toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Etats Unis, dernière trouvaille des Démocrates incapables de digérer l’élection : Trump serait fou…


Etats Unis, dernière trouvaille des Démocrates incapables de digérer l’élection : Trump serait fou…

Dire que les Démocrates s’emploient à éjecter Trump du pouvoir depuis le jour de son élection serait un euphémisme. Incapables depuis plus d’un an d’avaler le résultat d’une élection contraire à leurs attentes, ils n’ont de cesse de trouver le moyen de le renvoyer de la Maison Blanche avant la fin de son mandat. Complot russe, prétendue obstruction à justice, une page Wikipédia tente même de recenser les diverses manœuvres employées dans ce but.

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Pas un mois ne passe sans que vienne s’ajouter une nouvelle excellente raison de chasser le Président en exercice. Disons plutôt que chaque péripétie sur sa présidence, vraie ou fausse mais toujours montée en épingle par les médias, se conclut invariablement par l’examen d’une possible destitution sur la base de ces nouveaux « faits ».

La dernière tentative en date se base donc sur une probable « folie » de M. Trump, qui pourrait comme par hasard mener à sa destitution par le biais du 25e amendement.

Une vingtaine de psychiatres et psychologues – forcément « éminents » pour la presse – franchirent le pas en octobre 2017 en publiant un ouvrage collectif sur la question: The Dangerous Case of Donald Trump (« Le Dangereux Cas Donald Trump »). Il reçut bien sûr un certain succès de la part des anti-Trump, confortés par les descriptions hyperboliques livrés aux médias par la coordinatrice très engagée à gauche de l’ouvrage, la psychologue Bandy X. Lee de l’Université de Yale. Apparemment, il y avait urgence à envoyer M. Trump à l’asile, en camisole de force.

Quelques professionnels du secteur eurent beau objecter que depuis quarante-cinq ans l’Association des psychiatres américains (APA) a établi la « Règle Goldwater », dénonçant comme un grave manquement à l’éthique le fait de dresser le diagnostic d’une personnalité publique sans son autorisation et sans même la rencontrer, personne ne les écouta. Billevesées que tout cela. Les règles de déontologie les plus élémentaires ne sauraient s »appliquer face à Donald Trump!

La nouvelle couche est appliquée ces derniers jours par Michael Wolff et son livre Fire and Fury : Inside the Trump White House (« Feu et Fureur : Dans la Maison Blanche de Trump »). Les médias font leur régal des bonnes feuilles de l’ouvrage. Trump serait un enfant gâté réclamant des « victoires », pris de crises de colère et insultant le personnel de la Maison Blanche et son propre gouvernement ; il s’enfermerait pour ruminer devant plusieurs télévisions en même temps ; il craindrait d’être empoisonné par les repas présidentiels ; il serait quasiment illettré, ou trop impatient, et incapable de venir à bout de textes simples…

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

Bien que l’ouvrage soit entièrement à charge et dérive souvent dans le grotesque, les rédactions ne prennent aucune distance lorsqu’elles en parlent. Pour les médias, et Le Temps est en première ligneFire and Fury ne représente rien d’autre que la vérité. Comment s’en étonner alors que Michaël Wolff a couché sur le papier, jusque dans des « anecdotes » sur la chevelure de Trump, les fantasmes qu’attendait son public?

Seul problème, une partie au moins du livre est basée sur des affabulations – de l’auteur ou de ses sources – donnant au final un tableau caricatural et mensonger.

Prenons le simple exemple de l’élection. Wolff prétend à de nombreuses reprises que Trump ne voulait « pas vraiment » l’emporter – d’où une promesse faite à son épouse Melania qu’elle n’avait pas à s’inquiéter de devenir Première Dame contre sa volonté, car il n’avait aucune chance. Il aurait de même été parfaitement livide, le soir fatidique, en apprenant finalement sa victoire. Pourtant, Trump s’est battu comme un lion pendant toute la campagne, mettant au point une stratégie novatrice pour arracher aux Démocrates des États considérés comme acquis et enchaînant des dizaines de meetings durant la dernière ligne droite. Pourquoi se serait-il donné tant de peine s’il ne voulait pas gagner? Pourquoi aurait-il lutté avec succès contre seize autres candidats lors des primaires républicaines pour arracher l’investiture du parti s’il ne voulait pas gagner? Pourquoi se serait-il compromis dans l’illégalité avec les Russes, comme l’affirme Wolff, pour arracher un avantage indu dans l’élection, s’il ne voulait pas gagner?

Le récit de Fire and Fury n’a même pas de cohérence interne. Certains intervenants cités par l’auteur ont apporté un démenti cinglant face aux propos qu’on leur prête. Tant que nous n’aurons pas eu le verbatim des enregistrements effectués par l’auteur, nous ne saurons pas où situer le mensonge. Mais Michaël Wolff se couvre lui-même dès l’introduction:

usa,donald trump,manoeuvres politiques,folie
« Beaucoup des comptes-rendus de ce qui s’est passé dans la Maison Blanche de Trump entrent en conflit les uns avec les autres ; beaucoup, à la mode trumpienne, sont cruellement faux. Ces contradictions et cette souplesse prise avec la vérité, sinon avec la réalité elle-même, forment le fil conducteur du livre. Parfois, j’ai laissé les intervenants exposer leurs versions, permettant en retour au lecteur de les juger. Dans d’autres cas, grâce à une cohérence dans les récits et par le biais de sources auxquelles j’ai fini par faire confiance, je me suis arrêté sur une version des événements que je crois véridique. »

Alors, Fire and Fury est-il un récit ou une fiction? Probablement un peu des deux, quoique le point de vue de l’auteur sur Donald Trump ne fasse guère de doute. Comment croire alors que Wolff, coutumier de ces dérives, n’a pas prêté davantage de bienveillance à tous ceux qui disaient du mal de Trump? Et comment s’étonner du résultat?

Nous sommes en pleine construction de narrative, celui-ci visant à préparer l’opinion publique à la prochaine offensive démocrate contre Trump. Les médias qui enquêtent aujourd’hui sur la santé de M. Trump sont les mêmes qui refusèrent avec acharnement de rendre compte de l’évanouissement public de Mme Clinton en 2016.

Mais il n’est pas sûr que la sauce prenne. Donald Trump tweete avec son public, parle un langage simple et direct, n’est pas bardé de diplômes des plus hautes universités du pays. M. Trump est indiscutablement un Président atypique et les Américains le savent. Ceux qui ont voté pour lui l’ont fait précisément pour ne plus être menés dans l’ornière par des élites surdiplômées, sûres d’elles et de leur verbe, et bien plus préoccupées par les cercles mondains que par le devenir de la classe moyenne.

Pourtant, Trump est bel et bien dérangé. Père de grands enfants, marié à un ancien mannequin, entrepreneur richissime, vedette de son émission de télé-réalité, il aurait pu couler une retraite paisible en profitant de la vie. À la place, il choisit de se lancer dans la conquête de la Présidence des États-Unis et tente depuis, avec les plus grandes difficultés, de remettre le pays sur les rails. Clairement, aucune personne saine d’esprit ne ferait tout cela.

Stéphane Montabert – Sur le Web et sur LesObservateurs.ch





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Etats Unis, dernière trouvaille des Démocrates incapables de digérer l’élection : Trump serait fou…

    1. michel boissonneault

      les démocrates ont raison …. Trump est fou ………fou de son pays … fou de rage de voir tant de corruption … fou furieux de savoir qu’il y a tant de collabo anti-patriote donc que de savoir que des idiots utile jouissssssse avec ce livre alors cela prouve encore une fois leur imcompétence et leur manque de jugement

    2. c.i.a.

      Les démocrates sont fous de jalousie, car ils n`ont pas encore digérés leur défaite, ils savent et voient leur incompétence, devant un Trump, qui leur est 1000 fois supérieur d` intelligence ,en stratege financier et géopolitique!

    3. Armand Maruani

      @  » dernière trouvaille des Démocrates incapables de digérer l’élection  » .

      Un conseil aux démocrates : dragées Fuca .

       » Les dragées Fuca sont des comprimés enrobés prescrits dans le cadre du traitement de la constipation, afin de faciliter l’évacuation des selles. Ce traitement à base de bourdaine et de cascara se prend par voie orale.  »

      Ils ceseront ainsi de faire chier TRUMP .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *