toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Dans les quartiers, nous entendons les préjugés antisémites les plus grossiers »


« Dans les quartiers, nous entendons les préjugés antisémites les plus grossiers »

Président de l’Amitié judéo-musulmane de France, le rabbin Michel Serfaty sillonne la France depuis dix ans avec le bus de l’association.

Il rapporte les préjugés antisémites les plus courants chez les jeunes, et explique aussi comment les combattre.

La Croix : Depuis dix ans, vous sillonnez la France avec le bus de l’Amitié judéo-musulmane de France. Quels sont les préjugés antisémites les plus courants chez les jeunes ?

Michel Serfaty : Ils sont de toutes sortes, dans les quartiers sensibles que nous visitons. Pour certains jeunes, « le juif, c’est le diable », il n’est donc pas bon de le fréquenter ou même de lui parler. Certains propos sont clairement à connotation religieuse. Comme cette fois où je montrais un panneau avec les noms arabes et juifs d’Abraham, de Moïse etc., et qu’un des jeunes m’a dit : « Je ne peux pas prononcer leur nom juif, sinon Dieu va me punir ».

Ce type de propos, nous les entendons chez des enfants de 9-10 ans : ce doit donc être par le milieu familial que passe cette culture du mépris, et même de la haine du juif. Mais on peut penser qu’il circule aussi dans les mosquées.

À partir de 13-14 ans, on entend souvent que « le juif est dangereux parce que c’est lui qui frappe les musulmans en Palestine ». Il y a une assimilation totale des juifs avec les Israéliens, et des musulmans avec les Palestiniens. Nous observons aussi une grande ignorance sur la Shoah. Parmi ceux qui en ont entendu parler, certains nous affirment que « ce sont les juifs qui l’ont inventée », ou qu’« Hitler a bien fait les choses ». Je ne crois pas que ce soit de la provocation : c’est plutôt un discours classique du monde arabo-musulman, et que les familles n’ont pas cherché à en expliquer le caractère criminel.

Observez-vous une différence entre garçons et filles ?

Michel Serfaty : Pas vraiment, je peux entendre des horreurs de la part de filles de 16-17 ans. L’une d’elles m’a expliqué un jour que sa mère lui avait dit qu’elle « pouvait coucher avec qui (elle) voulait sauf un juif, sinon elle resterait impure et interdite pendant 40 jours ».

À partir de cet âge circulent aussi les poncifs classiques sur « les juifs qui détournent les richesses dans tous les pays », « voleurs », etc. Un jeune originaire d’Afrique m’a demandé un jour de lui donner « la clé de la richesse », car c’est une croyance répandue qu’il faut pour cela s’adresser à « un rabbin »… Ceux qui ont travaillé dans une entreprise nous disent aussi que « la plupart des patrons sont des juifs », qu’ils « tiennent l’économie », etc. On entend même les préjugés les plus grossiers. Une fois, un jeune m’a assuré qu’« il était écrit dans le Coran que les juifs tiennent les sex-shops et que c’est pour cela qu’il faut les tuer ».

Parfois, avec mon ami l’imam Mohamed Azizi qui m’accompagne, nous nous amusons à les taquiner. Je lui passe mon chapeau, je le présente comme rabbin et moi comme imam. Ils prennent mal ce jeu de rôle, car « rabbin » est pour eux une insulte.

Devant une mosquée radicale, j’ai interrogé un jour un responsable pour savoir si la formule rituelle pour demander à Dieu « de faire disparaître les juifs et les chrétiens » y était récitée. Il m’a répondu faire en sorte de ne pas l’entendre. L’imam, lui, était convaincu que, « puisque c’est écrit, on ne peut pas le changer ». Et un fidèle qui s’est joint à la discussion a assuré que c’était même« indispensable ». Je leur ai indiqué qu’un décret du roi du Maroc interdit désormais de la prononcer, mais pour eux, il ne représente pas le « vrai islam ». Le « vrai islam », c’est que le monde entier devienne musulman.

Learn Hebrew online

Quelle évolution constatez-vous depuis dix ans ? Ces préjugés peuvent-ils être combattus ?

M. S. : Nous n’avons pas de baguette magique pour transformer des mentalités ! Il faudra sans doute attendre une génération ou deux pour que le travail de l’école de la République produise ses effets. Ce que je regrette, c’est que les gouvernements successifs aient englouti des sommes colossales dans la rénovation urbaine : s’ils avaient formé des bataillons d’acteurs comme nous, nous n’en serions pas là. Depuis l’année dernière, nous intervenons à Meaux (Seine-et-Marne) tous les mercredis devant des enfants, adolescents, et leurs parents, accompagnés par une bonne cinquantaine de médiateurs de la ville.

Source : La Croix






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “« Dans les quartiers, nous entendons les préjugés antisémites les plus grossiers »

    1. Pinhas

      Le fruit est pourri si l’arbre familial est malade.
      En France nous avons beaucoup d’arbres infectés dont les fruits sont pourris.
      Il faut traiter les parasites nazislamistes et peut-être qu’un jour de nouveaux arbres pousseront et donneront de beaux fruits.

    2. sarah

      Amitié judéo-musulmane ??? C’est le mariage de la carpe et du lapin, du loup et de l’agneau, de la lionne (c’est elle qui chasse et non le lion) et de la gazelle.

      Que les mères musulmanes et les parents musulmans se rassurent, les mères juives sionistes, c’est-à-dire celles qui se respectent, ne veulent ni de leurs filles, ni de leurs fils pour compagnes ou compagnons pour leurs enfants, même pour une heure, même pas pour amis : si ma fille unique s’était accoquinée d’un musulman, je l’aurai déshéritée. Heureusement, elle a épousé un juif sioniste (de père canadien et de mère américaine) et m’a donné deux beaux petits-enfants.

      Ces musulmans peuvent penser ce qu’ils veulent des juifs : nous nous en fichons et nous sommes devenues vraiment islamophobes et racistes depuis Ilan Halimi; avant, les Juifs avaient une certaine méfiance envers les musulmans : cette crainte s’est vérifiée lors des massacres de Bagneux, de Toulouse où un islamiste haineux a tué des petits enfants, de Bruxelles, de Paris, de Copenhague.
      Ce rabbin m’a fait rire jaune quand il a semblé découvrir que les musulmans assimilent les Israëliens aux Juifs et les arabes de Palestine, faussement appelés « palestiniens », aux musulmans mais c’est depuis 1948 que c’est ainsi, mais seulement à cette époque-là, la France, et notamment la banlieue parisienne, n’était pas envahie par les hordes musulmanes. Et quand il dit qu’il faudra une ou deux générations pour que cet antisémitisme musulman, grâce à l’Education Nationale, n’existe plus, il plaisante, j’espère : depuis la fin des années 70, l’Education Nationale a démissionné si tant est qu’un jour, l’Etat français ait vraiment abordé à l’école, au collège et au lycée le problème de l’antisémitisme musulman. Je ne le crois absolument pas.

      PS : Je ne suis pas très riche : j’ai une petite maison dans le Sud-Ouest et quelques économies mais je ne les aurai pas données à ma fille si ma descendance devait être musulmane parce que les enfants nés d’un père musulmans le sont.
      Le Sud-Ouest est une très belle région entre mer, océan et montagne proche de l’Espagne et j’y ai deux bonnes amies d’origine espagnole et c’est uniquement pour ces raisons que je passe encore l’été en France, ce pays qui me dégoûte de plus en plus à cause de son antisémitisme musulman que l’Etat français, hormis Valls, laisse pousser depuis quatre décennies comme de la mauvaise herbe : cette haine anti-juive est devenue une immense friche qui ne tardera pas à flamber; il y a eu déjà quelques incendies.

    3. Armand Maruani

      Qu’ils oublient les Juifs et qu’ils se regardent dans un miroir .

      Dans le miroir ils verraient des chévres , des pédophiles et des criminels .

      Et dans le rétroviseur des millions de morts , de peuples soumis et ça continue .

      Et on utilise les Juifs pour détourner l’attention .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *