toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La France pique une crise face aux sanctions US sur les entreprises européennes dans le marché iranien


La France pique une crise face aux sanctions US sur les entreprises européennes dans le marché iranien

Les États-Unis viennent de se retirer d’un accord qui permet aux entreprises françaises d’avoir une large présence sur le marché iranien, de créer des emplois en Iran, d’éviter la fermeture des usines dans la République islamique. Ce faisant, M. Donald Trump a mis fin aux exonérations pour les entreprises françaises sur ce marché. Certaines voix dont celle du ministre Bruno Le Maire exigent un retour à la « souveraineté économique en Europe »

Le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien implique également des sanctions pour les entreprises qui continueraient de commercer avec l’Iran. Plusieurs grands groupes français sont concernés, et Paris évoque  une intimidation «pas acceptable».

Plusieurs groupes français concernés par les mesures américaines.

Les entreprises françaises obligés  de suivre les consignes américaines… sinon les sanctions 

Le département du Trésor américain a annoncé la semaine dernière que les États-Unis allaient rétablir une large palette de sanctions concernant l’Iran à l’issue de périodes transitoires de 90 à 180 jours, conséquence directe du retrait américain de l’accord nucléaire iranien.

Les entreprises françaises qui y font des affaires vont donc devoir rapidement décider si elles restent présentes sur le marché iranien, fort de 80 millions de personnes et particulièrement dynamique. Le risque de continuer les affaires? Se voir interdire des débouchés aux États-Unis ou chez ses proches alliés, et payer le prix d’une insoumission.

Les annonces venues de l’Élysée et du quai d’Orsay donneront le la sur ce dossier majeur. Les premiers indices commencent d’ailleurs à conforter un soutien à la poursuite des relations économiques avec les mollahs. La décision américaine a été vivement critiquée en France par Bruno Le Maire, qui selon lui  il n’est «pas acceptable» que les États-Unis se placent en «gendarme économique de la planète», a ainsi affirmé le ministre français de l’Économie. «En deux ans, la France avait multiplié par trois son excédent commercial avec l’Iran», a-t-il poursuivi.

Les délais d’application des mesures punitives vont «poser des difficultés à toutes les entreprises européennes (..), des difficultés économiques considérables, mais plus important encore que le problème économique, c’est le problème de principe, d’avoir des sanctions extraterritoriales», a-t-il jugé.

Plusieurs groupes français concernés par les mesures américaines.

Learn Hebrew online

Peugeot et Citroën, l’alliance Renault-Nissan, Airbus, Total, Bouygues, Vinci, Orange figurent parmi les grands groupes ayant répondu présent lors de la réouverture des marchés iraniens.

Total se retirera-t-il du plus grand projet gazier du monde ?

Total se retirera d’un projet gazier de plusieurs milliards de dollars en Iran s’il ne peut obtenir une dérogation aux sanctions américaines, a déclaré mercredi 16 mai 2018  la compagnie française d’énergie.

Total a confirmé mercredi qu’il ne pourrait poursuivre son projet de développement du plus grand gisement de gaz naturel au monde, la phase 11 du projet Pars-Sud en Iran, qu’à la condition d’obtenir une dérogation le protégeant contre toute sanction « secondaire » de la part des États-Unis.

Total a signé un contrat en juillet 2017 pour développer la phase 11 du champ iranien Pars-Sud avec un investissement initial d’un milliard de dollars, devenant alors la première des majors pétrolières à signer un contrat en Iran depuis l’accord sur le nucléaire conclu en juillet 2015.

L’annonce par le groupe pétrolier français montre comment les entreprises européennes commencent à céder devant les pressions américaines alors que leurs dirigeants luttent pour sauver le Plan global d’Action conjoint (PGAC) après que les États-Unis se sont retirés de cet accord et ont déclaré qu’ils rétabliraient des sanctions contre Téhéran.

Total « ne pourra pas continuer le projet Pars-Sud 11 et devra mettre fin à toutes les opérations qui y sont liées avant le 4 novembre 2018, à moins qu’une dérogation propre au projet ne soit accordée par les autorités américaines, avec le soutien des autorités françaises et européennes », a souligné le groupe dans un communiqué publié mercredi.

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni mènent un effort commun pour sauvegarder les intérêts économiques de l’Europe en Iran. Mais la portée du système financier américain, la prédominance du dollar et la présence des opérations des entreprises européennes aux États-Unis affaibliraient toutes les contre-mesures potentielles de l’UE.

Le régime iranien est le fer de lance du terrorisme depuis l’avènement de la révolution de [l’ayatollah Rouhollah] Khomeini.Le régime iranien soutient les groupes et les mouvements terroristes comme le Hezbollah [mouvement chiite libanais, NDLR], les houthis [rebelles chiites yéménites, NDLR], ainsi que d’autres  forces du mal et de l’extrémisme comme le Hamas et le djihad islamique palestinien.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “La France pique une crise face aux sanctions US sur les entreprises européennes dans le marché iranien

    1. Alan

      L’iranien soutien le terrorisme ( chiites ) et les autres ( sunnites ) soutiennent et financent l’invasion de l’Europe….

    2. Circonstances exténuantes

      Un conseil pour ce ministre qui réclame le retour à l’indépendance économique de l’Europe : développer à fond les sources énergétiques de remplacement, tout rendre électrique, à commencer par les voitures, et puiser l’énergie solaire et lumineuse. La France n’aura plus besoin du pétrole musulman et ses fournisseurs pourront toujours essayer de le manger. Elle sortira ainsi de la honte qui dure depuis De Gaule qui a compris avant les autres que l’antisémitisme était autorisé quand il s’agit de satisfaire les pays arabes. Bien entendu, ce n’est pas ce qui a redoré son blason.

    3. Circonstances exténuantes

      Un conseil pour ce ministre qui tient tant à récupérer l’indépendance économique de l’Europe : développer à fond les énergies de remplacement, et aspirer à ne plus utiliser le pétrole, le gaz et leurs dérivés. Passer à l’énergie électrique, à commencer par les voitures, et produire l’électricité en convertissant l’énergie solaire et lumineuse. Alors seulement, la France se relèvera de la fange où l’a couchée De Gaule, si fier d’avoir assujetti son pays aux producteurs incultes de pétrole, au point qu’il s’est senti autorisé à faire montre d’antisémitisme, sentant en précurseur que pour faire plaisir à des musulmans, on peut se lâcher contre les Juifs.

    4. Salmon

      La France pays pourri dirigee par des hommes sans scrupules qui ont mis en place par le biais du ccif les financements de soros
      Combien de ong en France bénéficient des financements de soros?
      Combien journaux à la solde de soros?

      Réveillez vous

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *