toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Dans la vie parlementaire, un exemple de contraste entre l’amour (Canada) et la haine (Tunisie)


Dans la vie parlementaire, un exemple de contraste entre l’amour (Canada) et la haine  (Tunisie)

Au Canada, un député a profité d’une déclaration à l’Assemblée nationale de la province du Québec, pour demander sa conjointe en mariage, mercredi 14 février 2018, jour de la Saint-Valentin.

Éric Lefebvre qui représente Arthabaska, une région du Centre-du-Québec, s’est levé au Salon bleu pour rendre hommage à tous les conjoints et conjointes des élus, qui doivent composer avec l’horaire chargé des élus. Il s’est ensuite adressé à sa conjointe, Geneviève Laliberté, qui se trouvait dans les estrades.

« Monsieur le président, je vais déroger au protocole en ne vous adressant pas la prochaine question, mais je vais plutôt l’adresser à ma conjointe, à celle avec qui je veux vieillir et me bercer en me remémorant de beaux souvenirs, a déclaré M. Lefebvre. Geneviève, veux-tu m’épouser ? »

L’heureuse élue a d’abord étouffé des larmes de joie.

« Ça prendrait une réponse », a lancé François Gendron, qui présidait les débats à ce moment.

Après quelques instants, elle dit « oui » sous un concert d’applaudissements des députés québécois.

Les amoureux, qui se fréquentent depuis quatre ans, se sont ensuite rejoints dans l’antichambre du Salon bleu pour que le député passe un anneau au doigt de sa dulcinée.

Ce député n’est pas seul élu à avoir été inspiré par l’esprit de la Saint-Valentin. À l’initiative du président de l’Assemblée nationale du Québec, Jacques Chagnon, des roses ont été disposées sur les bureaux de chaque députée au Salon bleu avant la période de questions.

Ici on est encore dans un pays civilisé.

Learn Hebrew online

Le contraste de la haine en Tunisie… toujours au nom de la cause palestinienne

Face au romantisme qui s’est invité en pleine séance de l’Assemblée nationale du Québec, en Tunisie, un pays   obsédé par la haine d’Israël, c’est tout une autre ambiance qui règne en ce moment.

Dans ce pays musulman, un député antisémite de l’opposition laïque a déchiré le drapeau israélien, le mardi 13 février, en séance plénière du Parlement.

M. Ammar Amroussia, membre du Front populaire (un parti de gauche), a déchiré le drapeau de l’État Juif pour exprimer sa protestation contre la décision du Parlement de son pays de reporter, à plusieurs reprises, l’examen d’un projet de loi portant sur la criminalisation de toute mesure allant dans le sens des relations avec Israël.

La télévision d’État tunisienne a retransmis en direct les propos de haines et les gestes de ce député de l’opposition lorsqu’il disait : « Voici le drapeau de l’entité sioniste devant vous. Allez y faire le pèlerinage, mais nous resterons une épine dans votre gorge » pour critiquer l’attitude du Parlement envers le projet de loi contre la normalisation avec Israël.

Si le prix à payer pour rester au pouvoir est de normaliser vos relations avec l’entité sioniste; restez-y, vous serez des traîtres!” s’est emporté ce fanatique anti-israélien.

Ce projet de loi a été proposé par le Front populaire, qui est très proche dans ses idées anti-israéliennes avec le Hezbollah Libanais.

La direction du Parlement tunisien a expliqué que le débat sur ce projet a été reporté en raison de l’emploi du temps surchargé de l’Assemblée des représentants. Ce député  haineux a accusé le gouvernement et le président du Parlement tunisien, Mohamed Ennaceur, d’être responsables de ces reports répétés.

La Ligue tunisienne pour la tolérance- une tolérance non valable envers les juifs évidement – œuvre depuis décembre 2017 contre la normalisation des relations avec Israël, pour faire plaisir aux dirigeants Palestiniens.

Vendredi, au cours d’une réunion de la commission des droits et libertés consacrée à la proposition de loi sur “la criminalisation des relations avec l’entité sioniste” la tension est montée d’un cran entre la coalition au pouvoir et l’opposition

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Dans la vie parlementaire, un exemple de contraste entre l’amour (Canada) et la haine (Tunisie)

    1. Moka

      Les juifs devraient éviter ces pays islamiques. Même en Israël les juifs ne sont plus en sécurité face au terrorisme musulman palestinien.

    2. belle

      Ce tunisien est 1 NAZE IMPRODUCTIF INCULTE CAPABLE QUE DE HAINE DE CRIMES
      lui est tt ses amis colonisateurs /genocidaires sur les peuples autochtones qui partagent ses idees de degeneres ST LES RATES de la terre et la honte de l humanite….

      Ces gens frustres incultes st le contraire de la civilisation et de l amour de son prochain…

      D…. merci de ne m avoir pas faite naitre ds cette engeance suceuse de sang de ces abrutis haineux genocidaires …

    3. Cyrano

      @ MICHAEL : Bien avant les printemps arabes je ne donnais plus un franc à tous ces pays de merde , comme disait si bien ce cher MR TRUMP et il a entièrement raison de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas à part les mange merde .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *