toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La contamination de la droite par abandon face à la doctrine agressive de la gauche en Israël


La contamination de la droite par abandon face à la doctrine agressive de la gauche en Israël

1 La droite au pouvoir

Nous avons parlé dans notre précédent article de l’assujettissement du pouvoir politique, élu par la majorité, à un groupuscule qui le fait marcher droit en tenant d’une main le bâton médiatique et de l’autre le barreau judiciaire. Les élus de droite ont parfois hérité d’un meuble préfabriqué auquel il ne manquait pour en achever l’assemblage que le dernier coup de marteau. Renverser la vapeur est bien plus ardu, et ne permet pas toujours d’empêcher les catastrophes de se produire. Netanyahou a commencé son parcours par l’introduction des terroristes de l’Olp à Hébron, ce que Pérès n’avait pas eu le temps de faire, malgré les replis frénétiques et répétés de Tsahal de terrains qui n’allaient pas tarder à se transformer en bastions de la logistique du phénomène apocalyptique des attentats suicides. Ce n’est que plus tard, en mars 2002, que l’opération Homat Maguen réinvestit la place et ferme les ateliers de la mort. Mais à ce jour, les organisations terroristes n’ont pas été délogées.

On avait voté pour les territoires contre la paix avec la garantie que si la marchandise n’était pas fournie, on reprendrait les territoires, et le monde entier comprendrait alors la nécessité du traitement à la racine de ce faux ami qui avait juste feint de faire la paix. Cette option reste d’autant moins évidente qu’aucun des instigateurs de l’introduction de la machine de mort instaurée dans le cadre des accords d’Oslo n’a été inquiété à ce jour, et aucune commission d’enquête n’a vu le jour pour cette connivence avec l’ennemi.

Sur la même lancée, de grandes idées se cantonnent sur le terrain de la parole, dans la mesure où elles ne doivent pas être traduites sur le terrain de l’action. On peut être doué à la fois de la voix de Jacob et des mains d’Esaü, revendiquer intelligiblement la légitimité de la présence juive en terre d’Israël d’une part, et envoyer des bulldozers raser un mochav d’autre part. Il en ressort que, sous un certain angle, habiter dans une localité juive de Judée-Samarie ne vaut pas moins que l’ancien appel de la gauche à s’allonger sous les roues des véhicules qui devaient selon elle accompagner les Arabes jusqu’à la frontière pour les expulser du pays.

Sur son blog, l’auteure israélienne Ruth Kotlorov explique que vivre dans les territoires libérés à la guerre des Six jours signifie, pour un Juif israélien, que l’on est constamment couchés sous les roues des cars envoyés pour se charger de l’expulsion des Juifs. L’ex député Ya’acov Katz disait depuis la tribune de la Knesset que sans les centaines de milliers de Juifs installés en Judée-Samarie, les politiques auraient depuis longtemps cédé la totalité du terrain à l’ennemi.

2 La droite de salon

Variations sur un thème

Dans ce contexte, l’abandon et le renoncement aux idéaux de certains observateurs proches de nos cercles, journalistes ou non, qui se mettent à leur tour à ressentir de l’empathie pour le terreau arabo-musulman de la haine qui colonise la terre d’Israël et en interdit des zones entières aux Juifs tout en les mettant en danger là où il leur est permis de se trouver, est pour le moins sidérant.

Ils ne manquent pas d’imagination, et si les idées ne sont pas nouvelles sur le fond, elles semblent l’être en tout cas sur la forme. Ainsi, les «deux pays pour deux peuples», idée ayant infesté les cerveaux jusque dans les cours d’histoire-géo des lycées laïcs de France au début des années 80, s’est retrouvée récemment sous deux nouvelles variations :

Learn Hebrew online
  1. «La terre n’appartient ni aux Juifs ni aux Arabes, ce sont les Juifs et les Arabes qui lui appartiennent» ;
  2. et : «les Arabes qui occupent la terre d’Israël méritent notre admiration car ils aiment notre terre au moins autant que nous».

On peut ajouter au passage que le monde arabe adore leurs semblables qui occupent le sol d’Israël sous le surnom à dessein de «Palestiniens», d’une mesure inversement proportionnelle à leur détestation d’Israël ; en d’autres termes, si le «Palestinien» concerné quitte le périmètre d’Israël, il perd aussitôt tout intérêt.

Les formules a. et b. ne sont pas citées mot à mot. Je ne les ai pas sous les yeux. Il est vrai que toute ressemblance avec des penseurs qui existent ou ayant existé ne serait absolument pas fortuite. Mais c’est volontairement que je n’en cite pas les auteurs, car ce qui est intéressant, c’est le phénomène.  Et puis, citer à rebrousse-poil de leur gloire des gens qui peuvent par ailleurs être des amis de longue date pourrait avoir un côté vexant, s’assimiler à une trahison, voire à une attaque groupée. Ce n’est pas pour rien que lorsque je rencontre des amis qui tournent entre divers plateaux et tribunes, nos discussions n’incluent pas de débats d’idées, ce serait non seulement inutile, mais fatiguant, et tel personnage médiatique a déjà coupé court au dialogue par un «mais tu sais bien qu’en réalité, je pense exactement comme toi». Toujours est-il que les variations sur le thème – tout ce qui est d’un même temps se ressemble – des «deux Etats pour deux peuples» permet de garder son collier à l’instar du second antagoniste dans le Loup et le chien, ou de se faire repérer sur un média de moindre importance qui servira de tremplin pour passer sur une chaîne contraignante à grande écoute.

C’est pourquoi il suffira de se contenter de l’observation du phénomène uniquement. Un autre symptôme des éditoriaux met en avant les bienfaits de la «modération», de la volonté de poursuivre ou reprendre les pourparlers avec les organisations terroristes, ne fût-ce que pour montrer au monde entier que ce n’est pas nous qui refusons la paix. Quand on pense que Weizman prenait des «risques courageux» en rencontrant «en secret» les génocidaires de l’Olp!

Pour ceux qui travaillent pour des organes de presse, il relève donc de l’évidence que leur motivation est liée à leur gagne-pain ou leur besoin d’audimat. Il est indéniable aujourd’hui que la presse riche doit plaire à toutes sortes de courants peu recommandables, politiques ou islamistes, et qu’elle ne survit que par de grasses subventions. En France, pour les médias les plus entretenus, l’aide avoisine les sept millions d’euros par an.

Réaction-syndrome à une comique belge

Il arrive même que nos complaisants innovent, et poussent encore plus loin les limites de l’acceptable. La «comique» belge présentée sur France 2 – qui a fait récemment énormément d’audience avant de retomber dans l’oubli – comme une «femme qui ose tout», comme si c’était une qualité suprême, a été trouvée drôle par certains de nos journalistes ou aspirants. Trois pages FB au moins et JSS ont trouvé la comique pas antisémite, sans être très clairs quant à la blague, et sans nous dire si plaisanter sur des comparaisons entre Juifs et chaussures, était ou non antisémite. Si elle avait plaisanté sur la lâcheté d’une résistance non-chauffante qui a bouilli en 45 selon une courbe inversement proportionnelle à la diminution des Juifs assassinés, on aurait peut-être pu y déceler de l’autodérision non-juive. Eh oui, manque de chance pour nos complaisants, cette tentative facebookienne de compréhension tolérante et d’accusation de ses semblables de paranoïa était prématurée, car la boutade a largement déplu tout d’abord aux non-juifs. Ceux qui l’ont appréciée chez nous n’ont pas pu (pour le moment du moins) être en retour appréciés pour leur grande tolérance et leur exemplaire ouverture d’esprit. A ce jour, le seul antisémitisme autorisé reste celui qui prétexte la très sanctifiée «souffrance palestinienne», bien qu’en perte de vitesse depuis qu’elle est testée largement depuis Charlie et Nice en Europe.

Et de la même façon qu’il n’y a rien à gagner à comprendre le point de vue de l’ennemi et encore moins à l’adopter, puisque le lien de la nation d’Israël à sa Palestine ne saurait être démenti, il convient de soutenir sans ambiguïté l’arrivée relativement massive de la communauté juive de France en Israël. Nous devons nous indigner et nous insurger contre les tentatives visant à porter atteinte à la légitimité de leur retour et de leur présence en Israël, contre ces attaques de leur dignité qui les affublent d’étiquettes avilissantes et inappropriées, dans un message plus ou moins sous-entendu selon lequel ils n’auraient rien à faire ici.

Car le groupuscule idéologique qui exerce sa mainmise sur les médias et tend à flouter la légitimité de notre lien à la terre d’Israël, à commencer par la Judée-Samarie, tend au nom des mêmes motivations à remettre en question le lien indéfectible qui relie les Juifs de diaspora à la terre d’Israël.  Lire entre les lignes, ou écouter entre les allégations, nous permettra d’identifier sous le verni trompeur d’une fausse objectivité ce négationnisme qui veut faire d’Israël un Juif errant sans retour, ce négationnisme qui prétend que les Juifs viendraient de Pologne ou d’Allemagne, mais pas des pays sous la houlette de l’islam et encore moins de la terre d’Israël.

© Yéochoua Sultan pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “La contamination de la droite par abandon face à la doctrine agressive de la gauche en Israël

    1. Salmon

      Finalement c pas Kupfer qu il faut mais Lieberman
      20 à 30 attentats déjoués par semaine
      Coullomb allez vous cacher
      PTDR

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *