toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Emmanuel Macron est «l’apprenti de Trump en Europe», pour un haut responsable iranien


Emmanuel Macron est «l’apprenti de Trump en Europe», pour un haut responsable iranien

Alors que le président français doit se rendre en 2018 en Iran, un haut responsable iranien a estimé que la France avait perdu en respectabilité en se comportant comme la «subordonnée des Américains» dans les dossiers internationaux.

«Si la France cherche à conserver une certaine respectabilité au plan international, elle ne doit pas être la subordonnée des Américains […] car aujourd’hui le président français est l’apprenti de Trump en Europe», a déclaré Ali Akbar Velayati, conseiller pour les Affaires internationales auprès du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, selon l’agence de presse iranienne Fars le 17 décembre. Celle-ci n’a pas précisé dans quel cadre ces propos avaient été tenus.

Emmanuel Macron a annoncé en octobre qu’il envisageait de se rendre en Iran en 2018, et ce alors que les relations entre Paris et Téhéran sont tendues, le président français ayant remis en cause à plusieurs reprises le programme balistique de la République islamique.

Si la France défend l’application de l’accord international sur le nucléaire iranien de juillet 2015, remis en cause par Donald Trump, Emmanuel Macron s’est rapproché de la position américaine sur le programme balistique iranien, au sujet duquel Paris a demandé l’ouverture d’un dialogue avec Téhéran. Le 17 novembre, le président français avait par ailleurs demandé à Téhéran d’adopter «une stratégie régionale moins agressive».

«Sur les questions de défense et du programme balistique, nous ne demandons la permission à personne […] En quoi cela regarde [Emmanuel] Macron ? Qui est-il pour s’ingérer dans ces affaires ?», avait alors répondu Ali Akbar Velayati.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Emmanuel Macron est «l’apprenti de Trump en Europe», pour un haut responsable iranien

    1. michel boissonneault

      cet iranien de merde insulte Trump car JAMAIS macron sera a sa hauteur de son courage par ce que pour l’instant il est un lêche-cul de muzz et de l’ONU

    2. esther

      Macron « apprenti de Trump » : je n’ai jamais rien lu de plus risible car ce faux nez, ce Pinocchio de Macron, copine avec les iraniens. Il sera le premier Président français à aller en visite en Iran depuis que Khomeiny a fait de ce pays une théocratie islamique.

    3. sarah

      L’Iran est vraiment à côté de la plaque : TRUMP DETESTE MACRON. POUR LUI, IL N’EST QU’UNE PETITE CROTTE FRENCHIE (et Dieu sait que les Américains sont francophobes) et cela va empirer avec les propos que Nikki Haley a tenus à l’ONU aujourd’hui contre les pays européens entre autres, dont la France, qui ont voté une résolution contre les EU parce que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël.
      Couper les vivres à l’ONU et punir la France et sa mini crotte : voilà le programme de Trump dans les mois à venir.

    4. sarah

      Macron est vide de toute substance et aurait été capable de dialoguer avec Hitler, ce qui n’est pas le cas de Trump : Macreux veut parler avec Bachar, gazeur d’enfants syriens, c’est dire.

      Je me suis toujours sentie beaucoup plus juive sioniste pro-israëlienne avant de me sentir française ou canadienne et la politique détestable et haineuse de la France et du Canada, en ce qui concerne Israël, depuis des décennies, me conforte de plus en plus dans ce sentiment et je suis fière de ce sentiment et n’en ait aucune honte.
      La France ne m »intéresse que pour la beauté de ses paysages et sa cuisine : s’il y a une guerre plus importante un jour dans ce pays, je n’aurai aucun scrupule, ni aucun remords, mais alors aucun, à me planquer au Canada, aux EU dans des petites villes (surtout pas à New York où il doit rester deux Wasp) dont mon gendre est originaire ou en Israël. Je regarderai les dégâts de loin.
      Et Jérusalem est plus ma capitale que Paris, ville que j’ai toujours trouvé laide et encore plus, depuis dix ans, parce qu’elle est devenue encore plus sale et qu’elle est à présent à majorité afro et maghrébo-musulmane.

    5. Laurence Salmon

      C’est pour cela que la France à mis son veto à l onu contre les USA condamnant la reconnaissance de Jérusalem?

    6. Corto

      Accord nucléaire avec l’Iran: révélations sur un scandale lié à Barack Obama

      Si les informations publiées par le site américain Politico sont exactes, il s’agira de l’un des plus grands scandales politico-judiciaires de l’ère Obama dans lequel l’ancien président lui-même pourrait être impliqué. En tout cas, ces révélations ont déjà fait le tour du monde et suscitent de très nombreuses réactions.

      Dans un long article (https://www.politico.com/interactives/2017/obama-hezbollah-drug-trafficking-investigation/), le journaliste Josh Meyer dévoile les conclusions d’une longue enquête qui indique que l’Administration Obama, jusqu’au plus haut niveau, a fait stopper une opération de longue date menée par le Drug Enforcement Administration qui visait à démasquer les filières de drogue, de blanchiment d’argent et de trafic d’armes par le Hezbollah sur le territoire américain. Toutes ces activités rapportaient en gros un milliard de dollars par an à l’organisation terroriste qui ne s’en servait pas pour offrir des bourses à des étudiants…

      Cette opération appellée « Cassandra » avait été lancée par le DEA après que ses services aient constaté que le Hezbollah, en plus de ses activités terroristes était devenu un véritable syndicat international du crime avec des ramifications en Europe occidentale, en Afrique occidentale, en Amérique latine et aux Etats-Unis. Cette longue et minutieuse enquête faite de filatures, écoutes téléphoniques, recueils de témoignages, recoupements d’informations avait occupé une trentaine d’agents pendant huit ans et était sur le point d’aboutir à de nombreuses arrestations et des actes d’accusations devant la justice américaine. Mais elle a été brusquement stoppée par des hauts fonctionnaires de l’Administration Obama – très probablement sous l’ordre direct du président – afin de ne pas mettre l’Iran dans l’embarras et ne pas risquer de faire capoter l’accord sur le nucléaire que le président tenait à tout prix à signer.

      Selon David Asher, enquêteur au ministère américain de Justice et collaborateur à l’Opération Cassandra, la décision de mettre fin à cette enquête était « de nature entièrement politique et commanditée depuis la Maison-Blanche ». Il souligne que plus on avançait vers la signature de l’accord sur le nucléaire, plus les opérations sur le terrain se faisaient rares jusqu’au moment où tout a été stoppé « avant qu’il ne soit trop tard ».

      En clair, un président américain a fait barrage à une opération de police et justice pour des raisons politiques en faveur d’une organisation terroriste qui introduisait de la cocaïne dans son pays, se livrait à des opérations de blanchiment d’argent et de trafic d’armes et, tout aussi grave, a permis à financer la fabrication d’armement chimique dont s’est servi Bachar El-Assad contre sa propre population. Et lorsque l’on se rend compte qu’il s’agissait aussi de ne pas froisser l’Etat-terroriste d’Iran pour signer absolument cet accord irresponsable, on se rend compte des dégâts causés par ce président adulé en Europe.

      En Israël, seul Yaïr Lapid a réagi pour l’instant: « Si ces informations sont exactes, le président Barack Obama doit sans délai rendre le prix Nobel de la paix qui lui a été décerné »-

      Il est fort à parier que les semaines et les mois passant, de nouvelles révélations seront faites sur ce qu’était en réalité Barack Hussein Obama et quels étaient ses objectifs en politique étrangère. Elles expliqueront encore mieux son attitude hostile envers Israël et Binyamin Netanyahou.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *