toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Turquie part pour un génocide facile des kurdes, mais ces derniers choisissent de ne pas se soumettre !


La Turquie part pour un génocide facile des kurdes, mais ces derniers choisissent de ne pas se soumettre !

Malgré la répression sanglante par l’armée d’occupation turque dans la region de Afrin, malgré le bilan lourd de ses attaques du nord de la Syrie, et en dépit du silence complice de ce monde, les Kurdes sont de plus en plus déterminés et  ils vont poursuivre leur lutte. La lutte des Kurdes sur leurs territoires  est désormais moins l’apanage des organisations de résistance que celui d’une population excédée et qui a pris son sort en main. Les crimes commis par l’occupation turque sont révélateurs de l’ampleur des luttes sectaires qu’elle mène contre les peuples autochtones de la région.

L’approvisionnement en eau à Afrin a été coupé depuis une semaine suite aux attaques turcs contre le grand barrage hydraulique dans la région, a déclaré mercredi le bureau des affaires humanitaires de l’ONU. Les gens doivent acheter de l’eau aux camions citernes, ou s’approvisionner à des sources. Certaines familles doivent vivre avec deux ou trois litres d’eau par personne. Le rationnement est déjà de rigueur dans plusieurs zones.

Les bombardements de l’armée turque sur Afrin ont coûté la vie à 422 civils, dont 132 enfants.

Selon des sources locales, l’armée turque a bombardé le quartier Eshrefiye d’Afrin avec des obusiers et des avions de combat. Mercredi après-midi, quatre civils, dont deux enfants, ont été tués et plusieurs civils blessés. Les sections locales signalent également que les bombardements aveugles sur le centre ville d’Afrin et les frappes aériennes se poursuivent.

L’armée turque a atteint les faubourgs de la ville d’Afrin, qui lui oppose une vive résistance depuis le 20 janvier dernier. Cette progression des forces turques et de leurs alliés, des milices syriennes, se fait au prix de bombardements massifs dont les principales victimes sont les populations civiles. Malgré l’adoption d’une résolution par le Conseil de sécurité de l’ONU “réclamant” l’arrêt des opérations militaires en Syrie, les attaques de l’armée turque se sont intensifiées dans la zone au mépris du cessez-le-feu.

Profitant du silence de la communauté internationale, l’État turc envahissant et ses gangs commettent des massacres contre la population civile.

Le président turc Erdogan a déclaré mercredi qu’il espérait que la ville kurde d’Afrin, en Syrie, tomberait cette semaine dans les mains des forces turques. Il a accusé mercredi le président américain d’aider les forces kurds à se défendre contre l’offensive de la Turquie.

« Les montagnes, les collines et les colonies ont été envahies une à une par nos soldats héroïques et les membres de l’armée syrienne libre. Ils ont ouvert des tunnels dans les montagnes. Qui a fait ça? Ils ont fait ça avec les forces de la coalition. » (…)

« Nous nous sommes un peu rapprochés d’Afrin. Mon souhait est qu’Afin soit complètement tombée . Nous nettoierons Afrin des terroristes, puis nous nettoierons Manbij et l’Est de l’Euphrate des terroristes de la même manière. Le but n’est pas la terre, c’est de purger complètement la région des terroristes. Bientôt, nous détruirons les responsables des terroristes d’une manière beaucoup plus forte dans le nord de l’Irak.« 

Learn Hebrew online

Le but de la Turquie est de vider la zone

Mohammed Kamal, 48 ans, un civil d’Afrin, a déclaré  à The Region que la situation à Afrin est désastreuse.
« Il y a des bombardements dans la ville d’Afrin, et les groupes armés et l’armée turque s’approchent du côté est de la ville, c’est un grand danger pour la ville, et les enfants et les femmes fuient vers la montagne de Sherawa, » a-t-il déclaré. « La Turquie bombarde la ville, et le but de la Turquie est de vider la zone, comme ce fut le cas à Jindiris, Bilbil et Sharra« , a-t-il ajouté.

Le porte-parole du Parti démocratique des peuples (en turc : Halkların Demokratik Partisi HDP), Ayhan Bilgen, a déclaré : « Nous pensons que l’ONU doit prendre position avant que de grandes tragédies humaines, comme celles de Srebrenica dans le passé, ne se produisent » lors d’une conférence de presse à Ankara.

Le HDP craint que l’Etat turc ne s’engage dans une campagne de nettoyage ethnique contre la population kurde qui abrite également la minorité religieuse yézidie en les chassant d’Afrin et en réinstallant des djihadistes alliés, leurs familles, des réfugiés arabes, les Turkmènes et les combattants étrangers amenés aussi loin que la région du Xinjiang en Chine.

Dans une lettre adressée la semaine dernière au Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, le législateur du HDP Faysal Sariyildiz a déclaré que l’attaque turque contre l’Afrin pourrait prendre une voie dangereuse.

L’État turc, encouragé par le fait que les institutions internationales telles que l’ONU restées largement silencieuses, continue à adopter une attitude agressive et envahissante à Afrin. L’État turc nie qu’il tue des civils à Afrin », a écrit le député.

La déclaration inquiétante du Premier ministre turc Binali Yildirim : « Nous placerons 350 000 Syriens à Afrin« , est une indication absolue d’un nettoyage ethnique planifié », a déclaré M. Sariyildiz, renvoyé du parlement turc.

Le Conseil démocratique syrien (MSD) a publié une déclaration écrite sur les attaques d’invasion en cours par l’armée turque et les gangs affiliés contre le canton d’Afrin.

 

Les partisans du projet turque  indiquent explicitement que l’existence des Kurdes en tant que peuple est un obstacle à la domination ethno-religieuse turque, et que leur intention est de cibler les Kurdes parce qu’ils sont membres d’un groupe national particulier. Des hommes politiques turcs ont depuis longtemps promu le transfert forcé des Kurdes, et l’idée jouit d’un soutien large et constant dans l’opinion publique.

Mais si le Kurdes ne choisissent pas de se soumettre à l’État turc  ou de partir, ils auront à affronter une force encore plus grande  que la brutalité que la Turquie utilise déjà pour réprimer deux millions de personnes sous occupation militaire au nord de la Syrie.

La population d’Afrin va contrarier les plans de l’Etat turc

Des affrontements violents se poursuivent entre les combattants YPG/YPJ et les forces d’invasion de l’armée turque et des bandes alliées dans le village de Shadire, dans le district de Sherawa. Aucun détail n’est encore disponible sur les résultats des affrontements. Pendant ce temps, des avions de combat turcs ont frappé le village de Marata mercredi  et des affrontements se poursuivent dans le village.

Le village de Kewkebê a également été bombardé ce matin par des avions de chasse turcs. Dans le village de Kefer Romê, dans le district de Shera, un char turc a été endommagé. Dans le village de Badin, dans le district de Mabata, une action efficace des combattants YPG/YPJ a fait au moins 10 morts parmi les membres des gangs soutenus par les turcs.

Des combats violents et des frappes aériennes intenses ont été signalés dans le district de Bilbile, Les locaux disent que les tentatives de l’armée turque d’avancer ont toutes été déjouées par les combattants YPG/YPJ.

Les membres de la communauté alaouite du district de Mobata dans le canton d’Afrin ont déclaré qu’ils ne céderaient pas leurs terres malgré les attaques de l’armée d’occupation turque et de ses gangs contre Afrin, et malgré les menaces de mercenaires qui ont promis la mort et l’extermination.

La région de Mobata est considérée comme le centre de l’Alaouite kurde où elle est soumise à l’artillerie lourde et aux bombardements aériens de l’armée d’occupation turque et de ses gangs dans le but de détruire presque complètement les villages et les habitations des civils, de déplacer la population et de modifier les caractéristiques démographiques de la région, ce qui viole toutes les lois internationales.

Les Unités de protection kurdes ont lancé un message claire pour l’armée turque: Nous vous attendons dans les rues d’Afrin!

La population d’Afrin continue d’apporter son soutien aux combattants YPG/YPJ. Chaque jour, des dizaines de résidents se réunissent devant l’hôpital pour donner du sang aux blessés, sans quitter le centre de transfusion, même lorsque les autorités déclarent que le don de sang n’est plus nécessaire.

Par décision du Conseil Populaire d’Afrin, les boulangeries de la ville distribuent maintenant du pain gratuitement après l’arrivée d’un grand nombre de personnes des quartiers et des villages qui se sont déplacées vers le centre-ville au milieu des attaques continues de l’Etat turc et des gangs affiliés. L’approvisionnement en nourriture dans la ville s’est détérioré parce que la route d’Alep est constamment attaquée par l’armée turque et de moins en moins de marchandises arrivent dans la ville. Par conséquent, une boulangerie affiliée au Conseil populaire et deux autres boulangeries avec lesquelles un accord a été conclu distribuent gratuitement du pain aux habitants de la ville.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La Turquie part pour un génocide facile des kurdes, mais ces derniers choisissent de ne pas se soumettre !

    1. alauda

      Erdogan a été très critiqué en février pour avoir incité une petite fille à mourir en martyr. Sur la photo, en haut de page, il est prêté le même rôle à la petite fille en treillis au milieu des drapeaux du camp adverse.

      Quand ces gens cesseront-ils d’instrumentaliser les enfants ? Turcs, Kurdes, mêmes ficelles de propagande.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *