toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Poutine décapité au musée Grévin : la Femen sera rejugée pour «exhibition sexuelle» (Photos)


Poutine décapité au musée Grévin : la Femen sera rejugée pour «exhibition sexuelle» (Photos)

La Femen qui avait dégradé la statue de cire à l’effigie du président russe, Vladimir Poutine, au musée Grévin en 2014 sera finalement jugée une troisième fois pour exhibition sexuelle après que la Cour de cassation a annulé sa relaxe le 10 janvier.

La Cour de cassation a estimé le 10 janvier que l’action seins nus au musée Grévin d’une militante ukrainienne des Femen en 2014 constituait bien une «exhibition sexuelle», annulant la relaxe dont celle-ci avait bénéficié en appel et ordonnant un nouveau procès. Iana Jdanova avait, lors d’une action seins nus le 5 juin 2014, attaqué à coups de pieu la statue de cire de Vladimir Poutine au musée Grévin à Paris, ce qui lui avait valu d’être la première militante des Femen à avoir été condamnée en France pour exhibition sexuelle.

Pour la haute juridiction, l’infraction d’exhibition sexuelle est bien caractérisée, «indépendamment des motifs invoqués» par Iana Jdanova qui revendique un acte politique sans connotation sexuelle, puisque la prévenue a «exhibé volontairement sa poitrine dans un musée, lieu ouvert au public».

Dans un communiqué, l’un de ses avocats, Marie Dosé, a dénoncé un arrêt «d’un autre temps, complètement indifférent aux réalités», rendu par une formation «exclusivement masculine», «un conservatisme attentatoire aux libertés fondamentales d’expression et de libre disposition de son corps».

«La jurisprudence commençait pourtant à considérer que les femmes qui utilisaient leur poitrine dans un but politique ou artistique ne pouvaient être déclarées coupables de ce délit», a estimé l’avocat. La Cour de cassation «marque donc une nette régression en choisissant de punir les femmes se servant de leur corps comme d’une arme politique ou artistique», selon lui.

«[Iana Jdanova] est prête à saisir le Conseil constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité, puisque les hommes et les femmes ne sont pas égaux face à cette infraction, ainsi que la Cour européenne des droits de l’Homme», a ajouté Marie Dosé.

Cette décision est «regrettable, compte tenu des enjeux actuels portant sur le statut des femmes dans la société et notamment la perception sociale du corps féminin», pour son autre avocat, Catherine Bauer-Violas.

En première instance, cette Ukrainienne de 29 ans, réfugiée politique, avait été condamnée en octobre 2014 à 1 500 euros d’amende pour dégradations et exhibition sexuelle. Elle avait fait appel et, en janvier 2017, elle avait été condamnée à 600 euros d’amende pour les dégradations, mais relaxée du chef d’exhibition sexuelle. La cour d’appel avait estimé qu’il n’y avait ni «intention» de nature sexuelle de sa part, ni «connotation sexuelle» dans son acte. L’accusation avait formé un pourvoi en cassation.





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Poutine décapité au musée Grévin : la Femen sera rejugée pour «exhibition sexuelle» (Photos)

    1. c.i.a.

      Dommage, que ce ne soit pas le vrais,oups je viens de désarconer les pro-poutine l`à!!, tout ces anti-démocratiques, anti-américains sommaires à cons!!!

    2. alauda

      La plaidoirie de Marie Dosé est osée.

      Considérer l’exhibition de poitrines taguées de slogans torchonnés comme « une arme politique ou artistique », c’est faire prendre des vessies pour des lanternes.

      L’art suppose un minimum de technique. Que font les femens ? Elles se cantonnent dans le territoire très restreint du graffiti compulsif, de la mise en scène grand guignolesque, et de la provoc pour choquer le bourgeois. Du vide érigé en art, sur fond d’inversion des valeurs. Les Dadaïstes, champions de la provoc, faisaient mieux. C’est usé jusqu’à la corde, ce truc-là. Et, comme disent les djeuns, ça date et pas qu’un peu.

      L’avocate peut noyer le poisson dans un jus pseudo-féministe, reste que le geste n’a rien d’anodin. S’attaquer à coup de pieu à la représentation d’un homme – qu’importe lequel du reste – a évidemment une connotation magico-sexuelle. C’est une danse noire – sadique par procuration. Sinon quoi d’autre ?

      Justifier pareil geste au nom des « libertés fondamentales d’expression et de libre disposition de son corps », c’est se moquer des gens. L’espace public n’est pas un lieu de défouloir où n’importe qui peut se livrer à n’importe quel happening déjanté.

      Si cette personne est en conflit avec Poutine, qu’elle le provoque en duel directement, sans utiliser un musée français comme chambre d’écho à sa guérilla ukrainienne.

    3. Jacques B.

      Ah, il est beau le statut de réfugié politique… qui sert à accueillir la lie de la terre, on le voit bien ici encore. Elle est belle la France « terre d’accueil » de tous les réprouvés de le la planète, qui accueille plus souvent qu’à son tour des gens ayant une idée très spéciale de ce qu’est une démocratie !

      À renvoyer d’où elle vient, à coups de pied au c** , etencore, c’est mon jour de bonté.

      Par ailleurs, au-delà de l’exhibitionnisme – guère reluisant, et en fait, dégradant pour l’image de la femme – , je suis choqué par le message subliminal que cette femme envoie : celle de l’assassinat de V. Poutine.
      On peut ne pas être d’accord avec la politique et les façons de faire de Poutine – c’est mon cas sur certains points – mais de là à appeler à son assassinat… cette personne devrait aussi et surtout être jugée pour appel au meurtre !

    4. Charles Martel

      Salope, connasse, etc.
      Elle a de la chance de faire cela en france car elle sait qu’elle ne risque rien avec cette « justice » de merde. 3 fois, si on n’appelle pas cela de la récidive ?
      Elle devrait être envoyée directement en Russie, en cadeau à Poutine, qui pourra ainsi se défouler sur une terroriste ukrainienne !
      Si la france accepte des réfugiés politique, ce n’est pas pour qu’ils y foutent le bordel. De plus, c’est une ukraine, elle ne risque donc rien dans son pays (ce n’est pas la Russie) !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *