toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Arabes d’Israël et des Territoires ! La solution à vos souffrances ? Prendre exemple sur le peuple juif ? Par Dora Marrache


Arabes d’Israël et des Territoires ! La solution à vos souffrances ? Prendre exemple sur le peuple juif ? Par Dora Marrache

Arabes d’Israël et des Territoires! La solution à vos souffrances ? Prendre exemple sur le peuple juif ?

« Palestiniens / Palestiniennes / Arabes » ? Ne m’en veuillez pas si je ne choisis pas l’appellation « Palestiniens ». Comme j’appartiens à la vieille école, je réfute le glissement des mots, mais aussi le révisionnisme, le vol d’identité, des procédés avec lesquels vos dirigeants sont très familiers. Par conséquent, et pour plusieurs autres raisons,  le terme « Palestinien » pour parler des « Arabes » qui vivaient en Israël/ Palestine avant 47, me semble tout à fait impropre.

Premièrement, vous ne me contredirez certainement pas si je vous dis que le son P n’existant pas dans la langue arabe, il vous est par conséquent impossible de prononcer le nom « Palestine ».

Deuxièmement, vous savez aussi bien que moi que la Palestine a toujours désigné la Terre sainte, donc Israël. Pendant le mandat britannique sur la Palestine, donc jusqu’en 47, ou tout au moins jusqu’à la Déclaration Balfour, les Britanniques et vous vous appeliez « Arabes ». Avant la proclamation de l’État d’Israël, sous le vocable « Palestiniens » on désignait les Juifs qui vivaient en Terre sainte. Qui plus est, l’insulte suprême était d’être traités de Palestiniens, donc de Juifs. Vos  arrière-grands-parents peuvent en témoigner : ils revendiquaient leur appartenance à la Jordanie, à la Syrie, à l’Irak, à l’Égypte, jamais à la Palestine, pour eux le terme « Palestiniens » faisait référence aux Sionistes

Troisièmement, j’aime me référer aux historiens pour connaître la Vérité, aux vrais historiens, respectueux de l’Histoire. Or, tous nient l’existence d’un peuple palestinien avant la création de l’État juif. Même vos propres historiens abondent dans ce sens. À titre d’exemple, le 1er novembre 2012, Abd Al-Ghani, un historien « palestinien »  a déclaré à la télévision : « Avant la Promesse de la Déclaration Balfour, quand la domination ottomane [1517-1917] a pris fin, les frontières politiques de la Palestine telles que nous les connaissons aujourd’hui n’existaient pas, et il n’y avait rien d’un peuple palestinien, avec une identité politique comme nous le savons aujourd’hui ».

Permettez-moi de vous rappeler également que les historiens ne parlent pas de la Cisjordanie, mais de la Judée et de la Samarie, des noms bibliques, ne vous en déplaise.

Conclusion?  Le peuple palestinien est bien une création que vous devez, dit-on,  à Arafat. Il est vrai que vos mensonges, comme ils remettent en cause le droit à l’existence de l’État juif, passent sans difficultés pour des vérités.

En effet, Mahmoud Abbas, « le militant pour la paix », détient la « vérité » et il a voulu persuader la communauté internationale que les Juifs vous ont volé votre terre : il a fait alors de vous les descendants des Cananéens ! Il n’en est pas à un mensonge près, tout le narratif palestinien est un tissu de mensonges : le Temple, dit-il,  n’a jamais existé;  Ismaël, et non Isaac, est le premier fils d’Abraham, etc. Mais les Européens feignent de le croire pour ne pas envenimer les relations entre l’Occident et le monde arabe et parce qu’il apporte de l’eau au moulin des anti-juifs.

En réalité, son but est le suivant : tout mettre en œuvre pour chasser les Juifs de leur pays et s’accaparer leur identité. Ce serait la solution à toutes vos souffrances.

Learn Hebrew online

La solution à toutes ces souffrances ? C’est sans doute la question qu’il vous arrive de vous poser quand vous jetez un regard sur votre vie passée et présente. Vous voyez  70 ans de souffrance perpétuelle, 70 ans à enterrer vos morts, 70 ans à vivre «  sous occupation », humiliés et asservis. Je sais combien il doit être dur pour vous, Arabes d’Israël dits « Palestiniens »  de vivre dans un système politique juif, de devoir parler une langue qui n’est pas la vôtre. La simple vue du drapeau frappé de l’étoile de David vous rappelle que vous n’êtes pas en terre d’islam. Votre passeport, c’est celui d’un pays d’un pays honni de tous les pays arabes. Et ne parlons pas de l’hymne national juif que Salim Joubran, citoyen arabe et juge à la Cour suprême d’Israël, a refusé d’entonner lors d’une cérémonie officielle.

Vous souffrez en Israël, vous souffrez en Cisjordanie (en Judée-Samarie), vous souffrez dans la Bande de Gaza. La vie, dites-vous, est un enfer. Et je vous réponds : Êtes-vous masos pour accepter qu’il en soit ainsi ?  Ne vous est-il jamais venu à l’idée que vous pourriez améliorer votre sort et préparer un bel avenir pour vos enfants ? Pourquoi vous obstiner à vivre aux côtés de vos ennemis ?

Bien sûr, parce que vous caressez l’espoir de les chasser de leur pays et d’occuper toute la terre d’Israël. À la lumière de l’histoire du peuple juif, vous en avez conclu qu’en créant un climat d’insécurité, ils quitteront Israël comme ils ont quitté les autres pays.

Bien sûr, vos dirigeants ont une grande part de responsabilité dans votre drame. C’est vrai que lorsqu’ils vous ont dit de quitter vos maisons, ils  étaient convaincus de l’emporter sur les Juifs. Et on peut les comprendre, car les désavantages des Juifs étaient évidents : hommes et matériel ne souffraient aucune comparaison avec les « États ennemis ». Et le monde entier retenait son souffle, persuadé que les États arabes qui avaient alors conjugué leurs forces pour attaquer l’État juif qui venait tout juste de naître,   jetteraient comme ils le disaient « les Juifs à la mer ». Un peuple, un seul ne croyait pas que vous sortiriez victorieux de la guerre que vous lui aviez déclarée : le peuple juif. Les Juifs étaient déterminés cette fois à ne pas se laisser faire, ils lutteraient de toutes leurs forces pour défendre leur terre et ils étaient certains de leur victoire. D’où le résultat auquel vous avez donné le nom de Nakba (catastrophe).  Qu’auraient dû faire les Juifs selon vous pour vous éviter « la catastrophe »? Vous laisser continuer l’œuvre d’Hitler ?

Et en 67, toujours sûrs que la victoire était à portée de main, vous avez récidivé. Encore une fois, vos dirigeants ont gravement sous-estimé les capacités de l’armée israélienne et surestimé vos capacités à lutter contre les Juifs. 

Humiliés par cette seconde défaite, vous avez fait une nouvelle tentative en 73, le jour de Yom Kippour. Vous aviez alors toutes les chances de votre côté. Et pourtant, vous connaissez la suite.

Et l’UNRWA aussi a sa part de responsabilités. Cette organisation, créée juste pour vous, vous a laissé croire que le statut de réfugié n’était que temporaire. Sans doute le croyait-elle  aussi. Alors rien d’étonnant si votre problème n’est toujours pas réglé : l’espoir de réoccuper la terre d’Israël vous encourage à résister.

Et le malheur,  c’est que toutes ces défaites n’ont pas servi de leçon à vos dirigeants : ils continuent.  Faute de pouvoir éliminer les Juifs, ils vous ont endoctrinés. Ils ont diabolisé le Juif si bien que, quoi qu’il fasse, vous le percevez comme immoral et dangereux, comme un voleur de terres, comme le responsable de tous vos maux. 

Arabes israéliens, Arabes de Gaza et de Cisjordanie, détrompez-vous !  Ne vous faites pas d’illusions : à quelques exceptions près, les Juifs ne quitteront pas leur pays, celui qu’ils ont pleuré pendant 2000 ans. Les Juifs resteront en Israël. Jugez-en par vous-mêmes: vous avez eu recours aux guerres, au terrorisme, vous avez posé des actes ignobles, vous avez bombardé le Sud du pays de roquettes, vous avez tué des enfants. Et les Juifs sont toujours là ! Certes, les Palestiniens aussi !  Mais pour des raisons très différentes.

Les Juifs, eux, restent pour des raisons que vous ne pourriez comprendre, des raisons spirituelles, historiques, profondes.  Les Juifs sont attachés aux valeurs du judaïsme, à la Terre sainte. Et même si la vie en Israël est semée d’embûches, ils la préfèrent à la vie aux côtés des antijuifs. Ils restent parce qu’ils sont chez eux et que personne ne pourra les en déloger. Mais aussi parce que c’est le seul pays au monde où ils ne craignent pas d’être insultés, blessés, tués uniquement parce qu’ils sont Juifs. Encore que… vous êtes là, vous, les habitués du terrorisme !

Vous, en vérité, vous restez non pas dans l’espoir de conquérir le pays des Juifs, ni même pour vous libérer du joug israélien. Israël n’est qu’un prétexte. Vous restez pour empêcher les Juifs de vivre, pour donner libre cours à votre haine; et ce faisant, non seulement vous n’atteignez pas votre but, mais la haine que vous éprouvez pour les Juifs nuit à votre santé, à celle de vos enfants  et vous empêche d’être heureux.

Mais surtout, vous restez parce que vous aspirez à voir les portes du paradis s’ouvrir pour vous. Vos dirigeants ont exploité sans difficultés la culture de la mort qui fait partie vos valeurs, et ils vous ont fait miroiter le titre de « chahid » (martyr) si vous mourez en tuant des Juifs, un grand nombre de Juifs. Et pour vous encourager au sacrifice suprême, ils vous ont dépeint une vie future exaltante, au paradis, entouré de vierges qui combleront tous vos désirs. Et vous les avez crus !

Alors, votre arme dans ce combat contre les Juifs est votre propre mort. Vous êtes fascinés par la mort, vous  voulez être des « chahid » et vos maîtres vous ont tranquillisés quant au sort de vos familles : elles seront largement indemnisées et ce durant toute leur vie. Alors, quoi demander de mieux ? Et rien ni personne ne pourra vous en dissuader.

Au lieu de partir pour le paradis dont personne n’est revenu pour vous entretenir de ses bienfaits, sauvez-vous de l’enfer. Pourquoi ne pas suivre la voie qui a permis au Juif de mener une vie meilleure ?

Prendre exemple sur les Juifs ? L’histoire du peuple juif est jalonnée de massacres, d’expulsions, de départs pour un pays d’exil, et cela vous le savez. Leur vie n’a jamais été un long fleuve tranquille, et comme nous le rappelons à Pâque, « ce n’est pas un seul ennemi qui a tenté de nous exterminer, dans chaque génération il y en a qui s’élèvent contre nous pour nous anéantir, mais le Saint-Béni soit-Il nous délivre de leurs mains ».

L’exil n’a jamais été perçu par les Juifs comme une calamité, comme une honte. Je vous rappelle l’exemple des Juifs des pays arabes : quand ils ont été chassés de ces pays où leur présence était souvent antérieure à celle des musulmans, les Juifs ne se sont pas livrés à des actes terroristes, ils n’ont pas demandé à l’ONU de les aider, de créer pour eux une organisation semblable à l’UNWRA pour les prendre en charge. Ils ont fui les persécutions, ont pris un maigre bagage – tous leurs biens ayant été confisqués – et ils sont partis pour l’inconnu, soit vers la mère-patrie – Israël-  soit vers d’autres pays d’accueil. Ils étaient un million vivant dans les pays à majorité musulmane. Aujourd’hui, ils sont au grand maximum 30 000. Mais on ne parle guère d’eux car, partout où ils sont allés, ils se sont intégrés, ils ne se sont pas comportés en victimes comme vous le faites.

Faites-en autant ! Retournez dans votre patrie, celle que vous revendiquiez autrefois, avant la création d’Israël. Vous appartenez à la nation arabe, et vous avez le droit de revendiquer cette appartenance et d’en être fiers. Vous êtes des nationalistes et vous avez raison. Vous partagez avec vos frères musulmans la même histoire, la même langue, la même religion, les mêmes valeurs. Vous partagez les mêmes goûts, les mêmes mœurs. Alors qu’avec les Juifs vous n’avez rien en commun si ce n’est le père, Abraham. Vos frères arabes qui ont opté pour la citoyenneté israélienne tirent profit de l’État, mais au fond leur identité est « palestinienne »,  ils sont des « Palestiniens » de cœur et, comme vous, ils n’éprouvent que haine pour l’État juif.

Mais où aller ? Il existe 49 pays à majorité musulmane, vous n’avez que l’embarras du choix. Certes, me direz-vous, mais ils ne veulent pas vous ouvrir leurs portes. Alors, vous avez l’Europe où les conditions d’accueil et de vie sont nettement meilleures que dans les pays arabes ou même qu’en Israël. Les Européens, au moins, sont très sensibles à votre cause, ils partagent votre désarroi  et vous pourrez obtenir sans grandes difficultés un passeport du pays d’accueil. Il vous sera aussi facile de trouver un emploi, avec un salaire élevé si vous êtes diplômé. Vous retrouverez vos frères puisqu’il existe déjà un grand nombre de communautés palestiniennes qui vous prendront en charge et vous faciliteront l’adaptation au pays. En Allemagne, au Danemark, en Suède et dans le nord de l’Europe, la situation économique est excellente, et y vous vivrez aussi bien que vivent les Juifs.

Je vous concède que les politiques d’accueil ne sont plus ce qu’elles étaient, qu’elles se sont durcies, mais de tous les réfugiés ou demandeurs d’asile vous êtes ceux qui ont le plus de chances d’être admis, car vos raisons touchent le cœur des politiques : la vie en Israël, au milieu des Juifs ou dans les Territoires se résume en un mot : « un enfer ! ». Qui vous contredirait ?  Bien sûr, ce qui vous fait hésiter,  c’est que vous ne recevrez plus rien de l’UNRWA. Mais il faut faire un choix : on ne peut avoir, comme dit le proverbe,  le beurre et l’argent du beurre. « N’importe où, n’importe où, devriez-vous dire, pourvu que ce soit hors du monde juif ». Mais hélas, à l’exil vous préférez la lutte armée.

La lutte armée : Un choix que je comprends, car vous êtes manipulés. Non seulement vos dirigeants vous  encouragent à poursuivre la lutte,  mais c’est toute la communauté internationale qui vous apporte son soutien.

Juifs et Chrétiens des pays arabes n’ont pas eu votre chance, celle d’être mis sur le devant de la scène grâce au soutien des « bien-pensants ». Si on s’intéresse à vous plus qu’aux autres victimes, c’est bien sûr parce que vous avez l’art de vous mettre sur le devant de la scène. D’ailleurs, aussitôt que les médias vous oublient, vous posez des actes comme la Marche du retour pour que de nouveau les yeux de la communauté internationale soient rivés sur vous. Et vous payez le prix fort ! Vous acceptez de vous sacrifier ! Pour qui ? Pour quoi ? Pour une cause à laquelle vous ne croyez même pas ! Combien de juifs seraient prêts à se transformer en bombes humaines ? Zéro !

Mais ouvrez donc les yeux. Les grandes puissances ne font qu’attiser le feu qui brûle entre vous et les Juifs. Si les « bien-pensants » vous soutiennent, ce n’est pas par compassion, c’est parce que vous leur fournissez, ainsi qu’à tous les antijuifs, qu’ils soient musulmans ou chrétiens, l’occasion rêvée de donner libre cours à leur haine du juif, une haine qui est encore plus aigue qu’autrefois parce qu’ils découvrent un Juif autre que celui qu’ils ont connu.

Et je comprends leur désarroi et le vôtre: le Juif de l’après -Shoah n’a plus rien de celui que vous avez connu, à savoir le Juif  exilé, honteux, soumis, humble, le dhimmi que les musulmans pouvaient humilier, le Juif qui servait d’exutoire à vos frustrations. Ce Juif-là  appartient à un autre âge, il faut vous y faire. Le nouveau Juif a pris son destin en main et, d’objet qu’il était, il est devenu sujet.  De vos menaces, il ne fait aucun cas.

Mais dans votre malheur, vous avez au moins une consolation : vous n’êtes pas seuls à regretter le Juif de l’exil, toute la communauté internationale se désole de la perte de ce  Juif qu’elle a connu, elle ne veut pas de ce peuple dont De Gaulle avait dit, avec une haine non dissimulée, qu’il est « un peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur ».

Donc vous voyez : la « Palestine » jouit du soutien de la quasi-totalité de la planète! Les Juifs n’ont jamais eu cette chance. Comparez simplement les réactions des médias quand des « Palestiniens » ont été tués lors de la Marche du retour à celles des mêmes médias quand des Juifs innocents sont tués par vos frères ou même quand des centaines de milliers de Syriens sont tués par Assad.

Juifs et Chrétiens dans les pays arabes ont fait face seuls aux persécutions, aux exactions, aux pires souffrances. Ils étaient seuls, irrémédiablement seuls. Aujourd’hui, l’État d’Israël est peut-être seul sur la scène internationale, mais les Juifs ne sont plus seuls, un très grand nombre ont regagné leur foyer, ils ont retrouvé la terre de leurs ancêtres et bientôt tous les Juifs de la diaspora les rejoindront. .

Encore une fois, je vous le répète, Arabes d’Israël ou des Territoires! Ouvrez les yeux ! Ne laissez pas vos dirigeants vous berner ! Refusez d’être leurs idiots utiles. C’est votre seule issue pour sortir du malheur ! Vous constaterez alors que les Juifs ne sont pas responsables de vos malheurs, de vos difficultés économiques, de la violence de vos frères. Alors, n’écoutez pas vos dirigeants, n’écoutez pas les gauchistes qui seraient désemparés si vous cessiez votre combat contre les Juifs : pensez à vos enfants et n’écoutez que votre cœur. Sacrifiez-vous pour eux et non pour une cause à laquelle vous n’avez jamais cru. Vivez ! Ne vous contentez pas d’exister. Et qu’est-ce que vivre ? Je laisse John Lennon vous donner la réponse : « Quand je suis allé à l’école, ils m’ont demandé ce que je voulais être quand je serai grand. J’ai répondu heureux. Ils m’ont dit que je n’avais pas compris la question, j’ai répondu qu’ils n’avaient pas compris la vie ».

 

© Dora Marrache pour Europe-Israël

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 13 thoughts on “Arabes d’Israël et des Territoires ! La solution à vos souffrances ? Prendre exemple sur le peuple juif ? Par Dora Marrache

    1. Pinhas

      Superbe article .

      Très juste et si vrai .

      Il faut que le monde sache la vérité .

      Un jour peut-être ?

    2. Jonas Ben Amittaï

      Vu de l’Europe, quelle mémoire nous est commune avec une partie du monde musulman? C’est la volonté de construire ensemble une même Nation qui est nécessaire au « vivre ensemble ».
      Gilles Falavigna affirme que « l’exemple le plus flagrant est celui de la communauté juive.
      Quand la question juive a été posée de manière rationnelle, et ce fut sous Napoléon, l’objet de cette question, l’intégration à la Nation, fut reconnue sans réserve. Il n’est pourtant pas un peuple dont la relation à une terre autre que celle de France soit plus ancrée dans son existence. Il n’est pas un peuple qui ait, durant son histoire, autant souffert de sa relation avec son hôte. Il n’est pas un peuple autre que le peuple Juif qui ait autant un sens communautaire et qui ait autant le sens religieux. Cette réussite tient à sa spécificité, bien sûr. Mais cela tient surtout à la volonté de partage…. Les Juifs ont grandement participé à la construction de la France comme ils ont grandement participé à la construction de chaque pays. Ce n’est pas une conséquence de l’intégration. C’est une justification de l’intégration réussie.
      La communauté juive est un modèle qui prouve que le vivre-ensemble ne dépend pas de valeurs morales imposées mais de concret pour construire la nation. Sans doute était-ce plus facile pour les Juifs. « Tu honoreras ton père » est la loi qui construit le Juif. Et ceci quelque soit la considération du père pour son enfant. Nous sommes les enfants de la France, quoi qu’elle nous rende. Si nous avons le sens du Devoir, nos Droits sont secondaires, question de priorité… ».
      La pensée des juifs dans leur société d’accueil a été semblable partout et toujours.
      Sans être juif, je me dois de reconnaître que la dignité spirituelle de l’homme est une contribution du judaïsme à la société moderne, et lorsque j’entends expliquer que notre société produit des délinquants parce qu’elle ne leur reconnaît pas leur place… je pense à ces gens rescapés des camps de la mort, dans lesquels leur société les a envoyé, qui se remettent au service de cette même société s’y identifiant membre à part entière.
      Napoléon qui convoqua en 1807 une assemblée de notables juifs a effectivement reconnu que l’attitude du judaïsme révèle quels textes de la religion poussent à la citoyenneté. Le Judaïsme a servi au développement éthique de l’humanité, particulièrement de nos sociétés occidentales. Nous sommes la moisson de ses semailles anciennes et quoiqu’on cherche à lui imputer, le déni, le salissement, les accusations sans nombre, des appels aux actes antisémites de toutes natures… que ce soit juste ou injuste, les juifs sont les garants de cette moisson.
      Seuls les juifs et les chrétiens ont accepté la laïcité en 1776. Il a été possible à ces deux convictions religieuses de reléguer leur foi pour le bien vivre au sein de la société. L’Islam n’a jamais fait son aggiornamento (c’est-à-dire, sa mise à jour, son adaptation à l’évolution du monde, à la réalité contemporaine).
      Nous sommes ce que nous sommes; des êtres libres mus par l’amour de la vie, le respect du droit et l’esprit critique. Notre société laïque, de séparation de la religion, d’égalité et de respect de la femme, avec notre droit de rire, d’écouter de la musique, d’écrire, de dessiner, de dire tout ce que l’on pense et tout ce que l’on veut (enfin, presque tout)…. et du respect de la pensée, et des convictions des autres, signe de notre dignité humaine.

    3. LeClairvoyant

      Depuis des dizaines que j’ai compris la vérité par l’écrivain qui avait écrit « Barrabas », qui m’a évité d’être antisémite. Et je lui dit merci de son analyse,
      Ceux qui tenteront d’anéantir Israël seront anéantis !

    4. Pinhas

      Partout dans le monde les arabes jalousent et tentent de voler ce qui ne leur appartient pas .

      Hier , je me rends à la déchetterie et discutant avec le responsable de la situation de la France , il me dit  » Ecoute on a engagé un type il y a un mois de ça , un Français d’origine marocaine et il a été viré parce-qu’il bourrait sa voiture presque tous les soirs d’objets déposés par des particuliers et ils faisaient venir des arabes de son coin pour trafiquer  »
      Sa réaction devant son licenciement à été  » C’est parce-que je suis marocain que vous me virez , c’est du racisme  »

      On lui a répondu  » Tu voles et tu trafique pour le reste ça ne nous regardes pas  »

      En conclusion lorsque les arabes volent et sont pris la main dans le sac ils jouent les victimes et vont jusqu’à vous accuser vous-même .

    5. LeClairvoyant

      En France à Ruffec pour une histoire de récupération d’affaires dans une déchetterie, cela fini en drame, un tué, de la prison etc;
      Dans les décharges sauvages, (il y avait des gens sans emploi qui vivotaient, etc) récupéraient bois, métaux,,meubles, etc. De nos jours je ne sais pas où passe tout ce qui est récupéré dans les déchetteries..

    6. Jacques B.

      Tout à fait d’accord avec votre diagnostic, Mme Marrache.

      Cependant, quand vous conseillez à ces Arabes « palestiniens » de trouver refuge en Europe, je ne peux pas être d’accord, parce que l’Europe, pas plus qu’Israël n’est leur pays.

      Leur pays, ce sont les pays voisins d’Israël : Jordanie, Syrie, Egypte. Jordanie en particulier, car là est la partie de la Palestine mandataire qui était destinée à recevoir les Arabes de Palestine.
      Peut-être un jour faudra-t-il en arriver à obliger la Jordanie à recevoir les Arabes « palestiniens » ; quitte à découper ce pays en deux si les Hachémites de Jordanie s’y opposent…

    7. Pascale

      La solution d’arrêt a la souffrance pour les arabes israéliens ou pas sont d’autres souffrances et ce jusqu’a extinction car leur mentalité et leur religion les poussent vers la souffrance.
      Ils n’ont pas de limites a la souffrance comme les japonais en avaient.
      Vous voulez arrêter de les voir souffrir: Enlevez leur le coran de la tête.
      Est-ce possible? Vous avez la, votre réponse.

    8. michael

      c’est bibi qui merite le prix »un exellent orateur »car nathalie ne veut pas recevoir le prix ;

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *