toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Quand le viol n’est plus un crime : 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies ne sont pas examinées par les tribunaux


Quand le viol n’est plus un crime : 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies ne sont pas examinées par les tribunaux

En France, de 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies ne sont pas examinées par les cours d’assises, où sont jugés les crimes, mais par les tribunaux correctionnels, comme des délits. Une pratique nécessaire pour lutter contre l’encombrement des assises, selon le ministère de la justice. Mais qui n’est pas sans incidence pour les victimes et pour le traitement de la récidive.

En France, chaque année, 84 000 femmes et 14 000 hommes disent avoir été victimes de viol ou de tentative de viol dans les enquêtes de victimation (1). Pourtant, les cours d’assises ne prononcent qu’environ 1 500 condamnations pour ce crime défini par le code pénal comme « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise » et passible de quinze ans de prison (vingt ans si la victime a moins de 15 ans).

Ces chiffres traduisent les obstacles qui jalonnent le parcours d’une victime : pressions qu’exerce le violeur pour qu’elle se taise ; refus de la police d’enregistrer les plaintes sous des prétextes souvent illégaux, comme l’absence de certificat médical ou un mauvais lieu de dépôt, selon le Collectif féministe contre le viol (2). Les forces de l’ordre ne comptabilisent ainsi qu’environ 12 000 plaintes par an (3), dont deux tiers sont classées sans suite par le parquet (4).

Parmi les plaintes poursuivies, le renvoi des affaires criminelles de viol vers les tribunaux correctionnels — appelé « correctionnalisation » — constitue un phénomène mal connu au-delà des juristes et des associations d’aide aux victimes. La correctionnalisation prend plusieurs formes. Dans certains cas, le parquet ou le juge d’instruction peuvent juger manquer de preuves pour maintenir la qualification criminelle de viol. Plus discutables sont les affaires de viol dans lesquelles les faits sont établis, mais qui ne sont finalement traitées que comme un simple délit d’agression sexuelle. C’est le cas quand le ministère public correctionnalise ab initio, à l’issue d’une enquête préliminaire ou de flagrance de la police judiciaire, ou quand un juge correctionnalise « en opportunité » en fin d’instruction, avec l’accord de la victime.

Cette pratique concernerait 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies, selon plusieurs juristes. En Seine-Saint-Denis, l’observatoire départemental des violences envers les femmes a constaté que 43 % des affaires d’agressions sexuelles jugées par le tribunal de Bobigny en 2013-2014 étaient en fait des viols correctionnalisés (5). […]

(1) Enquête « Cadre de vie et sécurité (CVS) », 2010-2015, Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) – Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).
(2) Voir le site du Collectif féministe contre le viol.
(3) Selon le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI).
(4) « Les viols dans la chaîne pénale » (PDF), observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux de Provence-Alpes-Côte d’Azur, rapport de recherche no 10, dirigé par Véronique Le Goaziou, décembre 2016.
(5) Bertille Bodineau, « Les viols et les agressions sexuelles jugés en 2013 et 2014 en cour d’assises et au tribunal correctionnel de Bobigny » (PDF), observatoire des violences envers les femmes du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis – tribunal de grande instance de Bobigny, mars 2016.

Le Monde diplomatique





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Quand le viol n’est plus un crime : 60 à 80 % des affaires de viol poursuivies ne sont pas examinées par les tribunaux

    1. rachel

      Quelle infamie. C’est scandaleux pour les victimes et leurs familles et la bécasse de Schiappa nous parle d’une loi sur le harcèlement sexuel : les plaintes vont toutes finir dans la poubelle à papier puisque la France n’a pas assez de personnel judiciaire pour juger les affaires de viols autrement plus graves. C’est encore un effet d’annonce du gouvernement Philippe et de leur « chef » Macron.
      Donc, nous pouvons dire sans trop nous tromper qu’avec les soutiens politiques, judiciaires, religieux, médiatiques qu’il a, la crapule de tarik va s’en sortir.

    2. Armand Maruani

      Ramadan risque d’être jugé aux assises et 20 ans de réclusion criminelle

      Il a de la chance que l’une de ses victimes ne lui ait pas mis une bastos dans son caisson de merde , il l’aurait mérité .

      Qu’il s’amuse à violer ses victimes aux EU et de se retrouver avec les gangs , ils aurait connu l’enfer .

    3. alauda

      Le témoignage édifiant de l’ex-Monsieur Islam, auteur du who’s who islamique français – un état sans concessions de « la question musulmane en France » – concède connaître quelques incartades à Tariq Ramadan :

      1. beaucoup de maitresses (certes, cela le regarde, ainsi que son épouse)
      2. il consultait des sites (ce n’est pas notre problème)

      Ceci ne tombe pas sous le coup de la loi.

      3. des filles étaient amenées à l’hôtel à la fin de ses conférences
      (ici, la formulation bizarre : par qui ? des rabatteurs ? ou par le séducteur compulsif ? « des filles » ? plusieurs en même temps ?)

      En revanche, Bernard Godard, savait surtout :
      1. « qu’il en invitait à se déshabiller » (pour quel casting ?)
      2. « que certaines résistaient et qu’il pouvait devenir violent et agressif, ça oui »

      « Violent et agressif », dit-il en ajoutant :
      « Mais je n’ai jamais entendu parler de viols. J’en suis abasourdi ».

      Les agressions sexuelles, à défaut du viol, connues sont des délits.
      Abasourdi, oui, oui. Mais encore ?

      A bas, la surdité, plutôt.

    4. Laurence Salmon

      Les hôpitaux les administrations les mairies etc … instaurent la charia jusqu’à l élimination de Juifs
      Les immeubles etc….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap