toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ankara bloque l’internet pour diminuer la circulation des informations sur l’offensive contre Afrin


Ankara bloque l’internet  pour diminuer la circulation des informations sur l’offensive contre Afrin

En coupant le réseau internet, la Turquie veut cacher ses crimes commis à Afrin. Mais les journalistes et les militants d’Afrin ont juré de faire leur travail d’information bien qu’ils risquent leur vie. Le gouvernement turc a renforcé son emprise sur l’accès à Internet dans le pays en bloquant les réseaux utilisés pour accéder aux sites Web interdits, a rapporté vendredi le site d’information turc Diken.

L’interdiction de 20 réseaux privés virtuels, ou VPN, a coïncidé avec la décision de bloquer l’accès à ProtonMail, un service qui offre aux utilisateurs un courrier électronique crypté de haute sécurité.

En bloquant l’utilisation de 20 VPNs, qui permettent aux utilisateurs de contourner les restrictions, les autorités turques ont réduit les moyens par lesquels les citoyens accédaient aux sites interdits.

La liberté de l’Internet a déjà fortement diminué en Turquie ces dernières années, Freedom House, un organisme de surveillance indépendant, classant la Turquie comme « non libre » dans son rapport Freedom on the Net 2017.

Le gouvernement turc a adopté un amendement légal en 2014 lui accordant le pouvoir de bloquer n’importe quel site Web dans les quatre heures et sans demander au préalable une décision de justice. Elle a fait un usage fréquent de cette autorité, en interdisant des sites Web aussi apparemment anodins que Wikipedia, et en bloquant fréquemment des sites de médias sociaux comme Facebook, YouTube et WhatsApp.

Une autre loi sur la censure a été adoptée en février dernier, que les législateurs de l’opposition ont qualifiée de « draconienne ».

L’État turc ne veut pas qu’on voit ses crimes, alors, c’est sbires passent leur temps à signaler les pages et comptes kurdes qui montrent les horreurs commis par l’armée turque et ses jihadistes alliés à Afrin. La page Rojava News Agency fait partie de ceux attaqués car montrant le vrai visage de l’État turc à Afrin. C’est pourquoi, elle est attaquée.

 

La destruction de l’hôpital d’Afrin

Hier l’hôpital Avrîn de la ville d’Afrin a été la cible de frappes aériennes de l’aviation turque. 16 personnes sont mortes, le bilan total n’est toujours pas clair car toutes les communications téléphoniques et internet ont été coupées à Afrin.

La propagande turque clame aujourd’hui que l’hôpital n’a pas été touché, mais ils ont eux-même publié les photos prouvant le contraire. Sur le compte Twitter des forces armées turques (TSK), 2 photos de drones et une vidéo ont été publiées, montrant un bâtiment sans aucun dommage.

Mais ce bâtiment n’est pas l’hôpital ! L’hôpital est composé des bâtiments jaunes sur la droite de la photo (à l’intérieur du cercle bleu).

Si aucune photo montrant les destructions de l’hôpital depuis le sol n’a été publiée c’est parce que toutes les communications téléphoniques ET internet ont été coupées par l’armée turque dans la ville d’Afrin. Une 2ème vidéo montre la configuration de l’hôpital.

Il est donc très clair que l’armée turque, qui dispose d’un arsenal de drones illimité (comme le montrent leurs propres photos) a délibérément ciblé hier soir le seul hôpital civil d’Afrin, où des dizaines de personnes étaient soignées. Il s’agit d’un nouveau crime de guerre. depuis, des images ont pu être envoyées d’Afrin pour montrer la barbarie turque.

L’armée turque a nié les affirmations de l’AFP et de l’Observatoire syrien des droits de l’homme selon lesquelles ils ont attaqué l’hôpital d’Avrin et tué 16 civils à Afrin. Mais les images récemment diffusées sur le terrain parlent d’elles-mêmes. L’armée turque a affirmé que les allégations sont « fausses » dans un tweet destiné au public anglais et en turc.

Les sources locales ont envoyé les images du bombardement de l’hôpital au journal The Region.

« Aujourd’hui, la date est le 17 mars 2018. C’est l’hôpital d’Avrin (à Afrin). Vous pouvez voir les effets des avions de guerre de la Turquie. » déclare l’homme qui filme la scène.

Huit semaines se sont écoulées depuis que les forces armées turques ont commencé leur opération en coordination avec les forces de la FSA soutenues par Ankara.

L’opération a été condamnée au Parlement britannique, au Parlement européen et par d’anciens chefs d’État comme François Hollande. Les Nations Unies ont mis en garde contre des rapports » profondément alarmants » de pertes civiles.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Ankara bloque l’internet pour diminuer la circulation des informations sur l’offensive contre Afrin

    1. 4201

      KURDES ONT VS AIME!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Que D…. vs aide avec ce nazislamiste erdogan que la France et l otan leche tres tres profond en bon dhimis ou soumis!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    80 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap