toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le monde à l’envers,des terroristes palestiniens portent plainte contre Trump et Netanyahu devant la CPI.


Le monde à l’envers,des terroristes palestiniens portent plainte contre Trump et Netanyahu devant la CPI.

On vit dans un monde  où les entités terroristes poursuivent aujourd’hui en justice les chefs des États civilisés. L’Autorité palestinienne décide de poursuivre le président des Etats-Unis, M.Donald Trump et le Premier ministre  israélien, Benjamin Netanyahu, devant la Cour pénale internationale.

Salah Rafat, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a annoncé que Riyad Al-Maliki, le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne se rendra dans les prochains jours à La Haye où il déposera devant la CPI une plainte contre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu et le président américain, Donald Trump.

 » Il est écrit dans cette requête à déposer à la CPI que Netanyahu et le ministre israélien des Affaires militaires ont commis des crimes contre l’Humanité en Palestine« , ajoute Salah Rafat.

« Al-Maliki portera aussi plainte contre l’administration américaine qui a décidé de reconnaître Qods comme la capitale d’Israël et de transférer l’ambassade américaine à cette ville« , a poursuivi Rafat.

C’est en décembre 2014 que le chef terroriste de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas a signé le Statut de Rome et toutes ses annexes, le tout relatif à l’adhésion à la Cour pénale internationale. Cette dernière a accepté l’adhésion de la Palestine qui en est devenue ainsi membre à part entière en avril 2015.

Sanctions américaines 

En protestation contre la saisine de la Cour pénale internationale (CPI), l’administration américaine avait exigé de fermer le bureau de l’Autorité palestinienne à Washington.

Dans le cadre de la mise en application de la loi de 2015 par le Congrès américain, qui autorise aux USA d’imposer des sanctions à l’Autorité si celle-ci a recours à la CPI, le département d’État américain avait décidé 17 novembre 2017  de préparer le terrain à l’imposition de sanctions par les États-Unis. L’une des dispositions de cette loi est en effet de permettre la fermeture du bureau de la mission de l’Autorité de la Palestine dans la capitale américaine.

Devant l’acharnement de Mahmoud Abbas à traduire Israël devant la CPI, les Etats-Unis avaient demander de fermer le bureau de cette formation à Washington.

Learn Hebrew online

Les États-Unis ont refusé de renouveler l’autorisation permettant à l’Autorité autonome d’avoir une représentation à Washington, une première depuis les années 1980, a dénoncé le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki. Le gouvernement palestinien doit obtenir tous les six mois une autorisation de fonctionnement pour son bureau dans la capitale américaine.

« Le non-renouvellement de cette autorisation fait partie des mesures de pression prises par la Maison-Blanche contre l’Autorité autonome en rapport à certains dossiers politiques », a précisé al-Maliki, avant de souligner que les Palestiniens ne céderaient face à aucun chantage ni aucune pression.

CPI: un Nigérian élu nouveau président

Le juge nigérian Chile Eboe-Osuji devient le nouveau président de la Cour pénale internationale (CPI), en remplacement de la juge argentine Silvia Fernández de Gurmendi.Son élection a eu lieu ce dimanche 11 mars 2018, avec « effet immédiat ».

Chile Eboe-Osuji est élu pour un mandat de 3 ans, a indiqué une note transmise aux médias par le bureau de la CPI.
Le juge tchèque Robert Fremr est élu premier vice-président et le juge français Marc Perrin de Brichambaut est le 2e vice-président.

« Je suis très honoré de la confiance témoignée par mes pairs qui m’ont élu Président de la Cour. Alors que je prends mes fonctions, je trouve encourageant de pouvoir compter sur la vaste expérience des deux vice-présidents« , a déclaré le nouveau président de la CPI.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Le monde à l’envers,des terroristes palestiniens portent plainte contre Trump et Netanyahu devant la CPI.

    1. michel boissonneault

      c’est normal que les palos portent plainte car le robinet des finances a été fermer par Trump et les palos attaque car ils ont peur que UE fasse pareil

    2. yacotito

      Le CPI est devenue une officine arabe comme l’ONU, d’ailleurs.
      a partir de ce moment que voulez vous qu’il arrive ?

    3. C. Hamon

      Les chances qu’a Mahmoud ABBAS de saisir la C.P.I. … Sont pratiquement nulles !

      Pour ne pas dire impossibles,…

      Il existe trois façons de saisir la CPI.

      La première: qu’un de ses États membres décide de la saisir pour des faits survenus sur ses terres ou celles d’un autre État membre. (Il faudra déjà que les arabes prouvent que la Judée et la Samarie leurs appartiennent)

      La seconde: que l’un de ses procureurs décide, sur la base d’éléments qui sont mis en sa connaissance, de poursuivre une ou des personnes soupçonnées d’être impliquées dans des crimes, ceci uniquement pour les États signataires. Les procureurs doivent simplement obtenir l’accord des juges de la Cour avant d’ouvrir une enquête. (Crimes susceptibles d’entrer dans ces catégories: meurtres commis dans l’intention de détruire un groupe, esclavage, déportations, viols, mutilations, torture, prises d’otage ou encore le fait d’enrôler des enfants soldats pourraient, qui pourraient entre autre justifier l’intervention de la CPI.)

      La troisième et dernière méthode passe par le Conseil de sécurité des Nations unies. Ce fut le cas pour le Darfour en 2005 et pour la Libye en 2011. Cette solution a déjà été envisagée pour le cas syrien. Le 22 mai 2015, la France déposait un projet de résolution prévoyant de saisir la CPI pour les crimes commis en Syrie par tous les protagonistes de la guerre civile. La Chine et la Russie ont opposé leur veto à cette proposition. (Cette troisième solution est toute aussi vouée à l’échec vu le « Droit de veto » exercé par les U.S.A.)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *