toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Hezbollah remporte la majorité des sièges dans les zones des cultures de cannabis


Le Hezbollah remporte la majorité des sièges dans les zones des cultures de cannabis

Le Hezbollah vient de remporter une victoire historique aux législatives libanaises du 6 mai 2018. Au niveau national, la milice chiite vient de rafler un tiers des sièges et la « majorité de blocage ». Dans la région stratégique de Baalbeck-Hermel, du Nord-Est du Liban où les trafiquants du haschich prospèrent, il a 8 sièges sur 10. 

Les résultats préliminaires des élections législatives libanaises montrent que le mouvement terroriste  islamique libanais et ses alliés chiites ont collecté la majorité des voix sur diverses circonscriptions. Les Libanais se sont rendus dimanche 6 mai aux urnes.

 » Le taux de participation aux premières législatives libanaises en près d’une décennie, dimanche, a atteint 49,2% , » a indiqué le ministre de l’Intérieur, Nohad Machnouk.

Environ 600 candidats répartis en 77 listes étaient en lice, pour occuper 128 sièges au Parlement dans 15 circonscriptions et 7 000 bureaux de vote. Ces législatives libanaises ont été organisées pour la première fois selon un mode de scrutin proportionnel qui était très  favorable au Hezbollah.

Dans un rapport sur les résultats des élections législatives du 6 mai, les journaux libanais, ont souligné que  :  » La Résistance est sortie haut la main de ces élections et le Hezbollah a brisé toutes les prévisions. »

Selon ces sources le tandem chiite, composé du Hezbollah et du mouvement Amal dirigé par le président sortant de la Chambre, a remporté 26 des 27 sièges réservés aux chiites, ce qui lui confère une représentativité indiscutable de cette communauté.

Les partisans de la milice chiite ont renouvelé leurs allégeances au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah et au président du Parlement, Nabih Berri.

Les listes Amal et Wafa ont collecté la majorité des voix par rapport à l’année 2009, ce qui montre que le Hezbollah jouit d’un fort soutien populaire. La victoire de la milice  chiite émet également un message négatif  aux forces régionales  sunnites qui espéraient  une déconfiture pour le Hezbollah et ses alliés chiites.

Les résultats des élections législatives libanaises ont déchiffré la scène politique libanaise. La consolidation de la présence nationale du Hezbollah jouissant également du soutien iranien et des Gardiens de la Revolution qui ont mis au grand jour le statut de ce mouvement terroriste dans la société libanaise.

Learn Hebrew online

D’autre part, Nabih Berri a été reconduit à son poste en tant que président du Parlement. Mais la reconduction de Saad Hariri du Courant du futur (al-Moustaqbal) à la tête du cabinet reste dans un halo d’incertitude, ce qui signifie qu’il se peut que le processus de la mise sur pied du nouveau gouvernement soit allongé.

Le province de Baalbek-Hermel dans le nord-est du pays du Cèdre fait partie de l’une des circonscriptions très sensibles où  le Hezbollah et ses alliés ont déployé leurs efforts pour barrer la route au Courant du futur (al-Moustaqbal) et de ses alliés. Le Hezbollah avait peur de perdre ses champs de cannabis.

Le clan de la mafia chiite du cannabis bien implanté sur Baalbek-Hermel 

Le district de Baalbek-Hermel [plaine de la Beqaa] est le plus grand du pays avec 200 000 personnes sur une surface qui représente un peu plus du quart du pays [soit 2 800 km2]. Ici les trafics en tout genre sont supervisés par les officiers du Hezbollah.

Cette région périphérique du Liban reste associé aux cultures de cannabis et fief du Hezbollah. La Beqaa est le siège d’activités illicites plus ou moins masquées comme l’exploitation de carrières sauvages sur les pentes de l’Anti-Liban ou la culture de cannabis et de pavot.

Ici la frontière syrienne est à quelques kilomètres à peine, derrière les montagnes de l’Anti-Liban. Face à un État libanais encore plus inopérant qu’ailleurs dans ces régions rurales et délaissées de la Beqaa, c’est le Hezbollah qui assure logement, soins et services d’éducation pour ses membres.

Les trafiquants de haschich du Hezbollah prospèrent dans le Baalbeck-Hermel. Chaque année, ils défient les forces de l’ordre en cultivant le cannabis en se retranchant ­derrière des structures du Hezbollah et se ­protégeant par ses armes.

Des médias libanais estiment que l’image de Baalbek Hermel dans les médias est désastreuse parce que les éléments du parti de Dieu pratiquent le meurtre, protègent les trafiquants de drogue, enlèvent les gens et imposent les rançons.

L’érosion de la souveraineté libanaise liée aux interventions étrangères et la force du Hezbollah confèrent au pays du Cèdre un rôle international inédit de producteur de haschich et de plaque tournante du trafic de drogues dures. Les cultures illicites couvrent près de 100 000 ha et rapportent 200 à 150 millions de $ annuels à la région de Baalbek-Hermel.

 

Les bénéfices dégagés par le cannabis restent incomparables avec les maigres revenus tirés du tabac, de la pomme de terre, des céréales ou des vergers.  L’extension des cultures s’est faite à un rythme croissant, affectant désormais plusieurs zones de cultures.

Dans le village de Yammouneh, à quelques kilomètres de la ville de Baalbek, les membres du parti de Dieu cultivent le cannabis. Ce village qui était célèbre pour ses pommes rouges, les plus réputées du Proche-Orient avec celles des Druzes du Golan israélien, a été transformé en une terre de cannabis comme plusieurs villages chiites environnants.

L’année dernière, l’armée libanaise a tenté d’investir le village de Yammouneh pour y détruire les plants de cannabis qui ont, à la faveur du Hezbollah, recommencé à pousser partout, sur chaque champ disponible, au pied de chaque pommier, se déversant jusqu’au centre même du village.

Vendu à des intermédiaires grossistes de Baalbek, le cannabis n’est pas consommé sur place mais emprunte des circuits vers la Suisse, l’Allemagne et l’Égypte. La faiblesse actuelle de l’État libanais leur permet d’agrandir les cultures. Et d’inonder le marché européen.

Le Liban a vu la culture du cannabis et la production de haschich se développer au cours des dernières décennies malgré leur illégalité et le fait que le pays soit signataire des diverses conventions des Nations unies sur les stupéfiants et les substances psychotropes et de la Convention des Nations unies contre la criminalité transnationale organisée (2000). Quoi qu’il en soit, le cannabis occupe toujours de vastes superficies alors même que le contexte libanais est similaire grandement de celui de la production afghane d’opium ou même de celui de la coca en Colombie.

L’économie du cannabis a jusqu’à présent largement contribué à la fixation du Hezbollah mais aussi à la progression  de son rôle  tant miliaire que politique.

La Beqaa est un terrain privilégié de la stratégie de domination du Hezbollah. Elle s’opère au niveau politique et militaire : présence de troupes (15.000 à 20.000 miliciens selon les périodes) commandées depuis le sud de Beyrouth  (dès 1982) ; barrages routiers  tenus par le Hezbollah ; photos des membres postées à l’entrée de Chtaura et Baalbek ; portraits géants de Hassan Nasrallah accrochés dans certaines communes.

La Békaa est la caisse de résonance des luttes politiques internes libanaises. Les fanions, drapeaux et portraits de martyrs ou de leaders terroristes qui ornent poteaux et édifices traduisent la forte présence chiite. Ici la lutte d’influence met aux prises les partis politiques libanais, notamment les deux partis chiites, Amal et Hezbollah. Ces derniers agissent dans la Békaa au travers de fondations, de bureaux spécialisés (Jihad el Binaa pour le Hezbollah) ou d’organes publics qui viennent en aide aux déshérités et construisent puits, écoles religieuses, dispensaires.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *