toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hommage national aux Invalides : «Le nom d’Arnaud Beltrame est devenu celui de l’héroïsme français»


Hommage national aux Invalides : «Le nom d’Arnaud Beltrame est devenu celui de l’héroïsme français»

Le 28 mars, aux Invalides, à Paris, un hommage national a été rendu au gendarme Arnaud Beltrame, tué par le terroriste islamiste Radouane Lakdim à Trèbes après avoir pris la place d’un otage. Le président de la République a prononcé l’éloge funèbre.

Un hommage national a été rendu le 28 mars au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, tué par le terroriste islamiste Radouane Lakdim à Trèbes après avoir pris la place d’un otage dans un supermarché Super U le 23 mars.
p>Plusieurs centaines de personnes étaient présentes dans la cour de l’hôtel des Invalides où le président Emmanuel Macron a prononcé l’éloge funèbre de l’officier de 44 ans, promu au rang de colonel à titre posthume. Il a également été cité à l’ordre de la Nation pour son «courage exemplaire» et sa «totale abnégation», et a reçu le grade de commandeur de la Légion d’honneur. Cette cérémonie était ouverte au public et environ 2 000 personnes ont rendu hommage à Arnaud Beltrame devant les Invalides.

L’ensemble du gouvernement, les présidents de l’Assemblée et du Sénat, les anciens présidents de la République Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que les chefs de file de l’opposition étaient présents. Parmi les 400 invités, figuraient aussi les familles des victimes, tuées et blessées, ceux ayant vécu les événements, les maires de Carcassonne et Trèbes, ainsi que les représentants des associations nationales représentant les victimes du terrorisme.

«Le lieutenant-colonel Beltrame s’est retrouvé face à la part la plus profonde de son engagement»

Emmanuel Macron a débuté son discours en rappelant la chronologie des attentats de Trèbes et Carcassonne. Le président français a fustigé l’acte de mort «lâche» de Radouane Lakdim, découlant de «l’hydre islamiste». «Cette vie [celle de l’otage] comptait pour Arnaud Beltrame, parce qu’elle était la source de sa vocation de servir. Accepter de mourir pour que vivent des innocents, tel est le cœur de l’engagement des soldats», a poursuivi Emmanuel Macron.

«Le lieutenant-colonel Beltrame s’est retrouvé face à la part la plus profonde de son engagement. Il a pris une décision, qui n’était pas seulement celle du sacrifice, mais celle d’abord de la fidélité à soi-même et à ses valeurs», a continué le chef de l’Etat, rendant un hommage appuyé à la gendarmerie et aux antennes locales du GIGN, dont des membres ont été blessés pendant l’assaut. «Il a fait face à l’agression islamiste, à la haine, au nihilisme barbare», a encore affirmé Emmanuel Macron.

«[Arnaud Beltrame] incarne l’esprit français de résistance», a continué le président, pour qui «l’intolérable, jamais, ne peut l’emporter». «Le camp de la liberté, celui de la France [doit l’emporter]», a encore affirmé Emmanuel Macron. «Le nom d’Arnaud Beltrame est devenu celui de l’héroïsme français», a souligné le locataire de l’Elysée, qui a appelé à «un regain de vigilance et de civisme» face à l’islamisme, «ennemi insidieux». Il a également évoqué l’assassinat, «parce que juive», de Mireille Knoll, expliquant que le meurtrier de cette dernière avait «profané [les] valeurs sacrées [de la France]».

Emmanuel Macron, après avoir terminé son discours, s’est dirigé vers le cercueil d’Arnaud Beltrame pour lui remettre la Légion d’honneur, au grade de commandeur. Une marche funèbre a ensuite été jouée alors que le cercueil quittait la cour des Invalides.

Lire aussi : «Le geste d’un gendarme et le geste d’un chrétien» : l’hommage de l’épouse d’Arnaud Beltrame





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Hommage national aux Invalides : «Le nom d’Arnaud Beltrame est devenu celui de l’héroïsme français»

    1. Armand Maruani

      Ces incapables qui nous gouvernent .

      C’en est assez des hommages nationaux, des marches blanches, des bougies, des fleurs, des prières, des peluches !!!

      Encore combien de temps les français vont-ils rester passifs et avaler sans reagir les promesses de leurs dirigeants.

      Voila encore un homme politique, proche du pouvoir qui est dans un pur délire naif et dangereux.

      Deux jours après les crimes islamistes de Trèbes : Castaner au summum de l’incompétence

      Christophe Castaner vient de déclarer sur Europe 1 qu’il convenait d’accueillir en France les djihadistes de retour de Syrie.

      Quelques heures à peine après les assassinats de Carcassonne et de Trèbes, et notamment celui du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, Christophe Castaner, secrétaire d’état chargé des relations avec le Parlement et patron de LREM, vient de déclarer sur Europe 1 qu’il convenait d’accueillir en France les djihadistes de retour de Syrie. Cette déclaration, en plus d’être une formidable injure aux quatre morts de l’Aude et, au-delà, à toutes les victimes du terrorisme islamiste, atteste bien de ce que ceux qui nous gouvernent aujourd’hui n’ont toujours pas pris la mesure du drame que notre pays traverse depuis maintenant de trop nombreuses années.
      Incapable de reconnaître les failles que notre système judiciaire contient encore, et qui permettent à des centaines d’individus potentiellement dangereux de circuler librement sur notre territoire, le summum de l’incompétence, pour ne pas dire plus, est atteint lorsque Castaner prétend qu’une telle mesure permettrait « d’identifier le risque ». Combien faudra-t-il de morts et de blessés pour que ces apprentis sorciers, du haut de leurs ministères, comprennent que le risque n’est plus à identifier parce qu’il est connu ? Combien de militaires, de gendarmes, de policiers ou même de simples citoyens devront encore payer de leur vie les états d’âme, les atermoiements, les hésitations et, finalement, l’impéritie de ceux qui ont renoncé sans vouloir l’avouer à lutter contre ces ennemis de la France ?
      Car soyons réalistes, les mesures prises par les derniers gouvernements ne sont que de la poudre aux yeux. Face à la barbarie et à la détermination des tueurs qui sévissent librement dans notre pays, ce ne sont pas quelques réformes de procédure pénale ou bien de ridicules programmes de déradicalisation qui mettront un terme à l’hécatombe qui nous touche désormais.
      La vérité veut que nous reconnaissions qu’avec la meilleure volonté du monde, nos services de sécurité sont dans l’incapacité de suivre tous les fichés S. Aussi est-il irresponsable, voire criminel, de prétendre accueillir pour mieux les suivre les « revenants » qui ont combattu la France les armes à la main et ont déjà, pour la plus grande partie d’entre eux, du sang sur les mains. Incapables de contrôler nos cités, au sein desquelles nos policiers ne peuvent d’ailleurs plus rentrer, nos politiques sont désemparés et réduits à de beaux discours pour que les Français ne désespèrent pas. Mais combien de temps cela va-t-il durer ? Miser sur la légitime émotion d’un peuple qui voit le chaos s’installer peu à peu et qui se demande à chaque nouvel attentat terroriste qui sera visé la prochaine fois ne pourra plus durer bien longtemps.
      Face à des actes barbares, il convient d’agir avec fermeté et détermination. Tout d’abord en empêchant, par tous les moyens, le retour de ceux qui ont combattu la France. Ensuite, en emprisonnant immédiatement tous ceux qui sont convaincus, de près ou de loin, d’avoir aidé, favorisé et, a fortiori, fomenté des attaques terroristes de quelque nature qu’elles soient. Enfin, en isolant tous les détenus incarcérés pour des infractions en relation avec de telles attaques. Non, moins que jamais il convient d’ouvrir nos portes aux loups de Daech. Le temps est à une riposte ferme et déterminée seule à même de faire régner la paix dans notre pays.
      La mort héroïque du lieutenant-colonel Beltrame ne doit pas être interprétée comme étant une fatalité face à un phénomène qui nous dépasserait. Elle doit être le signal de départ de la réaction implacable d’une démocratie qui n’en finit pas de reculer depuis des décennies. Et si monsieur Castaner n’est pas d’accord, qu’il s’en aille !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    36 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap