toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Deux pays arabes modérés participent à la fête sportive de l’Independence d’Israël


Deux pays arabes modérés participent à la fête sportive de l’Independence d’Israël

Bahreïn et les Émirats arabes unis  ont participé  à la course cycliste organisée  à Jérusalem pour célébrer le 70ème anniversaire de l’Independence nationale d’Israël. En dépit des critiques des intégristes antisionistes arabo-islamiques, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont annoncé leur participation à une course cycliste du Giro d’Italie, organisée dans capitale  israélienne à partir du 4 au 6 mai 2018 à l’occasion du 70ème anniversaire. C’est  la deuxième course cycliste la plus prestigieuse du monde.

Bahreïn, les Émirats arabes unis comme  l’Arabie saoudite sont également à l’origine du rapprochement arabe avec Israel et luttent contre le terrorisme iranien en Syrie, en Irak, mais aussi au Yémen, depuis 2015.

Ces cyclistes qui participent au Tour d’Italie qui a débuté à Jérusalem,  une dizaine de jours avant l’anniversaire de la fête nationale d’Israël, envoient un véritable message de paix.

Loading...

Cette course présente une  bonne image  dans les pays arabes que la capitale israélienne est une ville ouverte. Le sport est un bon moyen de normaliser les relations avec les pays arabes, et le role  à cet effet des athlètes est important.

Certains pays de la région, notamment Bahreïn et l’Arabie saoudite, cherchent de leur côté à normaliser leurs relations avec les israéliens et, jusqu’à présent, plusieurs délégations de Bahreïn se sont rendues dans en terre sainte.

La présence des cyclistes arabes à Jérusalem a suscité des critiques

Les médias arabes ont rapporté  que des cyclistes de Bahreïn et des Émirats arabes unis, qui avaient participé au Tour d’Italie qui a débuté dans la capitale juive, ont été la cible de vives critiques dans les pays arabes.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères a exprimé son inquiétude quant à la tenue du tournoi en Israël. Le Hamas, a qualifié de péché toute normalisation des relations avec Israël. Le Hamas montre là son alignement sur l’Iran.

Selon le site d’information palestinien Maa, les militants des réseaux sociaux ont exigé que ces cyclistes s’abstiennent de participer au Tour d’Italie. La campagne Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) a appelé dans un communiqué au boycott de cette course.

Learn Hebrew online

Les organisateurs ont fait savoir que personne ne s’était retiré de la course en raison de sa localisation en Israël . L’itinéraire évite les territoires palestiniens et Jérusalem-Est mais l’organisation a connu son lot de controverses mineures. Les ministres israéliens ont ainsi pris ombrage de ce que le départ de la course mentionne « Jérusalem-ouest », impliquant une séparation d’avec Jérusalem-Est, que les Palestiniens revendiquent comme capitale de leur futur état. Après les excuses présentées par les organisateurs, les responsables palestiniens ont accusé le Giro d’être « complices de l’occupation militaire israélienne ».

Les organisateurs justifient ce choix de départ « hors les murs » par un hommage appuyé au coureur Gino Bartali, disparu en 2000 : ce champion cycliste italien, vainqueur de deux tours de France et de trois tours d’Italie dans les années 30 et 40, a été reconnu, en 2013, comme Juste parmi les nations, pour avoir participé au sauvetage de plusieurs centaines de juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a, pour les mêmes raisons, été fait citoyen d’honneur de la ville de Jérusalem, et a obtenu, à titre posthume, la citoyenneté israélienne.

 

Israël accueille pour la première fois une étape d’une grande épreuve de cyclisme.

Loading...

Ce sont presque 200 cyclistes internationaux vêtus de leur combinaison en élasthanne qui défilent le long des autoroutes israéliennes avec le lancement du Giro d’Italie, la deuxième course cycliste la plus prestigieuse du monde, une initiative colossale qui a été largement financée par une seule personne, qui espère pouvoir ainsi catalyser une véritable aubaine touristique et créer un nouvel enthousiasme local pour cette discipline sportive.

Le grand départ du Giro d’Italie, Big Start Israel, qui a eu lieu du 4 au 6 mai, est l’un des événements sportifs les plus coûteux de toute l’histoire du pays. C’est le milliardaire canadien et magnat de l’immobilier Sylvan Adams, qui s’est installé il y a deux ans en Israël, qui a été le moteur et le principal financier de l’événement.

Adams est un cycliste amateur qui a remporté des compétitions dans sa classe d’âge à un niveau national et international et qui a été récemment désigné champion national israélien dans sa catégorie.

Divers ministères, notamment les ministères du Tourisme et des Transports, ont alloué approximativement 30 millions de shekels à la course. L’équipe du Big Start Israel a rencontré des difficultés pour trouver des sponsors pour l’événement dans la mesure où le cyclisme n’est pas un sport très connu dans le pays. Adams a donc payé de sa poche la majorité des frais.

« C’est une opportunité de montrer Israël au monde », s’exclame Adams. Avec le Tour de France, la course la plus prestigieuse, « la France a trouvé un moyen de promouvoir la culture, le tourisme, l’histoire et la géographie française à l’échelle de millions de téléspectateurs », ajoute-t-il.

« Nous voulons faire remonter ce sport à la surface », explique-t-il. « Les gens vont voir les meilleurs cyclistes du monde passer devant leurs maisons ».

Adams indique qu’en plus de promouvoir Israël comme destination touristique aux yeux du monde entier, il espère également donner naissance à une culture au sein du pays où seulement quelques personnes suivent ce sport.

« Je pense que le cyclisme est une initiative qui construit des ponts entre les gens parce que le sport est un langage universel », explique Adams. « C’est quelque chose que nous pouvons utiliser pour faire naître des personnes fortes ici, en Israël. Je voudrais que les parents, quand ils verront l’importance du Giro ici, achètent peut-être un vélo pour leurs enfants. Ils réaliseront que leur enfant peut aspirer à concourir au plus haut niveau après avoir vu l’épreuve venir ici, sur leur propre sol ».

Adams finance également la construction du tout premier vélodrome du Moyen-Orient, une piste de cyclisme en salle avec des murs inclinés. Le vélodrome, situé dans le quartier Yad Eliyahu de Tel Aviv, a été  ouvert le 1er mai 2018. Adams indique espérer réitérer la réussite du Royaume-Uni dans le monde du cyclisme après l’investissement britannique dans des vélodromes à l’occasion des Jeux du Commonwealth en 2002, qui avaient aidé à faire apparaître une génération de jeunes cyclistes. Il souhaite également qu’Israël puisse accueillir les Championnats du monde junior de cyclisme sur piste de 2021.

Le Giro d’Italie devrait coûter, selon les estimations, la somme de 120 millions de shekels, ce qui en fait l’un des événements les plus chers de l’histoire d’Israël. Plus de la moitié des frais concernent les dépenses de redevance pour les droits de diffusion.

Adams estime que les cyclistes, les équipes d’assistance, les techniciens et les 400 journalistes étrangers présents en Israël à l’occasion de cet événement permettront d’injecter 50 à 60 millions de shekels dans l’économie, pour des chambres d’hôtel ou dans les restaurants.

L’année dernière, ce sont 840 millions de personnes qui ont regardé des étapes du Giro d’Italie à la télévision et ce nombre devrait s’élever à un milliard cette année, selon Danny Benaim, directeur-général du Comtec Group, la société de production en charge du Big Start Israel et qui a supervisé d’autres événements sportifs majeurs en Israël. À titre comparatif, le Super Bowl draine 114 millions de spectateurs.

 

C’est aussi l’un des événements sportifs les plus chers et à la logistique la plus complexe de l’histoire du pays.

Les trois premiers jours de cette course qui en compte 21 se tiennent en Israël, avec une épreuve de 10 kilomètres en contre-la-montre à Jérusalem, une étape de 167 kilomètres de Haïfa à Tel Aviv et une course de 226 kilomètres de Beer Sheva à Eilat. Ensuite, les 176 coureurs issus de 22 équipes s’envoleront pour l’Italie pour parcourir les 18 étapes restantes de la course qui s’achèvera à Rome.

C’est la première fois dans l’histoire du Giro qui a commencé sa 101ème édition que la course commence hors des frontières européennes. Les routes et les autoroutes qui se trouvent le long du parcours de la course en Israël, notamment la Route 2 et la Route 90, ont été  fermées durant des étapes de la compétition. La fermeture des routes sur le parcours principal a donné des migraines aux conducteurs israéliens.

Le trafic aérien vers Eilat a été également impacté pendant environ quatre heures au dernier jour de l’événement. Mais les Israéliens ont été capables de dépasser les inconvénients mineurs du Giro afin d’entrevoir les bénéfices qu’il amène au pays et à la culture du cyclisme.

Environ 6000 policiers ont été chargés de sécuriser des tronçons du parcours de la course. Plus de 50 motards accompagnent les cyclistes le long de l’itinéraire, et filment des images qui sont retransmises par satellite.

Pour la toute première fois, une équipe israélienne a participé  au Giro d’Italie après la sélection de l’académie de cyclisme israélienne, arrachée grâce à son rôle de pays-hôte. Cette équipe de 24 coureurs comprend cinq cyclistes israéliens.

Le début de la course est également un projet logistique d’une magnitude plus importante encore que la visite du pape ou une visite présidentielle, selon les organisateurs. Après la fin de la course à Eilat, près de 1000 personnes et trois avions-cargo remplis de vélos et d’équipements ont décollé  du petit aéroport d’Ovda en une heure pour arriver à temps pour l’étape suivante de l’épreuve en Italie.

Des milliers d’Israéliens se sont déplacé  pour saluer les cyclistes, produisant foules enthousiastes comme les courses en Europe.Les gens se sont rassemblés  autour de certains points du parcours, comme à Mitzpe Ramon ou à Wingate. Des navettes ont été mises en place pour amener les spectateurs plus près de l’itinéraire des coureurs dans certaines villes.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Deux pays arabes modérés participent à la fête sportive de l’Independence d’Israël

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *