toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’extrême-gauche revendique l’attaque de la gendarmerie de Meylan. «L’objectif était de tuer des gendarmes et leurs familles» estime le maire


L’extrême-gauche revendique l’attaque de la gendarmerie de Meylan. «L’objectif était de tuer des gendarmes et leurs familles» estime le maire

L’incendie volontaire de la caserne de gendarmes de Meylan, près de Grenoble, aurait bien été perpétré par un groupuscule d’ultra-gauche. Il a en tout cas été revendiqué par des femmes, au nom de la lutte contre le sexisme.

«Parce que nous ne voulons pas rester dans la position de victimes dans laquelle la société voudrait nous placer en nous reconnaissant comme meufs.» Ainsi commence le texte de revendication de l’incendie volontaire de la gendarmerie de Meylan (Isère), dans la nuit du 25 au 26 octobre, publié le 31 octobre 2017 sur deux plateformes de blogs (noblogs.org et l’antenne grenobloise d’indymedia.org). L’argumentation paraît presque surréaliste mais un blog avait pourtant déjà été utilisé pour revendiquer l’attaque d’une autre gendarmerie à Grenoble, en septembre dernier.

«Victimes, parce que nous ne serions pas capable d’être autonomes […] Nous serions des individues [sic] faibles, trop sensibles, soumises aux humeurs hormonales, dépendantes et fragiles», explique encore ce qui semble être un groupuscule féministe, dans le communiqué diffusé sur les blogs. «Pour assurer notre sécurité pendant l’attaque (et pour faire une blague aux pompiers) nous avons cadenassé l’accès voiture de la gendarmerie», précisent encore les auteurs de cette revendication (toutes de sexe féminin, selon leurs termes), évoquant une lutte «contre le sexisme», «contre le genre».

Loading...

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2017, vers 3h45 du matin, quatre véhicules privés appartenant à des gendarmes ainsi qu’une moto ont été mis à feu à l’aide d’essence. L’incendie a manqué de peu de gagner les bâtiments destinés au logement des gendarmes et de leur familles, noircissant les façades et faisant fondre les fenêtres.

«L’objectif était de tuer des gendarmes et leurs familles», avait estimé le maire (Les Républicains) Jean-Philippe Blanc le 27 octobre.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “L’extrême-gauche revendique l’attaque de la gendarmerie de Meylan. «L’objectif était de tuer des gendarmes et leurs familles» estime le maire

    1. rachel

      des beurettes qui brouillent les pistes, qui a l instinct de tuer en ce moment sous l appellation allah wouak bar ! l ultra gauche c est l islam radical de maintenant.

    2. maujo

      La même folie meurtrière qu’une certaine Nathalie Menigon du groupe action directe, qui dans les années 1989 n’avait pas hésité à assassiner un général et un PDG Renault, condamnée à perpétuité, mariée à une m.. de en prison mais libérée en 2008.
      Donc ces folledingues qui sont dans la nature et qui veulent changer la société par des tueries ne risquent pas grand chose, si elles sont arrêtées par la police, elles auront droit à un avocat, un certain Moretti pour les défendre, dommage que la guillotine n’existe plus.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *