toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les turcs en France multiplient les provocations, les agressions et trafic de drogue


Les turcs en France multiplient les provocations, les agressions et trafic de drogue

Une nouvelle génération franco-turque très pro-Erdogan multiplie les provocations. L’ambassadeur de Turquie en France aurait-il pris conscience de ses agissements ?

A l’occasion d’un mariage au sein de la communauté turque à Mâcon, un immense drapeau turc a été déroulé sur le parvis de l’église Saint-Pierre, suscitant l’indignation et la colère de nombreux catholiques et d’habitants du quartier.

« Nous sommes scandalisés », déclarent des habitants qui expliquent que ce déploiement de drapeaux turcs est fréquent lors de mariages dans le quartier et ont déjà interpellé les élus locaux pour obtenir que ces mariages respectent les règles de notre pays.

Des catholiques ont également témoigné leur mécontentement en voyant un drapeau d’un pays islamique envahit le parvis d’une église catholique.

Le mois dernier un clandestin turc a égorgé à mort deux personnes devant la gare Matabiau, deux hommes de 19 et 27 ans. L’un est égorgé à l’arme blanche, un autre est mortellement touché au thorax par des coups de couteau. Un scénario de l’horreur d’une violence inouïe.

Les enquêteurs interpellent un jeune turc dont ils soupçonnent d’avoir pris part à ce carnage. Le parquet a ouvert une information judiciaire contre lui et contre «X» pour «double homicide et modification de scènes de crime» et a demandé son placement en détention. Il a été mis en examen par le juge d’instruction.

La population d’origine turque se concentre à Paris (269.090), à Strasbourg (134.139), à Lyon (129.062) et à Marseille (61.714). Le nombre total des turcs et Franco-Turcs est estimé à 800.000 avec les personnes en situation irrégulière.

Du boulevard de Bonne-Nouvelle au sud à la rue des Petites-Ecuries au nord, et de la rue du Faubourg-Saint-Denis à l’est à la rue du Faubourg-Poissonnière à l’ouest s’étend la « petite Turquie » de Paris. Les bars, restaurants, magasins et librairies qui ponctuent la rue Hauteville et ses alentours se parent d’un air oriental.

Recep Tayyip Erdogan encourage les turcs de l’UE à former des familles nombreuses

Lors d’une intervention à Eskisehir, en mars 2017, au sud d’Istanbul, il a invité ses compatriotes habitant en Europe à faire cinq enfants par famille afin de multiplier leur présence sur le continent et devenir ainsi «le futur de l’Europe».

« J’en appelle à mes frères et sœurs de l’Europe. Faites cinq enfants, pas trois », a-t-il souligné. « Votre patrie, c’est désormais la place où vous vivez et travaillez. Revendiquez cette place. Développez encore plus le business, faites entrer vos enfants dans les meilleures écoles, assurez-vous que vos familles vivent dans les meilleurs endroits, conduisez les meilleures voitures, vivez dans les plus belles maisons. C’est parce que vous êtes le futur de l’Europe. Cela sera la meilleure réponse à la vulgarité, à l’antagonisme et à l’injustice à votre endroit », avait déclaré M. Erdogan.

La France est-elle en train de devenir une terre turque ?  Des centres-villes « colonisés » par les turcs

En Alsace, les turcs forment le groupe d’étrangers le plus important et le plus visible. Mais aussi en Lorraine, dans le Nord, en Ile-de-France et surtout à Paris, dans la région Rhône-Alpes, en Bourgogne-Franche-Comté et dans la région Centre.

Une caractéristique des Turcs en Alsace, dans des villes ouvrières comme Mulhouse, Reichshoffen, Barr ou Bischwiller, c’est leur forte présence au centre-ville. Depuis une vingtaine d’années, en effet, beaucoup d’usines textiles et d’entreprises de ces villes ayant fermé, atteintes par la délocalisation et la récession, des ouvriers et des employés alsaciens à la retraite ou leurs héritiers ont cherché à vendre leurs maisons, souvent délabrées. Des turcs les ont achetées, en offrant des prix supérieurs de 10 à 15 % aux prix du marché et des dessous-de-table.

A Mulhouse, tout près de la gare centrale des bus et de la tour de l’Europe, rue du Gaz, rue des Alpes, rue des Maçons, les Turcs ont leur quartier, leurs boucheries, leurs épiceries, leurs snacks, les « doner-kebabs ». Les Turcs sont aussi de plus en plus nombreux rue de la Pomme-d’Or, rue des Rames, rue des Ecoles, rue de la Gare.

Des ouvriers voient dans les turcs une menace pour leurs emplois. Chez les commerçants, artisans et chefs d’entreprise, les reproches fusent aussi : « Les turcs ne rapportent rien à l’économie locale et ils prennent du travail à nos entrepreneurs » ; « Ils contournent les lois » ; « Ils cassent les prix pour décrocher des marchés, notamment dans la maçonnerie » ; « Ils ne déclarent pas leurs salariés et ne respectent pas les heures légales d’ouverture et de fermeture des commerces ».

La ville de Bischwiller estime nécessaire que la population turque n’agrandisse plus son territoire en centre-ville et refuse les regroupements massifs.

Les turcs désireux d’acheter une maison ramassent des sommes considérables en faisant le tour de la famille et des amis et investissent leurs économies dans l’immobilier. L’argent proviendrait aussi de la drogue dans les communautés turcs en Alsace. Ils vont s’approvisionner en Turquie et dans leurs communautés aux Pays-Bas ou en Belgique. L’Allemagne est aussi un pays de transit où ils ont de la famille et des amis.

Les groupes turcophones tiennent le marché de l’héroïne et de la cocaïne. La police en France leur attribue une «place incontournable» comme «grossistes du marché européen». Ils devancent même ceux des Balkans, aussi bien pour l’héroïne que pour la cocaïne, à en juger par les saisies effectuées en France.

La Turquie, plaque tournante du trafic de drogue

La Turquie possède une population active de cultivateurs clandestins de cannabis, dont la récolte est principalement destinée à l’exportation vers l’Europe.  La majeure partie de la récolte est habituellement transformée en haschich avant d’être vendue.

Le trafic de drogue est la principale source de financement des mafieux turcs. Afin de renforcer leur revenu, les turcs interviennent dans chaque étape du trafic, de la phase de production jusqu’au blanchiment des revenus.

La province de Diyarbakir, en Anatolie du Sud-est, est le cœur de la culture du cannabis en Turquie et produit près des deux tiers de la récolte totale du pays. À l’intérieur de la province de Diyarbakir, le district de Lice est la principale plateforme de culture. Le cannabis est populaire chez les jeunes turcs.

La Turquie abrite aussi des itinéraires bien établis de trafic d’héroïne prenant leur source en Afghanistan et au Pakistan et se terminant en Europe occidentale et en Amérique du Nord ; le haschich provenant du Pakistan et d’Afghanistan est également acheminé en empruntant ces itinéraires.

 Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Les turcs en France multiplient les provocations, les agressions et trafic de drogue

    1. Pinhas

      Non ! ce n’est pas possible !

      Des muzz qui trafiques , qui volent , qui agressent , qui violent , qui égorgent , qui écrasent .

      Dans 5 minutes on va se faire traiter d’islamophobe .

    2. Cyrano

      SARKO avait raison , jamais en Europe / Tu parles avec toute la clique qui a suivi on voit le résultat, les vannes sont ouvertes et nous voila dans la merde.

    3. Armand Maruani

      @  » Les turcs en France multiplient les provocations, les agressions et trafic de drogue  » .

      On les surnomme  » la loukoum connection  » dans le milieu .

      J’espère qu’ils finiront en kebab et qu’ils dégageront de notre pays .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *