toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël renforce ses liens africains pour isoler la menace iranienne sur le continent 


Israël renforce ses liens africains pour isoler la menace iranienne sur le continent 

À peine quelques heures après avoir déclassifié une information hautement confidentielle, celle de la frappe aérienne israélienne en 2007 contre le réacteur nucléaire syrien de Deir ez-Zor, M.Avigdor Lieberman demande à l’Afrique de s’allier à Tel-Aviv pour isoler l’Iran.

À l’issue de sa tournée africaine qui l’a conduit au Rwanda, en Zambie et en Tanzanie, Lieberman a émis le vœu de voir l’Afrique créer une coalition aux côtés d’Israël pour isoler l’Iran. L’influence iranienne  est une menace pour la sécurité du continent.

Cité par Yediot Aharonot, M.Lieberman évoque très clairement sa volonté de continuer à aider  les Africains en échange des aides qu’Israël pourrait apporter à l’Afrique dans les secteurs agricole, pharmaceutique et défensif : « En échange de ces aides, les Africains devront aider Israël à marginaliser l’Iran. »

M.Avigdor Lieberman a fait la déclaration suivante jeudi, 22 mars 2018, dans la capitale du Rwanda; Kigali

Fier d’être le premier ministre de la Défense à visiter le Rwanda.
Les relations entre les deux pays sont devenues plus fortes que jamais.
Cette visite est d’une importance historique pour la relation entre les deux pays.
Nous voyons la coopération entre le Rwanda et Israël pour progresser pour  un meilleur avenir pour les citoyens des deux pays.
Les opportunités en Afrique sont innombrables et Israël offre dont l’Afrique a besoin en matière d’agriculture, de santé et de sécurité. Dans tous les pays où nous concluons et construisons des alliances et de la coopération, nous expulsons l’Iran et l’isolons davantage.

 

 

Ce n’est pas la première fois que M.Lieberman cherche à mobiliser l’Afrique contre l’Iran. En 2009, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères d’Israël, M.Lieberman était parti en tournée en Afrique pour rassembler les pays africains à diminuer  liens avec  la République islamique .

Pour de nombreux analystes, : l’Iran est bien présent en Afrique et elle menace les intérêts  israéliens.Apres avoir déstabilisé le Moyen-Orient en y propageant le terrorisme et l’extrémisme, l’Afrique est la cible des iraniens.

L ’Afrique du Sud, le Nigeria, le Ghana, la Guinée-Conakry et le Mali sont des exemples de pays infiltrés par les iraniens.

La République islamique d’Iran essaie, depuis une dizaine d’années, d’étendre son champ d’influence en Afrique.  Le président Hassan Rohani garde un œil sur l’Afrique, bien que sa priorité soit la normalisation des relations de Téhéran avec l’Occident. Aux yeux de Rohani, l’Afrique reste une région névralgique pour la stratégie de l’Iran.

Learn Hebrew online

Le président iranien a déclaré, lors de sa rencontre, en juin 2017, avec le nouvel ambassadeur béninois à Téhéran, Naim Akibo, que Téhéran ne lésinerait sur rien pour approfondir ses relations avec les pays africains.

Son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s’est entretenu, lui aussi, avec le chef de la diplomatie sierraléonaise, au mois de mai 2017, soulignant que l’Afrique revêtait une importance toute particulière pour l’Iran, sur les plans politique, économique et culturel. En effet, Téhéran compte obtenir le soutien des pays africains auprès des organisations internationales, en approfondissant ses relations avec eux.

L’Iran entend se présenter comme principal exportateur des petites armes alors que les pays africains pourraient être un marché plausible pour ses armes. En plus, Téhéran espère que ses relations en pleine croissance avec les pays africains seront en mesure d’accélérer le développement de ses programmes maritimes.

Selon l’ambassadeur iranien en Afrique du Sud, Mohsen Movahhedi Qomi, la 14e assise de la commission conjointe Iran-Afrique du Sud est programmée aussi pour le troisième trimestre 2018.

Le président du Conseil supérieur des coopérations entre l’Iran et l’Afrique, Hassan Khosrojerdi a déclaré la fin des problèmes bancaires entre l’Iran et l’Afrique du Sud. Les iraniens veulent construire une raffinerie en Afrique du Sud, ainsi que des réservoirs de stockage des produits pétroliers ou leur exportation vers les pays tiers.

L’hégémonie chiite en Afrique est une menace pour la sécurité du continent

Les experts en sécurité du continent africain dénoncent le rôle des puissantes ambassades iraniennes et la stratégie poursuivie par Téhéran. La  présence chiite en Afrique est l’une des thématiques fondamentales dans les années à venir  afin d’appréhender la problématique de la sécurité  en Afrique.

En effet, depuis le durcissement du bras de fer Irano-américain sur fond, les maîtres de Téhéran veulent absolument se positionner en Afrique, zone où du« réservoir de croissance » le plus prometteur pour leur idéologie.

Pour cela, ils peuvent en partie compter sur une frange de la population libanaise installée (près de 300 000 personnes, très actives dans le commerce), et sur certains gouvernements prêts à accueillir des universités et des écoles financées par Téhéran afin de pallier les carences de leurs systèmes éducatifs.

Traditionnellement présente en Afrique de l’Est, aux abords de la mer rouge, l’Iran veut désormais peser en Afrique de l’ouest et sur la façade atlantique du continent afin de se ménager un levier de négociation avec les américains, très inquiets par l’évolution du narcotrafic, de la piraterie et du terrorisme dans la zone.

A l’image de ce qu’ils ont fait  en Afghanistan- c’est-à-dire monnayer leur connaissance du terrain en termes de renseignement tactique- les iraniens veulent devenir un acteur africain d’envergure, et n’hésitent pas à utiliser les sympathisants pro-hezbollah en Afrique comme vecteurs de cette nouvelle doctrine.

LA diplomatie « pétrolière » n’est pas en reste, puisque l’Iran utilise une partie de ses revenus issus des hydrocarbures pour financer de grands projets d’infrastructures en Afrique, dans l’objectif de s’attirer les bonnes grâces des Chef D’états qui peinent à réunir le financement nécessaire.

A l’image de la Chine, qui a une politique   d’aide qui ne prend pas en compte la situation des droits de l’homme, Téhéran est actuellement en train de répertorier ses alliés, à l’heure ou les services de renseignement israéliens, conscients du danger de l’expansion chiite, ont lancé plusieurs opérations d’envergure afin d’infiltrer les milieux malléables au discours iranien.

Ainsi, selon plusieurs sources, un centre d’entrainement militaire entièrement financé par Téhéran et animé par des « conseillers techniques » iraniens, vient d’être découvert au Nigeria dans l’Etat de Kaduna. Il est géré par les hommes du religieux chiite pro-iranien Ibrahim Zakzaky, leader du Islamic Movement of Nigeria (IMN), qui a été arrêté en décembre 2015 après des affrontements de ses partisans avec l’armée dans la ville de Zaria.

Zakzaky s’est opposé au gouvernement en raison de ses appels à une révolution islamique semblable à la révolution en Iran. Ibrahim Zakzaky et l’IMN souhaitent établir un Etat islamique chiite à l’iranienne et ne reconnaissent pas l’autorité d’Abuja. Le mouvement a été interdit dans le seul Etat de Kaduna en octobre 2017. Des activistes de se mouvement sont actifs aussi  dans la ville de Kano, dans le nord du Nigeria à majorité sunnite.

Au Nigéria, la situation est encore beaucoup plus alarmante pour les experts en renseignement et en sécurité, puisque l’Iran finance des conversions et tente d’exporter la révolution islamique en finançant des milices privées qui célèbrent désormais  l’anniversaire de …Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah et le Cheikh Yacine, fondateur du Hamas.

Ceci pourrait ressembler à une lutte d’influence classique, si l’on ne prend pas en compte une donnée capitale pour la compréhension de  la situation : en accroissant son influence en Afrique, le pouvoir iranien tente de se doter d’une « assurance vie », ainsi que d’une base de repli idéologique au cas où les progressistes iraniens venaient à s’emparer du pouvoir. Une tactique rendue célèbre par un certain…Oussama Ben Laden.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Israël renforce ses liens africains pour isoler la menace iranienne sur le continent 

    1. Yehudah

      L’attaque israélienne contre l’Iran – qui n’a jamais eu lieu – doit être analysée dans une perspective stratégique large. Lorsque l’Iran a construit le réacteur au plutonium, Israël a eu une occasion en or d’attaquer une cible relativement facile – par opposition aux installations d’enrichissement nucléaires souterraines en Iran.

      Même si le résultat avait été partiel, le sens stratégique aurait été que l’Iran se trouve à l’intérieur des frontières légitimes de la portée d’Israël.

      Transférer la responsabilité du programme nucléaire iranien à Obama (c’est ce que Netanyahou a fait avec ses discours) a donné l’immunité aux Iraniens. Cela les a fait passer du statut d’État effondré et voyou à celui d’une puissance régionale qui est actuellement en train de creuser àu frontières d Israel .

      Les sionistrs ons fondé un Etat afin que la prochaine fois qu’un dictateur tente de détruire Les juifs, ils n’aurons pas à demander l’aide des pilotes américains, qui ont survolé les camps de la mort et ne les ont pas bombardés. C’est exactement ce que ils disens depuis 70 ans à tout visiteur VIP qu ils ons transporté directement de l’aéroport au musée de l’Holocauste de Yad Vashem.

      Mais au moment de la vérité, Netanyahou a fait le contraire. Il a de nouveau couru pour demander de l’aide aux États-Unis, comme s’il était un simple dirigeant communautaire d’un village juif européen sans pré-Holocauste. En conséquence, ils ons perdu la légitimité d existence très souveraine. ILS ne pouvaient même pas mettre un détecteur de métaux sur le Mont du Temple après que des terroristes aient assassiné leur policiers.

      Au Moyen-Orient, soit vous vous asseyez au repas, soit vous faites partie du menu.

      Netanyahu a transformé ses citoyens, les Juifs en une partie du menu.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *