toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats-Unis : la note «explosive» sur les écoutes du FBI durant la campagne de 2016 rendue publique prouve la collusion entre le FBI et Hillary Clinton


Etats-Unis : la note «explosive» sur les écoutes du FBI durant la campagne de 2016 rendue publique prouve la collusion entre le FBI et Hillary Clinton

Après le feu vert du président américain Donald Trump, la note Nunes sur les écoutes du FBI en pleine campagne présidentielle de 2016 a été publiée en ligne. Ses conclusions attesteraient d’une collusion entre le FBI et le parti d’Hillary Clinton.

Le président américain Donald Trump a annoncé le soir du 2 février avoir déclassifié une note confidentielle rédigée par des Républicains, critiquant l’attitude du FBI, ouvrant la voie à sa publication par le Congrès. Celle-ci a été mise en ligne quelques minutes plus tard.

Rédigée à partir d’informations secrètes que le FBI et le Département de la Justice ont été obligés de communiquer, la note en question a été rédigée sous la supervision du président républicain de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, Devin Nunes, contre l’avis des membres démocrates de sa commission. L’objet en est les écoutes mises en place par le FBI contre un membre de l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016 dans le cadre des investigations sur les prétendues tentatives d’ingérence et de manipulation russes, procédés que les républicains considèrent comme un abus de pouvoir.

Ingérence du FBI dans le processus démocratique américain ?

Le document fait de nombreuses révélations pour le moins embarrassantes non seulement pour le FBI mais aussi pour le Parti démocrate. D’après les conclusions de la note Nunes, le parti de la candidate malheureuse Hillary Clinton a bien financé la constitution du «dossier Trump» qui a permis au FBI de justifier sa demande de mise sur écoute de l’équipe de campagne de Donald Trump en 2016.

Loading...

Toujours d’après la note, qui met en avant des informations présentées comme fournies bon gré mal gré par le FBI, l’agence de renseignement a omis de citer lors de sa demande d’écoute le «dossier Trump». Ce dossier a en outre été instruit par une société de renseignement privée, la Fusion GPS, basée à Washington. Cette officine, qui compte le Parti démocrate parmi ses clients, s’est adjoint les services d’un ancien agent des services secrets britanniques, Christopher Steele. La note révèle également que le FBI a donné son agrément pour que l’ancien espion du MI6 bénéficie d’émoluments versés par le Comité national démocrate (DNC).





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Etats-Unis : la note «explosive» sur les écoutes du FBI durant la campagne de 2016 rendue publique prouve la collusion entre le FBI et Hillary Clinton

    1. sarah

      Au moment de l’affaire du Watergate, les Républicains avaient espionné les Démocrates par des écoutes téléphoniques : ce scandale avait entraîné la démission du Président Richard Nixon en Août 1974 au cours de son deuxième mandat et c’est depuis cette affaire qu’une loi a été votée punissant sévèrement les écoutes des partis adverses or, c’est ce qui vient de se passer dans le sens inverse : des Démocrates ont mis sur écoute un conseiller de campagne de Donald Trump en 2016. Et là, les médias en parlent peu, les Républicains sont tièdes alors qu’ils devraient pilonner leurs adversaires et il y a même certains journaleux, tenez-vous bien, qui trouvent le moyen de donner tort à Trump mais ces médias américains sont atteints de folie, sont endoctrinés, sont de vrais salopards : s’il fallait un Prix du journalope, ils le gagneraient.
      Et ces médias exigent en plus de Trump de ne pas empêcher l’enquête russe MAIS IL FAUT VIRER ROBERT MUELLER. Je vous dis qu’il y a, et surtout parmi les Démocrates mais aussi chez certains Républicains et tous ceux qui votent pour eux, un racisme anti-russe qui va beaucoup plus loin que la critique du pouvoir russe et une volonté d »élimination de Trump qui va là aussi beaucoup plus loin qu’une critique de sa politique.
      Il y a des élections de mi-mandat en Novembre de cette année, j’espère vraiment que les Démocrates vont se prendre une raclée : au Sénat, ce sont une majorité de leurs Sénateurs qui vont devant les électeurs.

    2. Pilou

      La prédiction que le maître d’oeuvre de cette conspiration, Barak Obama, n’apparaîtra pas dans la conclusion de cette saga.

    3. michel boissonneault

      j’ai cliquer sur mise en ligne en haut de l’article et cela ne fonctionne pas bref je vais le trouver ….. j’espère juste de trouver au complet les 40 pages …. pas juste les même 4 pages même si elles sont très révélatrice ….. moi mon feeling est que le climat de travail au FBI présentement doit être pourris et divisé car beaucoup de ses enquêteurs sont honnête et refuse d’être associé a cette forme de police d’état a la chavez , a la SS , a la sovietique

    4. Jacques B.

      En toute logique, cette affaire devrait conduire à l’inculpation des hauts responsables du FBI (Comey et cie) et du Département de la Justice qui ont, en toute connaissance de cause, donné le feu vert aux écoutes téléphoniques.

      Ces gens qui ont placé leurs préférences politiques plus haut que la déontologie élémentaire de leur profession, en vue de tromper les électeurs américains (bien relayés par les médias acquis à 80-90% aux Démocrates) et fausser le résultat d’une élection présidentielle doivent être traduits en justice.

      Je ne suis pas sûr que les enquêteurs arriveront à remonter jusqu’à Obama ou Clinton – encore que, le nom de cette dernière, en tout cas de sa fondation, apparaît régulièrement – mais le degré de corruption et d’absence de toute éthique de services aussi cruciaux que le FBI et le DoJ est préoccupant.

      Ce très bon article de Contrepoints résume bien la situation : https://www.contrepoints.org/2018/02/06/309105-lenquete-lenquete-fbi-donald-trump
      Où l’on voit qu’Alan Dershowitz, considéré par beaucoup comme le plus grand juriste constitutionnel des États-Unis, et engagé du côté démocrate, est lui aussi préoccupé par ce que révèle le memo et appelle à la constitution d’une commission totalement indépendante pour faire toute la lumière sur une affaire qui sent quand même très mauvais pour les Démocrates et leurs relais, les grands médias comme le New York Times, le Washington Post ou CNN.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *