toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le « Palestinien »: un ennemi implacable, pas un partenaire de paix potentiel. Reconnaître son hostilité est du simple bon sens


Le « Palestinien »: un ennemi implacable, pas un partenaire de paix potentiel. Reconnaître son hostilité est du simple bon sens

Voilà ce qu’écrivait très justement Elyakim Haetzni, dans Arutz 7, le 23 janvier 2018.

Ennemi: [une personne ou un groupe] qui est antagoniste à l’autre; en particulier: celui qui cherche à blesser, renverser ou confondre un adversaire – Merriam-Webster Dictionary.

Extrait du discours de Ahmed Shukeiry, prédécesseur de Yasser Arafat, qui a dit dans un excès de triomphalisme prématuré, quelques jours avant la défaite écrasante des Arabes en Juin 1967, avant qu’Israël n’ait pris un centimètre carré de «territoire occupé».
« Le jour J approche. Les Arabes ont attendu 19 ans pour cela et ils ne renonceront pas à leur guerre de libération… « C’est un combat pour la patrie – c’est soit nous, soit les Israéliens. Il n’y a pas d’option intermédiaire. Les Juifs de Palestine devront partir. Nous allons faciliter leur départ vers leurs anciennes patries. Toute la population juive palestinienne survivante pourra rester, mais j’ai l’impression qu’aucun d’entre eux ne survivra … Nous détruirons Israël et ses habitants et quant aux survivants – s’il y en a – les bateaux sont prêts à les expulser »

Loading...

La guerre entre Arabes et Juifs pour le contrôle de la Terre Sainte s’est poursuivie pendant plus de 100 ans. Au cours des sept dernières décennies, l’effort arabe s’est concentré sur sa tentative d’empêcher l’établissement d’un État juif souverain, puis, lorsque cela échouait, a focalisé sur sa destruction.

“… nous entrerons en Palestine et son sol sera saturé de sang”

Jusqu’au début des années 1970, l’effort de guerre arabe relevait principalement d’une tentative d’oblitérer la présence juive au moyen d’une puissance militaire conventionnelle, impliquant une attaque frontale et une invasion par des armées régulières d’acteurs étatiques souverains.

En effet, ce credo brutal est peut-être mieux illustré par la bravade d’avant-guerre de Gamal Abdel Nasser, lorsqu’il menaça l’oblitération sanglante d’Israël – dans ses frontières de 1948: «Nous n’entrerons pas en Palestine avec son sol couvert de sable, nous entrerons avec son sol saturé de sang “(8 mars 1965).

Après plusieurs efforts judéocides, frustrés après l’échec de l’attaque surprise coordonnée contre l’Etat juif en octobre 1973, les Arabes ont commencé à désespérer de cet usage frontal de l’usage de la force martiale conventionnelle.

Peu à peu, une stratégie d’agression à plusieurs facettes a émergé, qui ne décrivait plus Israël comme une proie facile à écraser par une puissance arabe écrasante. L’accent sera mis sur le rôle des acteurs non étatiques (organisations terroristes) et la diplomatie offensive, visant à isoler Israël sur la scène internationale et à dépeindre l’Etat hébreu comme un oppresseur, un ogre, dont chaque action de légitime défense pour protéger sa population civile sera dénoncée comme un usage injustifié et disproportionné de la force.

Learn Hebrew online

Plus d’invasion, place à la guerre d’usure

Bien que l’objectif primordial soit resté le même, à savoir l’éradication de l’Etat juif, la méthode par laquelle cela devrait être réalisé est passé de la destruction cataclysmique par les armées arabes à un processus d’érosion continue par asservissement politique, diplomatique et économique; et la guerre asymétrique lancée par des acteurs non étatiques.

Loading...

Le premier visait à discréditer et à délégitimer Israël sur le plan international afin de réduire, voire paralyser, sa capacité à utiliser efficacement ses prouesses militaires pour mieux pouvoir l’affronter et le second visait à affaiblir la détermination nationale et à saper le moral national.

Loading...

L’objectif était clairement d’éroder la détermination nationale d’Israël, pour le contraindre à accepter des concessions périlleuses qui rendraient son décès éventuel plus facile à réaliser à l’avenir.

(Pour quiconque est tenté de croire que les Arabes sunnites ont été influencés de manière significative par cet objectif à long terme en raison de leur peur du pouvoir chiite ascendant, je suggérerais l’analyse astucieuse de l’éminent savant de l’Islam, Mordechai Kedar, qui met en garde contre cette illusion séduisante.)

Keidar avertit que «pour des raisons religieuses et nationalistes, les Arabes … sont incapables d’accepter Israël comme l’Etat juif qu’il est». Par conséquent, un rôle de premier plan a été assigné aux Arabes palestiniens, dans cette tentative constante d’érosion et de guerre d’usure.

“L’identité palestinienne” comme ruse temporaire

Cette idée d’attribuer une identité collective distincte aux Arabes, dont les origines se rattachent (ou se greffent ) à la Palestine mandataire (ci-après dénommée «Arabes palestiniens») a commencé à émerger au milieu des années 1960. Selon certaines sources des renseignements d’Europe de l’Est, elle serait le fruit des cerveaux de l’agence d’espionnage soviétique, le KGB, maintenant défunt, dans le but exprès de nuire aux intérêts américains et israéliens. (Pour des rapports sur la collaboration entre le KGB et l’OLP – dans les opérations terroristes judéocides, y compris l’implication des chefs précédents et actuels de l’OLP, Arafat et Abbas – voir par exemple ici, ici et ici.)

Mais, bien sûr, il ne faut pas nécessairement croire au bien-fondé de cette appellation d’origine, générée par le KGB et l’OLP, pour comprendre que toute la question de “l’identité nationale palestinienne” est un canular géant, destiné à n’être qu’une ruse temporaire, Jusqu’à ce que les juifs perdent leur souveraineté en Terre Sainte – n’importe quelle partie de la Terre Sainte. Pour s’en cponvaincre, il suffit d’examiner les actes, déclarations et documents des Palestiniens-Arabes eux-mêmes.

L’expression la plus explicite – mais certainement pas la seule – du design arabe était celle de Zuheir Muhsein, ancien chef du Département militaire de l’OLP et membre de son Conseil exécutif, qui a été souvent citée, mais jamais contredite.

Fer de lance contre la souveraineté juive

Muhsein souligne, sans équivoque et sans vergogne, que l’identité collective des Palestiniens-Arabes en tant qu ‘«entité nationale» n’est qu’un prétexte fragile et ouvertement admis pour faire avancer la cause arabe plus large de l’éradication de «l’entité sioniste». Il confesse ouvertement: “La création d’un Etat palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’Etat d’Israël …. Ce n’est que pour des raisons politiques et tactiques que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien, puisque les intérêts nationaux arabes exigent que nous posions l’existence d’un «peuple palestinien» distinct pour s’opposer au sionisme ».

Il a ensuite clairement expliqué la logique d’une stratégie arabe entièrement mise en scène et du rôle crucial que la construction fictive d’une «identité palestinienne» devait jouer dans sa mise en œuvre: «Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un État souverain aux frontières définies, ne peut nous dispenser de revendiquer Haïfa, Jaffa, Beersheba et Jérusalem. Cependant, dès que nous aurons assis notre droit sur toute la Palestine, nous n’attendrons même pas une minute pour réunir la Palestine et la Jordanie.

Il est donc clair qu’en tant qu’identité collective, les Arabes palestiniens constituent le fer de lance de la lutte arabe contre la souveraineté juive.

Ce serait une grave erreur de le nier au motif qu’il s’agirait là simplement de l’opinion d’un seul dirigeant palestinien oublié depuis longtemps. En effet, c’est un point de vue qui, au fil des années, a été exprimé par de nombreux Arabes, palestiniens ou non, de Farouk Kaddoumi au roi Hussein de Jordanie.

Plus récemment, Mahmoud Abbas lui-même l’a dénoncé calmement et effrontément, dans sa tirade du 14 janvier devant le Conseil central de l’OLP, où il a craché: «Israël est un projet colonial qui n’a rien à voir avec les juifs».

L’identité palestinienne en tant que ruse temporaire anti-israélienne

Mais plus important encore, c’est un sentiment qui imprègne toute la Charte nationale palestinienne. Par exemple, dans l’article 22, nous lisons: «Le sionisme est un mouvement politique organiquement associé à l’impérialisme international et antagoniste à toute action de libération et aux mouvements progressistes dans le monde. Elle est raciste et fanatique dans sa nature, agressive, expansionniste et coloniale dans ses objectifs, et fasciste dans ses méthodes. “Et bien sûr:” Israël est l’instrument du mouvement sioniste “.

De plus, cette inimitié primitive est immuable et insensible au passage du temps et précède l’occupation de 1967. Ainsi, à l’article 19, nous lisons: “La partition de la Palestine en 1947 et l’établissement de l’Etat d’Israël sont totalement illégaux, indépendamment du temps qui passe …”

Mais non moins significative – et révélatrice – est la réserve, exprimée à l’article 12, concernant la nature transitoire de l’identité collective palestinienne-arabe: «Le peuple palestinien croit en l’unité arabe. Cependant, pour contribuer à la réalisation de cet objectif, ils doivent, au stade actuel de leur lutte, sauvegarder leur identité palestinienne et développer leur conscience de cette identité … ”
Quoi de plus révélateur que ça?

Après tout, quelle autre nation déclare que son identité nationale n’est qu’un stratagème temporaire à «sauvegarder» et à «développer» à ce «stade actuel» seulement de l’histoire? Est-ce que d’autres nations considèrent leur identité nationale comme éphémère dans le seul but de l’instrumentaliser provisoirement pour en tirer les dividendes ? Les Italiens? Les Brésiliens? Les Turcs? Les Grecs? Les Japonais? Bien sûr, aucun d’entre eux ne le fait.

Conceptualiser correctement le conflit

C’est l’éminent psychologue social Kurt Leven qui a sagement observé: «Il n’y a rien de plus pratique qu’une bonne théorie». Après tout, agir sans comprendre, c’est un peu comme frapper à l’aveugle avec un marteau sans savoir où sont les clous – et tout aussi dangereux et nuisible. À cet égard, une bonne théorie crée une compréhension de la cause et de l’effet et facilite ainsi une politique efficace.

En conséquence de quoi, pour concevoir une politique efficace pour lutter contre l’inimitié des Arabes, Israël doit correctement conceptualiser le conflit sur la question de la souveraineté juive.

A cet égard, il est douloureusement clair que le conflit est un conflit entre deux collectifs irréconciliables: un collectif juif et un collectif arabe – pour lequel, aujourd’hui, le collectif palestinien-arabe est le fer de lance opérationnel.

Ils sont inconciliables parce que la raison d’être de l’un est la préservation de la souveraineté politique juive en Terre Sainte, alors que la raison d’être de l’autre est d’annuler la souveraineté politique juive en Terre Sainte. Par conséquent, pour que l’un prévale, l’autre doit déchoir. Avec des objectifs fondamentaux antithétiques et mutuellement exclusifs, un seul peut sortir victorieux, l’autre vaincu.

En tant que choc des collectifs, dont le résultat sera déterminé par la victoire collective ou la défaite, il ne peut être personnalisé. Le sort des membres individuels d’un collectif ne peut pas être un déterminant décisif de la politique du collectif rival – et certainement pas une considération qui influe sur la probabilité de la victoire collective ou de la défaite.

Un ennemi implacable, pas un partenaire de paix potentiel

Pour souligner l’importance cruciale de cette évaluation apparemment sévère, j’inviterais n’importe quel Israélien à considérer les conséquences de la défaite juive et de la victoire arabe. Une étude sommaire des réalités régionales devrait suffire à faire comprendre l’importance de ce qui accompagnerait un tel résultat. En conséquence, une fois qu’une victoire collective juive décisive a été réalisée, la question de l’injustice individuelle et de la souffrance dans le collectif arabe peut-elle être considérée comme une considération politique.

En effet, si l’impératif de la victoire collective n’avait pas été le facteur prédominant de la stratégie des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré les affreuses pertes civiles infligées au collectif adverse, le monde vivrait aujourd’hui en esclavage.

En pesant la question du sort des membres individuels du collectif adverse, il est impératif de garder à l’esprit que, s’il y a sans doute de nombreux Palestiniens-Arabes avec de belles qualités personnelles et qui ne nous veulent aucun mal, le collectif palestinien-arabe n’est pas la malheureuse victime des groupes terroristes radicaux. Plutôt l’inverse. C’est, en fait, le creuset sociétal dans lequel ils ont été forgés et d’où ils ont émergé. Son leadership est le reflet de la société palestino-arabe et non une imposition de celle-ci.

La conclusion est donc inévitable: le collectif palestinien-arabe doit être considéré comme un ennemi implacable – pas un partenaire de paix potentiel … et il doit être traité comme tel.

En conséquence, la fourniture de tous les biens et services qui le sous-tendent et le soutiennent doit être éliminée progressivement sur une période clairement définie. Après tout, quelle morale y a-t-il à soutenir votre ennemi si cela ne fait que maintenir sa capacité à mener la guerre contre vous, prolongeant la souffrance des deux côtés!

Reconnaître cet antagonisme, c’est du réalisme, pas du racisme

Ce sont, bien sûr, des prescriptions politiques sévères, mais en fin de compte, elles seront inévitables. Par ailleurs, j’ai énoncé les principes permettant d’extraire les Palestiniens-Arabes non-belligérants de la grave situation humanitaire qu’ils sont susceptibles de provoquer, principalement au moyen de subventions généreuses pour la relocalisation / réhabilitation dans des pays tiers, hors du périmètre de violences. “.

Bien sûr, le point crucial qu’il faut retenir ici, c’est que même les sociétés les plus morales et les plus démocratiques peuvent avoir des ennemis.

Reconnaître la nature de l’hostilité – et les politiques nécessaires pour en venir à bout – ne relève pas du racisme. C’est simplement du bon sens.

Le Dr. Martin Sherman a servi pendant sept ans au développement des capacités opérationnelles dans l’établissement de défense israélien. Il a été conseiller ministériel du gouvernement d’Yitzhak Shamir et a enseigné pendant 20 ans à l’Université de Tel Aviv en sciences politiques, relations internationales et études stratégiques. Il détient plusieurs diplômes universitaires: un B.Sc. (Physique et Géologie), un MBA (Finance) et un doctorat en science politique et relations internationales. Il a été le premier directeur académique de la Conférence Herzliya de renommée internationale et est l’auteur de deux livres et de nombreux articles et documents d’orientation sur un large éventail de questions politiques, diplomatiques et de sécurité. Il est né en Afrique du Sud et vit en Israël depuis 1971. Dr. Martin Sherman (www.martinsherman.org) est le fondateur et directeur exécutif de l’Institut israélien d’études stratégiques (www.strategicisrael.org)

JewishPress – traduction JFORUM







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Le « Palestinien »: un ennemi implacable, pas un partenaire de paix potentiel. Reconnaître son hostilité est du simple bon sens

    1. Armand Maruani

      Le  » palestinien  » ?

      un virus qui s’est propagé sur la planète entière qui se développe surtout en milieux démocratiques , gauchistes et bancaires .

      Même les bébés virus peuvent vous exploser à la figure si vous n’y prenez pas garde et surtout s’ils viennent de Gaza .

      Le seul remède :

      utiliser Fly Tox par air , par mer et par terre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *