toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron annonce un projet de loi pour lutter contre la «propagande» et les «fake news», la liberté d’expression menacée


Macron annonce un projet de loi pour lutter contre la «propagande» et les «fake news», la liberté d’expression menacée

Le projet de loi pour lutter contre la propagation des «fake news» annoncé par Emmanuel Macron a été très critiqué par les internautes qui estiment que le président cherche en réalité à museler les voix discordantes.

Dans sa volonté affichée de lutter contre «le complotisme et et le populisme», Emmanuel Macron a annoncé le 3 janvier à l’occasion de ses vœux à la presse un projet de loi visant à «protéger la vie démocratique». Evoquant «la vérité» ou encore «la liberté d’expression», le président de la République a expliqué que l’Etat souhaitait surveiller la façon dont les informations sont produites.

«Toutes les paroles ne se valent pas» : c’est le postulat qu’Emmanuel Macron a posé ce 3 janvier 2018 lors de ses vœux à la presse. Face à une profession en crise, et alors que les médias classiques souffrent de l’émergence de canaux d’information alternatifs, le président de la République a, de nouveau, regretté cette concurrence faite à la presse historique. «C’est vous journalistes qui êtes les premiers menacés par cette propagande. Elle adopte votre ton […] votre vocabulaire. Parfois même, elle recrute parmi vous», a-t-il déploré ajoutant qu’elle était «parfois même financée par certaines démocraties illibérales». Il a ensuite assuré les journalistes personnellement conviés à l’événement qu’ils restaient des «tiers de confiance».

Evoquant la notion de «vérité», et de «liberté d’expression», le président de la République a annoncé la volonté de l’Etat d’intervenir et de contrôler la façon dont les informations sont produites, au nom selon lui de la «vitalité démocratique». «Entre complotisme et populisme, le combat est en effet commun», a-t-il jugé, avant de consacrer son propos aux «fake news». «En cas de propagation d’une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge [afin] de supprimer le contenu mis en cause, de dé-référencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l’accès au site internet», a ainsi annoncé le chef de l’Etat, évoquant également la responsabilité des plateformes de diffusion.

Une annonce qui n’a pas manqué de faire réagir les internautes, qui sont, au même titre que les plateformes de diffusion et les médias étrangers, directement concernés par cette mesure. Non sans ironie, certains comparent la «validation de la vérité par « Jupiter »» aux dispositifs déployés par le dirigeant nord-coréen Kim Jung Un ou encore à la Pravda de l’époque soviétique.

Un internaute juge pour sa part qu’Emmanuel Macron souhaite que seuls «ses amis» puissent dire «la vérité», accompagnant son message d’un récapitulatif des principaux actionnaires des médias français, mis à jour en décembre dernier par Le Monde diplomatique.

«[Emmanuel] Macron dit non à la propagande médiatique» ironise un autre, présentant le président bras ouverts devant les innombrables unes qui lui sont consacrées depuis des mois.

Usant du même ton, un autre relève un passage du discours d’Emmanuel Macron dans lequel il critique la proximité du pouvoir politique et des médias, l’accolant à ses photos de vacances diffusées dans VSD.

Toujours dans la même veine, un autre utilisateur de Twitter, soucieux de mener la chasse aux «fake news», demande des éclaircissements au chef d’Etat quant à ses déclarations radicalement contradictoires, dont l’une doit, en vertu de la plus simple logique, être fausse : «Je suis socialiste» et «Je ne suis pas socialiste».

D’autres, enfin s’interrogent sur le contenu de la loi promise par Emmanuel Macron. Le socialiste Rachid Temal estime que la mesure est inutile étant donné que la poursuite des «fake news» est déjà prévue par l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881.

Learn Hebrew online





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Macron annonce un projet de loi pour lutter contre la «propagande» et les «fake news», la liberté d’expression menacée

    1. Laurence Salmon

      La dictature à commencé avec le nain aux tics Sarkozy
      Ça a continué avec le gros au casque
      Et l apothéose Macaron dictateur en puissance !

    2. sarah

      Donc si j’affirme que la petite Emmanuelle a été abusée sexuellement par son professeur, je dois être censurée.
      Il y a deux mois, un professeur a été poursuivi devant les tribunaux français pour atteinte sexuelle sur son élève de 14 ans : les journalistes en ont très peu parlé; cela devait trop leur rappeler un haut personnage de l’Etat; les journaleux se censurent déjà, cela doit rendre heureux Emmanuelle. Les parents de cette adolescente ont poursuivi le professeur même si leur fille disait qu’elle était consentante : ils ont eu raison, les professeurs ayant une position d’autorité sur leurs élèves, ils peuvent être coercitifs. Ce sont les parents de la petite Emmanuelle qui ont eu tort de ne pas poursuivre il y a 25 ans.
      Et le sexe ne change rien au traumatisme psychologique, il est le même chez les garçons et les filles et c’est ce traumatisme qui est, dans la très grande majeure partie des cas, le plus difficile et le plus long à soigner. Mais la petite Emmanuelle a fait comme les jeunes marocaines qui, elles, sont obligées de se marier avec leurs violeurs : il a épousé son agresseur(e), ce qui interroge sur son développement psychologique et sa structure mentale.
      C’est une « fake news » ce que je dis là ??? Non, c’est une analyse d’une situation qui pose question à un certain nombre de personnes qui ont eu à travailler avec des enfants et des adolescents abusés sexuellement et à démonter les méthodes pernicieuses qu’utilisent les agresseurs (surtout les enseignants) pour convaincre leurs proies et même si Emmanuelle ne veut ni lire, ni entendre ce genre de propos, c’est ainsi. La vérité, ce n’est pas sa vérité.

    3. sarah

      Bravo Mr Propagande : un individu qui s’est laissé abusé si gravement n’a et n’aura jamais de convictions parce qu’il n’a pas de pensée mentale structurée.

      Lui dit que sa relation avec son épouse a toujours été consentie, moi et d’autres disent que NON. Est-ce que pour autant les gens qui voient les faits différemment de lui doivent être censurés et leurs analyses classées dans les fake news??? Cela relève de dictateurs.

    4. sarah

      Elle l’a poursuivi jusqu’à Paris en demandant sa mutation lorsqu’en Terminale, ses parents l’ont inscrit au Lycée Henri IV : une domina et si ce n’est pas du harcèlement sexuel, je change de nom.

      PS ; Près de 3 % de conjoints qui meurent chaque année sous les coups de leurs conjoints sont des HOMMES : j’ai une pensée pour ces hommes-là et pour tous les garçons dont la société nie les violences, y compris sexuelles, qui leur ont été, qui leur sont ou qui leur seront faites.

    5. Jacques B.

      Cette nouvelle est très grave : si la mesure est mise en oeuvre, elle signe la fin définitive et officielle de la liberté d’expression, et du pluralisme des médias en France. Les internautes qui comparent Macron à Kim Jong Un et Staline l’ont bien compris.

      Notons que cette annonce de Macron a été précédée, depuis de longs mois, d’une intense campagne de propagande anti-Trump, avec l’introduction de l’expression « fake news » dans notre vocabulaire quotidien, mais en en retournant totalement la signification – ce qui en dit long sur le caractère orwellien de nos médias. Les esprits ainsi préparés ne sont donc pas choqués par l’annonce de Macron : voir le sondage réalisé sur le site du Figaro, montrant (si les chiffres ne sont pas truqués) que plus de 50% des lecteurs de ce journal sont FAVORABLES à la censure voulue par Macron ; l’arrière-plan Trump étant omniprésent, pour faire avaler la pilule.
      C’est très grave !
      On ne combat la désinformation éventuelle qu’en informant davantage, en libérant davantage l’information, afin que des avis et infos contradictoires puissent être apportés et que le citoyen, considéré comme majeur (et non comme mineur devant absolument être chaperonné), puisse se faire librement son opinion. PAS EN CENSURANT !!

      J’en profite pour m’inquiéter pour Europe-Israël, dont le siège est, sauf erreur en France, donc non protégé contre ces mesures liberticides si elles venaient à être adoptées (à la différence de Dreuz qui est un site américain, donc protégé par le Premier Amendement).

    6. sarah

      Europe Israël n’a qu’à transférer son siège en Israël : cela doit être possible surtout que ce site a déjà subi une perquisition l’année dernière.
      La petite Emmanuelle a un séducteur hors pair aujourd’hui à déjeuner, un pervers narcissique, islamiste, dictateur, tueur d’enfants turcs parce que kurdes en la personne d’Erdogan : comme avec la séductrice pernicieuse de ses 15 ans, une délinquante sexuelle selon la loi mais les faits sont prescrits, il ne saura pas dire non aux propos liberticides, antisémites et assassins de son séducteur du jour et il se laissera emprisonner.
      Emmanuelle n’a pas été soigné : il sera éternellement soumis à la séduction des pervers même si celui-ci était Hitler.

    7. sarah

      Macron est un cas d »école pour des psys non politiquement corrects et non soumis à l’univers orwellien des médias autour d’un thé : il est bien plus fêlé que Trump mais si tous les journaleux des deux côtés de l’Atlantique tirent à vue sur le Président US, aucun journaliste français et européen n’aura assez de testicules pour explorer le cas Macron
      Pour résumer, Macron a été séduit très jeune, ce qui complique tout en plus, et ne s’est jamais séparé de sa séductrice parce que mis en cage aussitôt, donc il n’a jamais séduit et n’a jamais appris les joies, les échecs, les constructions et les reconstructions liées à la perte d’êtres aimés, amoureusement s’entend : il n’a jamais connu la douleur qui bâtit l’homme ou la femme parce que, cueilli pas encore mûr, par une domina, dévoré (sexuellement) et emprisonné aussitôt.
      Dis-moi comment tu as aimé et comment tu aimes et je te dirai qui tu es : notre sphère affective, amoureuse, sentimentale conditionne dès le sortir de l’enfance ce que nous serons demain et Macron a raté cette marche, il s’est même étalé dessus et cet immense raté détermine tout son aujourd’hui : cela n’aurait pas posé problème s’il n’était pas Président mais il l’est et ça craint.

      PS : … le chagrin qui fait l’homme… (« La rivière de mon enfance » de Garou et Sardou)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *