toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les libanais haussent le ton et lancent des menaces provocatrices contre leur voisin du sud.


Les libanais haussent le ton et lancent des menaces  provocatrices contre leur voisin du sud.

Le Liban  menace Israel et dit qu’il  est prêt à lancer une action militaire au cas où les israéliens  entament la construction d’un mur de sécurité le long des frontières israélo-libanaises. Ces menaces reflètent les intentions agressives des dirigeants militaires et politiciens libanais. 

 » Si Israël fait construire un mur de béton le long de la frontière sud du Liban, la décision du Haut Conseil de la Défense sera contraignante« , a affirmé, ce mardi 6 mars 2018, le général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale avant de poursuivre que ces murs construits par Israël n’assureront jamais sa sécurité.

Le Conseil supérieur de la Défense du Liban a ordonné, le 7 février dernier, aux forces interarmées libanaises d’être prêtes à réagir aux frontières terrestres et maritimes.

Les participants à la réunion ont promis de défendre les soi-disant droits légitimes du Liban sur les ressources en Méditerranée aux niveaux régional et international. En ce qui concerne la question du mur israélien à la frontière avec le Liban, ils ont rétorqué que la construction d’un tel mur à l’intérieur du territoire libanais représenterait une violation  de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU.

« Nous accordons aux forces armées le soutien politique nécessaire pour agir contre toute agression israélienne à la frontière terrestre et maritime« , a déclaré le Conseil dans un communiqué.

De tels propos aboutissent à une escalade de tension entre Israël et le Liban. Ces menaces sont aussi provocatrices. Qui leur a permis de parler comme ça ? Ces propos sont de pures fanfaronnades et il est facile à prévoir qu’Israël  et son gouvernement  vont y réagir. Il faut que les libanais  enseignent à leurs  militaires comment se taire et comment ne pas dépasser leurs limites. Israël étant totalement prêt à ‎confronter le Liban, il s’avère peu probable que les libanais ‎lancent une vaste offensive Israël. Car ils risqueront de payer très chère le prix de la prochaine guerre avec Tsahal.

Les israéliens  souhaitent simplement protéger leurs territoires par un mur qui sera construit à l’intérieur de leurs frontières. Le gouvernement libanais prétend que le mur en question traverse un territoire appartenant au Liban, mais qu’il se situe du côté israélien de la Ligne bleue, que l’ONU a délimité lors du retrait d’Israël du Sud-Liban en 2000.

Le mur doit être construit sur la Ligne bleue, tracée lors du retrait israélien du Sud-Liban, en l’an 2000. Mais le Liban conteste cette ligne et juge qu’elle ampute son territoire de centaines de milliers de mètres carrés.

Le Liban a également un différend frontalier maritime non résolu avec Israël sur une zone triangulaire en mer d’environ 860 km² qui s’étend le long de trois des cinq plates-formes que le Liban a mises en adjudication au début de l’année dernière.

Liban: l’armée est prête à agresser sur Israël

Selon le commandant en chef de l’armée libanaise, les militaires du pays sont prêts à agresser l’ennemi israélien.

Le commandant en chef de l’armée libanaise, le général Joseph Aoun, a insisté sur la disposition des effectifs de son armée à faire face aux  israéliens sur les frontières méridionales ou toute tentative visant à se rendre maître d’une partie des frontières terrestres et maritimes.

« Quelles que soient les menaces de l’ennemi israélien et ses provocations, l’armée libanaise jouit d’une volonté ferme pour défendre les droits du pays avec tous les moyens et le potentiel disponibles », a-t-il martelé.

Lors de l’inspection de la direction du troisième régiment d’intervention, le général Aoun a également estimé que l’armée libanaise était bien prête pour la confrontation.  Ces menaces contre le voisin du sud interviennent dans le contexte des prochaines élections législatives. L’armée ne se mêle pas des questions politiques, mais les responsables libanais veulent faire la surenchère contre les israéliens.

Le mois dernier, 19 février, le commandant de l’armée libanaise le général Joseph Aoun a mis en garde  aussi Israël. Il a réaffirmé que l’armée libanaise était prête à fournir une réponse foudroyante à toute éventuelle agression israélienne.

« Le Liban condamne fermement l’ennemi israélien portant atteinte à la souveraineté du pays et à son droit inaliénable d’exploiter toutes ses propres ressources économiques », a déclaré sur Twitter le général Joseph Aoun, cité par l’armée libanaise soulignant : « L’armée n’épargnera aucune méthode disponible pour faire face à toute agression israélienne, quel qu’en soit le prix. »

Les différends entre Israël et le Liban sur les gisements de pétrole et de gaz sont montés d’un cran depuis que le Jérusalem a décidé de construire un mur en béton à la frontière libanaise.

La milice chiite du Hezbollah dit ne pas hésiter à prendre pour cible l’armée israélienne si « le régime occupant Qods ne mettait pas un terme à son projet de construction du mur à la frontière sud du Liban. »

« Les militaires israéliens seront visés si Israël continue ses travaux de construction du mur en béton haut de 7 mètres », a averti le chef terroriste du Hezbollah.

En dépit des menaces de la milice pro-iranienne, les autorités israéliennes faisant fi aux mises ont déclaré : « Israël n’a pas l’intention d’arrêter la construction du mur ».

En dépit des menaces l’armée libanaise, Israël a annoncé son intention de mettre son projet à exécution.

Le nouveau mur  entre les deux pays, à l’instar de celui qui les sépare de l’Égypte, fait 30 kilomètres de long et 6 mètres de haut. Le coût de sa construction s’élève à 28 millions de dollars.

Le président libanais, Michel Aoun, dit que son pays prêt à se défendre

Le président libanais Michel Aoun qui a reçu, le 26 février 2018, au palais présidentiel à Baabda le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, en présence du commandant de la Force intérimaire de l’ONU (FINUL) au Liban, Michael Beary, a affirmé que le Liban était prêt à se défendre en cas d’agression de la part d’Israël.

M. Aoun a également indiqué qu' »Israël continuait à violer la résolution 1701 et à violer l’espace aérien libanais pour effectuer des frappes en Syrie« , et ajouté que la construction par Israël d’un mur à la frontière libanaise constituait une agression « contre la souveraineté libanaise« . Pourtant le Hezbollah refuser de se désarmer comme l’exige les résolutions des Nations-unis et il combat en Syrie au côté des forces du régime de Bachar al-Assad.

Le chef de l’État libanais a par ailleurs salué les efforts de la FINUL au Sud et a rendu hommage à « ses 183 martyrs morts pour préserver la paix depuis le début de la mission en 1978« . Il a estimé qu’une éventuelle « réduction du budget de la FINUL aurait des répercussions négatives sur son rôle, notamment en cette période qui connaît des tensions à la frontière en raison des menaces israéliennes« .  Pourtant c’est le Hezbollah terroriste et l’armée libanaise haussent le ton et menacent.

La construction par Israël d’un mur en béton le long de la Ligne bleue à la frontière entre le Liban et Israel a été abordée par les représentants des armées libanaise et israélienne réunis le 2 février dernier, sous la houlette de la Force intérimaire des Nations unies (FINUL), le temps d’une réunion tripartite mensuelle à Naqoura.

Une recette pour calmer les libanais

Les appareils sécuritaires et de renseignement israéliens pourraient se mobiliser pour liquider le secrétaire général du mouvement  terroriste du Hezbollah.

Le chroniqueur militaire du site d’information Walla, Amir Boukhabout, estime que cette fois-ci, les instances sécuritaires israéliennes  sont sérieuses dans leurs efforts en vue de finir avec Hassan Nasrallah.

En 2006, l’ancien ministre des Affaires militaires israélien, Amir Peretz, avait demandé aux appareils sécuritaires et de renseignement israéliens de mettre à sa disposition  le dossier spécial portant sur les cachettes et les destinations des déplacements de Nasrallah

C’était ainsi que l’ancien ministre des Affaires militaires a alors ordonné aux trois organismes chargés de suivre les traces de Nasrallah, à savoir, l’Aman (direction du renseignement militaire israélien), le Mossad (Institut pour les renseignements et les affaires spéciales), le Shabak dit aussi Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien), d’agir avec plus de coordination pour mener leur mission, ajoute l’article.

Depuis, les militaires Israéliens n’ont cessé leurs efforts et préparations dans ce sens. Une grande quantité de bombes particulières et hyperpuissantes a été achetée et stockée dans le simple objectif de frapper les cachettes souterraines du secrétaire général du Hezbollah libanais.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, Gadi Eizenkot, a estimé en automne 2017 que Nasrallah serait une cible légitime, tout comme d’autres chefs terroristes du Hezbollah qui ont été tués ces dernières années dans des opérations complexes.

Le problème est que la décision d’assassiner Nasrallah devra être prise par les responsables politiques et non pas par les militaires. Ce qui est certain, par contre, est que dans la prochaine guerre Israel va faire le ménage au Liban et notamment cibler le centre de commandement de l’armée libanaise, située à Yarzeh, à l’est de la capitale Beyrouth.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Les libanais haussent le ton et lancent des menaces provocatrices contre leur voisin du sud.

    1. Salmon

      Il sont bête à ce point ???

      Israël construit un mur point
      Et eux attaquent

      Israël reçoit des rockets de ces gens

      Israël se défend !

      Et construit un mur

    2. Corto

      Après la destruction de leur plus importante base de missiles de Dezful il y a 2 jours, les iraniens envoie leur petit chien libanais, eux ils en ont pour des années pour digérer leur honte, c’est leur deuxième base de missiles qui explose en moins de 8 ans, rappelez-vous Korramabad en octobre 2010 !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *