toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël-Etats-Unis/Russie-Iran : la prochaine guerre mondiale


Israël-Etats-Unis/Russie-Iran : la prochaine guerre mondiale

Trump a pris un avantage important dans cette partie, le 12 janvier, quand il a stipulé que l’Europe aurait donné son accord à la révision des conditions de l’accord nucléaire avec l’Iran sur l’enrichissement d’uranium et les missiles balistiques.

Cette option, que le Président Donald Trump a mis de côté n’est qu’une facette de la campagne frontale de son administration contre l’Iran, -alors que, vendredi, est arrivée la date-butoir où il devait re-certifier les dérogations aux sanctions américaines et maintenir en place le cadre de l’accord nucléaire de 2015- .

La principale arène de cette bataille rangée en pleine évolution, c’est la Syrie, soulignent les sources de Debkafile à Washington, et sa cible n’est pas uniquement l’Iran, mais aussi la Russie. L’Administration Trump a opté pour ce point de départ de sa politique, alors que la nouvelle année démarrait à la lumière de quatre évolutions qui changent la donne :

  1. La Russie n’est pas du tout en train de retirer son armée de Syrie, malgré son engagement formel pris publiquement par le Président Vladimir Poutine, le 11 décembre. C’est même l’inverse : Moscou y renforce sa présence militaire, essentiellement grâce à des contingents des forces aériennes.
  2. Les mouvements de troupes au sol attestent de l’approfondissement de la coopération russo-iranienne en Syrie.
  3. D’après les services de renseignements, l’Iran se prépare à des déploiements militaires supplémentaires à grande échelle en Syrie, que nos sources estiment diriger plusieurs milliers de combattants chiites.
  4. Téhéran accélère ses envois de cargaisons d’armements avancés en Syrie, dont les missiles balistiques. La frappe aérienne israélienne du 9 janvier prenait pour cible l’une de ces cargaisons, alors qu’il était livré à une base de missiles sol-sol à al-Qutaifah, à 40 km à l’ouest de Damas.

Un point notable que souligne cette opération du 9/01, c’est que, cette fois, à la différence de la plupart des autres sorties aériennes en Syrie, Israël agissait de concert avec les Etats-Unis. C’est un tournant par rapport à la stratégie préalable d’Israël au cours de ces six dernières années de guerre civile en Syrie.

Jusqu’à présent, ses dernières actions militaires en Syrie restaient séparées des opérations américaines dans ce pays. La volte-face israélienne fait suite à la refonte de la politique américaine. Trump a laissé tomber sa précédente décision consistant à limiter les actions américaines en Syrie à la lutte contre l’Etat Islamique. Il est prêt, à présent, à se concentrer sur la présence militaire iranienne en Syrie, en y intégrant ses forces supplétives, le Hezbollah. Cette opération a ouvert la porte à une coopération militaire américano-israélienne plus étroite en Syrie.

Mais cela a aussi d’autres répercussions plus larges : la Syrie se retrouve au cœur des conflits au Moyen-Orient. Alors que la guerre civile s’éteint peu à peu, ce pays évolue pour devenir une arène décisive dans la rivalité des grandes puissances, les Etats-Unis et Israël s’associant contre la Russie et l’Iran. De façon intéressante, l’allègement des tensions entre Washington et Pyongyang a contribué à ce que Washington change sa focale et reprenne ses manœuvres pour se positionner dans la Syrie d’après-guerre face à deux autres rivaux : Moscou et Téhéran.

Le Premier Ministre israelien a, pour sa part, fait le maximum tout au long de ce conflit, pour préserver une ligne de communication ouverte avec Vladimir Poutine et éviter une collision avec des éléments de l’armée russe en Syrie. Mais il devient difficile de savoir comment il sera en mesure de préserver ces acquis dans un proche avenir, et d’éviter une confrontation entre les intérêts russes et israéliens dans cette zone conflictuelle. De plus, Moscou a été bien noté à Jérusalem, pour avoir gardé le silence à propos des dernières frappes aériennes israéliennes contre les convois d’armes iraniennes à Al-Qutaifah.

On a obtenu un éclairage important sur les intentions américaines à l’encontre de l’Iran – et même bien plus clair que ce qu’on peut savoir des futures déclarations du Président Trump concernant la conformation iranienne à l’accord nucléaire – quand David Satterfield, agissant au tire d’adjoint au Secrétaire pour les affaires proche-orientales, est apparu un jour plus tôt devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat.

Quand  Chris Murphy (Démocrate-Connecticut) lui a demandé : “Quelles fonctions remplissent les troupes américaines en Syrie, excepté de combattre Daesh?”, Satterfield et d’autres lieutenants l’accompagnant ont refusé de répondre, sinon derrière des portes bien étanches. Ce n’est que quand il a “été pressé de répondre par Bob Corker (Républicain- Tennessee) et qu’on lui a fait savoir qu’il était obligé de répondre, que Satterfield a, finalement, concédé :

“Nous sommes profondément préoccupés par les activités de l’Iran, et l’éventualité que l’Iran renforce ses activités grâce à une plus grande capacité de transporter du matériel lourd en Syrie. Et je préférerais laisser cette discussion sans en dire plus”.

Learn Hebrew online

Source: jforum





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Israël-Etats-Unis/Russie-Iran : la prochaine guerre mondiale

    1. Eric

      Je ne crois pas en une guerre entre Israël et la Russie: malgré les forces russes déployées et plusieurs raids aériens israéliens, pas de réaction significative des russes. La seule explication est que les russes acceptent ces raids tant qu’ils visent une menace pour Israël. Ce dont les russes ne veulent pas, c’est d’une victoire islamiste (quelque soit l’obédience) ou d’une perte de leur position stratégique en Syrie face à l’OTAN: c’est là que le bât blesse. Car l’OTAN (USA donc) n’a cessé de pousser ses pions de plus en plus près de la Russie, jusque sur des terres qui furent soviétiques et même terres de la Russie impériale: c’est à la fois une provocation et une grosse sottise: les russes n’ont quasiment pas de bases hors de leur pays, ces provocations les amènent à se rapprocher de pays par opportunisme, quasi par obligation, comme l’Iran et la Chine. Israël devrait réfléchir à deux fois avant de se laisser instrumentaliser par les USA.

    2. c.i.a.

      Ce qui es une sottise, c`est de faire confiance a la Russie et l`Iran.
      L`Iran qui peut avoir l`arme nucléaire, grace a la Russie, la Russie hipere corrompue par sa mafia, dont ses horreurs faits palire d`envie la mafia colombienne!, il faut les avoirs à l`oeil tous les deux!

    3. Armand Maruani

      La guerre mondiale ? Nous y sommes .

      Je ne pense pas qu’il faille considérer la Russie comme un ennemi de l’Occident .
      Le moment venu Poutine le joueur d’échecs sera du bon côté avec des tas de renseignements utiles .

      Encore une fois les muzz ont tort de croire que les russes sont leurs alliés .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *