toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Comme un lâche, Saad Hariri fait un rétropédalage dans son conflit avec le Hezbollah


Comme un lâche, Saad Hariri fait un rétropédalage dans son conflit avec le Hezbollah

Dans sa première interview avec un journal américain depuis le retrait de sa démission, annoncée sous la pression saoudienne en novembre dernier, le Premier ministre libanais Saad Hariri, a confié au Wall Street Journal qu’il était d’accord avec le maintien du Hezbollah au sein du gouvernement après les élections du mois de mai 2018.

Il a souhaité que le Liban soit exclu du bras de fer entre l’Arabie saoudite et l’Iran et a loué le Hezbollah pour avoir contribué à la désescalade des tensions.

« Le Hezbollah fait partie du gouvernement. C’est un gouvernement inclusif qui comprend tous les grands partis politiques et qui offre la stabilité politique au Liban. Mon principal objectif est de préserver cette stabilité politique pour l’unité du pays« , a-t-il indiqué dans une interview publiée le 11 janvier 2018.

Loading...

« Nous ne pouvons nous soumettre à l’ingérence d’aucun pays dans la politique intérieure libanaise« , a-t-il déclaré depuis sa résidence à Beyrouth.

« Nos relations avec l’Iran ou avec les pays du golfe [Persique, NDLR] devraient être à un bon niveau à condition qu’elles servent les intérêts nationaux du Liban. Rester à l’écart des conflits sectaires au Moyen-Orient et maintenir la stabilité du Liban, cela s’avère essentiel pour relancer l’économie léthargique du pays et permettra d’atteindre une croissance économique entre 4% et 6% par an, contre 1% et 2% à l’heure actuelle« , a expliqué le Premier ministre libanais et chef des partisans du  courant Futur.

Il a refusé de s’exprimer sur sa visite en Arabie saoudite, le 9 novembre dernier, où il avait annoncé sa démission, sous pression des autorités saoudiennes. Il s’est contenté de dire que « l’Arabie saoudite ne s’ingère pas directement dans les affaires politiques du Liban« , espérant que le royaume allait fournir une aide économique au Liban.

Il a par ailleurs balayé d’un revers de main l’idée d’un conflit avec le Hezbollah, disant que le mouvement essayait de tenir le Liban à l’écart des rivalités irano-saoudiennes.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait affirmé en novembre 2017  que la décision du premier ministre libanais, Saad Hariri, de démissionner lui avait été imposée par l’Arabie saoudite. Le journal saoudien Acharq al Aoussat, citant des sources non identifiées, avait écrit que des services de renseignement occidentaux l’ont averti qu’une tentative d’assassinat à son encontre était en préparation.

Comme un lâche, Saad Hariri fait aujourd’hui un  grand rétropédalage dans son conflit avec le Hezbollah. Pourtant cette milice est soupçonné ans l’implication du meurtre de son père, Rafik Hariri, dans un attentat en 2005 à Beyrouth. Cinq membres du Hezbollah soupçonnés d’implication dans ce meurtre ont été inculpés en janvier 2014 par un tribunal spécial formé sous l’égide des Nations unies.

Learn Hebrew online

Vers une alliance entre les sunnites libanais et le Hezbollah !

 

Par le passé, le régime saoudien sunnite jouissait d’une large influence au Liban. Saad Hariri  recevait entre 2005 et 2008 un salaire mensuel d’un million de dollars à l’Arabie saoudite.

Les Saoudiens ont sans doute voulu prendre l’initiative sur la scène libanaise pour isoler le Hezbollah. Mais le coup a lamentablement échoué, Hariri ayant été largement soutenu par le Hezbollah et le reste de la classe politique après  les pressions exercées sur lui pour le forcer à démissionner.

Loading...

Riyad a sensiblement perdu du terrain dans un pays où il s’était offert, moyennant des centaines de millions de dollars , un ancrage bien solide. L’Arabie saoudite a été lâchée aussi bien par les religieux sunnites, les partis et les institutions sunnites du Liban.

Le quotidien libanais Al-Akhbar a parlé, dans son article du 26 décembre dernier, d’une possible perspective d’une alliance entre les sunnites libanais et le Hezbollah alors que les forces sunnites libanais qui ne se sont pas alignés sur Riyad.

Le journal Al-Akhbar suppose que   « Les Saoudiens cherchent à élaborer une nouvelle stratégie au Liban pour qu’ils puissent retrouver leur influence qu’ils avaient déjà perdue dans le pays du Cèdre. En l’absence de l’Arabie saoudite, les sunnites libanais n’ont pas beaucoup de choix. Ils devront attendre l’appui de l’Égypte, ce qui ne se produira peut-être jamais. Que faire? Au lieu d’emboîter le pas à l’Occident, il est grand temps pour les sunnites de revoir leur alliance et de tourner les yeux vers le Hezbollah. »

Le journal fait ensuite écho aux critiques de plus en plus acerbes que formulent les milieux sunnites contre l’Arabie saoudite: « L’influence saoudienne au Liban se limite à des dépenses faramineuses et à l’octroi à tors à travers des cadeaux : aucune base culturelle, aucun lien affectif ne lient les sunnites libanais à Riyad. Au Liban, les sunnites se sont tournés depuis la révolution de Gamal Abdel Nasser, vers l’Est, soit vers l’Égypte et l’université d’al-Azhar. »

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

 

 

 

 





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *