’essai sur les applications militaires de son programme nucléaire, à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
  • Arrêt de toutes les activités d’enrichissement d’uranium.
  • Démantèlement des installations d’enrichissement et des réacteurs nucléaires.
  • Renoncer au développement des missiles balistiques.
  • Retrait des forces militaires de Syrie
  • Arrêt du soutien au Hezbollah, au Hamas palestinien et au Jihad islamique.
  • Retrait de son soutien à l’insurrection des Houthis au Yémen.
  • Abandon de ses menaces contre la navigation maritime de la mer Rouge.
  • Interruption de ses fournitures d’armes aux talibans en Afghanistan.
  • Mise d’un terme définitif aux menaces contre Israël et les pays du Golfe.

Pompeo a déclaré que si l’Iran procédait à des “changements majeurs”, les Etats-Unis seraient prêts à lever toutes les sanctions.

Retour sur les dates clées de ces derniers jours:

 

13 mai, Joe Kaeser le PDG de Siemens a déclaré que « son entreprise ne pourrait pas faire de nouvelles affaires en Iran après que le président Donald Trump ait décidé de renoncer à l’accord et de réimposer les sanctions américaines ».

Le 16 mai, le Département du Trésor américain met en liste noire Hassan Nasrallah, , son adjoint Naim Qassem et les commandants de l’organisation terroriste libanaise Hezbollah que l’Iran finance à hauteur de 700 millions de dollars par an ainsi la plupart des besoins militaires du Hamas à Gaza.

17 mai, l’armateur Maersk la t plus grande entreprise du Danemark, a rejoint la liste des entreprises qui se préparent à cesser de faire des affaires avec l’Iran.

Total annonce son intention de « mettre fin à toutes ses opérations liées au projet de développement du plus grand gisement de gaz naturel au monde (SP11) d’ici au 4 novembre »

18 mai, Isabelle Kocher, la PDG d’Engie, anciennement GDF Suez, le troisième plus grand groupe mondial dans le secteur de l’énergie, hors pétrole, annonce que le groupe « mettra fin à ses contrats d’ingénierie en Iran en novembre ».

La banque allemande, DZ Bank annonce qu’elle t suspendra ses transactions financières avec l’Iran en juillet .

 

Le 19 mai, Le chef du programme nucléaire iranien, a déclaré que « l’Union européenne lui avait promis de sauver l’accord nucléaire », menaçant que « L’Iran reprendrait son enrichissement d’uranium de 20 pour cent si les Européens ne parviennent pas à le maintenir en vie après le retrait de Washington »

Le 20 mai, Javad Zarif , le ministre des Affaires Etrangères iranien avait déclaré que « les engagements de l’Union européenne pour sauver l’accord nucléaire étaient insuffisants et que l’UE devait augmenter ses investissements en Iran. Le 13 mai, il avait fixé un délai aux Européens de 45 à 60 jours « pour donner les garanties nécessaires pour assurer les intérêts de l’Iran et compenser les dommages causés par la sortie des États-Unis ».

Les sources de DEBKAfile : L’ultimatum détaillé de Pompeo va être interprété à Téhéran comme une déclaration de guerre de l’Amérique contre la République Islamique d’Iran. La politique de «pression maximale» sur l’Iran n’était pas inattendue en vue des prochaines négociations nucléaires à venir, entre l’administration Trump et la Corée du Nord. Les sanctions sévères américaines sont également considérées comme bien intégrées aux assauts militaires continus d’Israël sur les sites militaires que l’Iran a établis en Syrie. Le régime de Téhéran va, sans aucun doute, violemment rejeter l’ultimatum de Pompeo et peut riposter en reprenant l’enrichissement de l’uranium en même temps que des mesures militaires. On pourrait dire que, le lundi 21 mai, les Etats-Unis sont partis en guerre contre l’Iran.

Adaptation : Marc Brzustowski et europe-israel





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Sanctions : l’Iran n’a de choix que de déclarer la guerre aux USA et à l’Europe

    1. Asher Cohen

      « compenser les dommages causés par la sortie des États-Unis »?
      Quelle obligation avaient les Etats-Unis d’aider l’iran?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *