toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un nouveau massacre turc sous les yeux de l’humanité: des dizaines de civils tombent à Afrin


Un nouveau massacre turc sous les yeux de l’humanité:  des dizaines de civils tombent à Afrin

Au moins 33 civils ont été tués dans de nouveaux bombardements turcs, ce lundi 5 mars 2018, contre les localités de Rajo,jandaris et l’enclave d’Afrin, zone située dans le nord-ouest de la Syrie.

Cette enclave renfermant des quartiers civils est assiégée par le régime truc et les milices pro-régime depuis  six semaines. Ces derniers temps, Afrin est devenue la zone la plus exposée aux bombardements aériens du régime truc.

La Turquie attaque maintenant le canton d’Afrin en force. Sous l’inspiration d’un certain Recep Tayyip Erdoğan, l’opération a été baptisée « Rameau d’olivier ».

Le chef de l’armée turc a déjà promis de se venger contre la mort de 8 soldats turcs ce samedi.

Ce ne serait clairement pas une erreur de qualifier de massacre les attaques lancées Ankara contre Afrin. La population est très dense dans cette enclave. Des milliers de civils kurdes assiégés et directement ciblés par les attaques, périssent dans cette ville. Ce derniers dénoncent les massacres de civils à Afrin et le silence sur les crimes de la Turquie.

La résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur la trêve a été violée dès le premier jour par le régime turc et les milices pro-régime et les attaques contre les kurdes se sont répétées. Selon les équipes de la Défense civile d’Afrin l’armée turque a continué de frapper l’enclave malgré la trêve décrétée suite à l’appel du Conseil de sécurité de l’ONU datant du 24 février.

Le régime a aussi lancé, ce mardi 6 mars 2018, des tirs d’artillerie contre les localités kurdes de Kfar Janna et al-Cheikh al-Hadid. Aujourd’hui il n’y a plus de chances de mettre un terme aux attaques menées par les turcs qui empêchent le traitement des blessés kurdes et le transfert des aides humanitaires jusqu’à ce qu’une solution soit obtenue.

La Turquie persiste dans ses crimes de guerre par une série d’actions dont l’usage d’armes chimiques contre les civils et laisser les gens sans nourritures. Le régime d’Ankara et ses alliés visent même les aides humanitaires envoyées dans la région.

Le siège du régime sur l’enclave d’Afrin  entraine le peuple kurde dans la faim et le bombardement de civils, qui peuvent être évalués comme un crime de guerre. Il est incertains que les auteurs seront tenus responsables de leur action. C’est pourquoi Ankara refuse toute enquête de l’ONU sur cette affaire.

Learn Hebrew online

Le régime de Recep Tayyip Erdoğan refuse d’arrêter d’attaquer les populations kurdes en Syrie et refuse d’assumer ses responsabilités majeures pour protéger les civils.

 

 

Les Forces armées turques et la milice de l’Armée syrienne libre ont tués des dizaines de civils kurdes à Rajo, à l’ouest d’Afrin, et dans la commune stratégique de Cheikh Hadid au cours de l’opération Rameau d’olivier. 6 civils ont été tués par balles dans la localité d’Angala, au sud de la localité d’al-Cheikh al-Hadid.

La Turquie veut chasser les kurdes à Afrin et le long de sa frontière avec la Syrie. Ankara  cherche la création d’un corridor de sécurité le long de sa frontière en utilisant tous les moyens de briser chaque vie innocente. En même temps, l ’ONU qui est incapable de produire une solution à la crise humanitaire à Afrin assiégée par le régime. Les kurdes sont choqués par le silence du Conseil de sécurité de l’ONU face à l’obstruction posée par le régime turc à l’entrée des aides internationales malgré une résolution du Conseil le samedi 24 février pour l’instauration d’une trêve en Syrie. Les kurdes se demandent que signifie pour eux une décision qui n’est pas appliquée ?

Les Forces armées turques profitent de cette agression militaire pour essayer de nouvelles technologies dans l’oppression et la cruauté contre les kurdes. Le système de protection active « Akkor Pulat » développé par la Turquie, sera utilisé pour la première fois la semaine prochaine.

Dans un partage sur Twitter, le sous-secrétaire d’Etat à l’industrie de défense, Ismail Demir a fait savoir que le système de protection active « Akkor Pulat » développé par l’Industrie électronique militaire (ASELSAN) et l’Institut turc de Recherche et Développement Scientifique et Technologique (TUBITAK SAGE), avait passé les essais avec succès. M. Demir a indiqué que le système de protection active serait bientôt intégré aux chars en mission à Afrin en Syrie, dans le cadre de l’opération Rameau d’olivier lancée le 20 janvier contre les kurdes.

« Le système sera le premier système de protection active utilisé en terrain de combat. Je félicite les employés de l‘ASELSAN et de TUBITAK SAGE pour leurs efforts dévoués dans ce processus » a-t-il partagé

Le vice-Premier ministre turc, Bekir Bozdag, a fait savoir que presque la moitié de la zone de l’opération concernée par le Rameau d’olivier, est pris sous l’occupation turque .

« L’opération Rameau d’olivier a permis jusqu’à ce jour de contrôler 142 points à savoir 112 villages et 30 zones critiques » a assuré M. Bozdag. Il a indiqué que le nombre de combattants éliminés jusqu’à ce jour est de 2.795 et que l’opération continue comme planifiée. Bozdag a aussi sorti une monstruosité que même pas un seul civil n’avait été blessé au cours de l’opération.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), 368 civils, dont 77 enfants, ont péri depuis le début de la campagne militaire turque, ce que dément Ankara.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Un nouveau massacre turc sous les yeux de l’humanité: des dizaines de civils tombent à Afrin

    1. rachel

      pas vraiment compris pourquoi Macron a recu ce dictateur en France et ces mollah d Iran, on veut poursuivre Israel a la cour internationale mais pas la Turquie ? Israel fait tout pour eviter des civils et les turcs font tout pour les tuer !

    2. michel boissonneault

      honte a la communauté international pour ce silence surtout le Canada grand donneur de leçon

    3. alauda

      Depuis le début de la guerre civile en Syrie (mars 2011), combien de morts ?

      Dans les années 60, la Syrie comptait 5 millions pour une vingtaine de millions au début du conflit. Une population multipliée par quatre en cinquante ans.

      Sans être cynique, il y a tout de même un problème de surpopulation qui augmente les tensions ethniques. A l’heure actuelle, 5 millions de réfugiés ont fui la Syrie, soit autant que sa population totale des années 60.

      Le conflit syrien occupe l’espace médiatique depuis 6 ans. Il va être temps que cela s’arrête. La Syrie n’est pas le nombril du monde.

    4. Nadfine56

      Et honte à toutes ces omg bien pensantes qui ne se gênent pas pour manifester et accuser Israël lorsqu’il y a des palestiniens de tués… Où sont ils tous ces détracteurs, défenseurs de l’humanité ????
      Quant à Emmanuel Macron, il recoit les chefs barbares parce qu’i les admirent et veut s’y associer. Il ne manque plus que la moustache ?

    5. amsallem

      Erdogan est une ordure , les turcs sont coutumiers des massacres et d’un génocide . mais ne desesperons pas Lrs c est la va finir comme tous les dictateurs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *