toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Terrorisme : selon la brigade criminelle, 20% des djihadistes français profiteraient des allocations sociales


Terrorisme : selon la brigade criminelle, 20% des djihadistes français profiteraient des allocations sociales

20% des djihadistes français identifiés sur zone irako-syrienne continuaient à toucher des allocations sociales, révèlent nos confrères du Figaro, qui s’appuie sur des chiffres donnés par la brigade criminelle en charge de la lutte contre le terrorisme.

En passant au peigne fin les comptes des combattants identifiés de Daesh, les policiers se sont aperçus que dans un cas sur cinq, ces derniers continuaient à recevoir des allocations.

« Munis de leurs cartes avec photos, des parents percevaient les fonds venant de Pôle emploi ou de la caisse d’allocation familiale, avant de les envoyer par mandat en direction des zones de combats via la Turquie notamment« , explique Stéphane, chef du groupe financier de la brigade criminelle.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Terrorisme : selon la brigade criminelle, 20% des djihadistes français profiteraient des allocations sociales

    1. Circonstances exténuantes

      Comment? Seulement 20%? Mais les autres, alors, comment font-ils pour se permettre toutes leurs escapades?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *