toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Paris annonce l’ouverture d’un centre culturel amazigh et les partisans de la cause au Maroc s’agitent


Paris annonce l’ouverture d’un centre culturel amazigh et les partisans de la cause au Maroc s’agitent

 

C ’est une décision de très forte charge symbolique pour les  militants de la cause. La maire de Paris a, enfin, annoncé l’ouverture prochaine d’un centre culturel amazigh à Paris.

«La communauté amazighe est une communauté extraordinaire dans cette République (française) qui apporte cette force, cette énergie, à la fois sur le plan artistique et culturel, mais aussi sur le plan entrepreneurial. C’est une communauté qui compte beaucoup d’entrepreneurs et tout cela ajoute à Paris quelque chose de très important», a affirmé la maire de Paris, Anne Hidalgo, à la chaîne BRTV.

«Ceci est un engagement de longue date et nous travaillons ensemble pour sa concrétisation», a-t-elle dit.

A une question de savoir s’il était possible de partager le nouvel an amazigh avec les Français comme le font les Chinois et de distribuer des plats traditionnels amazighs dans les écoles françaises, Anne Hidalgo a assuré qu’elle adhérait pleinement à cette idée, soulignant que le nouvel an chinois «a mis un peu de temps à se mettre en place, aujourd’hui, c’est une institution et c’est quelque chose de magnifique».

«Bien sûr qu’on doit partager, moi je suis très ouverte», a-t-elle confié.

Indifférence des autorités marocaines par rapport aux revendications des amazighes.

Depuis la consécration en Algérie du jour de l’an amazigh comme fête nationale, les partisans de tamazight au Maroc s’agitent et se mobilisent pour pousser les autorités à emboîter le pas des voisins sur cette revendication à très forte charge symbolique pour ces militants.

Ainsi, après le lancement d’une pétition exigeant la prise en charge «immédiate» de cette demande, laquelle n’a recueilli que quelques milliers de signatures, plusieurs associations culturelles et ONG, à l’image du Mouvement Twadda n’Imazighen et du Congrès mondial amazigh, dont le lien avec le  regime marocain n’est pourtant un secret pour personne, ont appelé à une journée de grève générale, dans le monde du travail comme dans les établissements scolaires, le 13 janvier 2018  (Yennayer est normalement célébré le 12 janvier de chaque année) pour protester contre l’indifférence des autorités marocaines par rapport à cette revendication.

Dans leur déclaration, ces associations ont lancé un appel à tous les partis politiques et à l’ensemble des citoyens pour prendre part à cette action inédite qui risque d’aggraver un peu plus la situation sociale qui règne actuellement au royaume, avec la propagation des mouvement de contestation.

Learn Hebrew online

Ces associations ne s’expliquent pas l’attitude des autorités, et notamment celle de l’actuel Premier ministre, l’islamiste Saadeddine El-Othmani, qui leur paraissait plus sensible à leur cause, pour ses «origines amazighes» (sic).

Elles disent ne pas comprendre ce silence, alors que Yennayer a été récemment reconnu comme «héritage commun de l’humanité», mais évitent de faire nommément référence à l’exemple algérien sur cette question, alors que c’est bien la seule motivation réelle de toute cette agitation des militants de tamazight marocains depuis quelques jours. Car, il est un fait que la consécration de Yennayer jour chômé et payé n’a jamais figuré auparavant comme une priorité chez ces associations marocaines de défense de la langue et de la culture amazighes.

Cette soudaine levée de boucliers et ce durcissement simulé ne peuvent avoir qu’un sens : préparer le terrain à une décision royale qui rattraperait le retard accusé sur cette question inhérente à la promotion de la culture amazighe par rapport  l’Algérie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Paris annonce l’ouverture d’un centre culturel amazigh et les partisans de la cause au Maroc s’agitent

    1. Tizi Aviv Tel Ouzou

      Yennayer (nouvel an berbère) célébré à la Mairie de Paris chaque année est simplement une grande parti de pêche indoor. Pêche aux bulletins de votes des berbères très nombreux à Paris et sa région. Célébration bien téléguidée par la Mairie de Paris pour ses intérêts et qui en plus s’est payée le luxe de partager le gateau avec l’ambassade d’algérie, de Tunisie, d’Egypte et le représentant du Maroc ! On récupère comme on peut et tant qu’on peut ! On invite des ambassadeurs d’états qui pour certains ne reconnaissent même pas le caractère berbère de la terre sur laquelle il marchent, d’autres (Algérie et Maroc) lâchent des concessions par-ci par-là opportunément et au gré de leur humeur et de leur intérêt du moment. Le restant de l’année ils répriment les manifestations des berbères et tentent d’incruster l’islam en pays amazigh en construisant des mosquées à chaque coin de rue.
      Anne Hidalgo invitent ceux qui répriment dans leur propre pays toute revendication berbère qui sort de la vision araboislamique que ces états se sont fait concernant l’épine berbère qu’ils ont dans le pied depuis des décennies.
      L’Algérie récupère le nouvel an amazigh très opportunément après avoir nié et réprimé pendant des décennies toutes manifestations visant à faire perdurer la culture berbère menacée de disparaître, digérée par l’arabisation et l’islamisation des esprits. L’Algérie fait des concessions au compte goûte au gré de ses besoins et de sa propagande. L’Algérie comme le Maroc donnent d’une main et répriment de l’autre profitant d’un silence médiatique européen total sur ces sujets.

      Alors une chose : le berbère viscéralement attaché à son identité (pas le berbère de service) n’est sensible à aucune des ces comédies et ne veut pas de ces cadeaux empoisonnés. Ils sait parfaitement que ce centre culturel « amazigh » sera téléguidé et géré depuis Alger et/ou Rabat quand ces deux crocodiles auront cinq minutes de propagande à lui consacrer entre deux bagarres pour savoir qui des deux états araboislamistes aura la totale mainmise sur le centre de l’enterrement de la culture berbère.
      Nous connaissons trop bien l’animal pour être sensible aux yeux doux et aux parades nuptiales qu’il n’hésite pas à improviser occasionnellement pour son intérêt. Nous sommes vaccinés contre la fourberie. Toutes ces gesticulations ne nous font ni chaud ni froid. Nous n’avons que trop cohabiter avec le crocodile araboislamique.

    2. kabyle

      poudre au yeux ,par ce que la Kabylie sur le chemin de son indépendance ,on a pas besoin de vos centres , vive la Kabylie indépendante ,et vive le drapeau israélite flottera sur les vallées de djurdjura

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *