toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Catalogne se réveille sous tutelle de Madrid, dans une Espagne fracturée


La Catalogne se réveille sous tutelle de Madrid, dans une Espagne fracturée

La Catalogne s’est réveillée sous tutelle de l’Etat espagnol, ce 28 octobre, au lendemain d’une déclaration d’indépendance historique fêtée par une partie des Catalans mais aussitôt contestée par Madrid et rejetée à travers l’Union européenne.

En attendant les nouvelles élections régionales, convoquées par Madrid pour le 21 décembre, la nuit barcelonaise du 27 au 28 octobre était dominée par les indépendantistes et leurs feux d’artifice, sur la place Sant Jaume à Barcelone.

Mais ce 28 octobre, à Madrid, ce sera au tour des partisans du maintien de la Catalogne dans l’Espagne de manifester : deux camps diamétralement opposés, symbole de la crise sans précédent que vit l’Espagne depuis son retour dans le camp de la démocratie, en 1977.

Loading...

Le soir du 27 octobre, quelques heures seulement après la proclamation de «la République catalane comme Etat indépendant et souverain», le gouvernement espagnol a, de fait, commencé à mettre en application tout un arsenal de mesures exceptionnelles, préparées depuis des semaines.

A l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire, le Premier ministre espagnol conservateur, Mariano Rajoy, a annoncé la destitution du président séparatiste catalan Carles Puigdemont et de son gouvernement. Quant au Parlement catalan, dominé par les indépendantistes, il a été dissous dans l’attente de son renouvellement, lors d’un scrutin prévu le 21 décembre. Les autres mesures annoncées comprennent, notamment, la destitution du directeur de la police régionale catalane.

«Le gouvernement a adopté ces mesures pour éviter la prise en otage inadmissible d’une majorité des Catalans et le vol d’une partie du territoire au reste des Espagnols», a plaidé le chef du gouvernement espagnol.

Dès le 28 octobre, la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, devait réunir les secrétaires d’Etat qui seront chargés d’assumer la gouvernance de la Catalogne.

Les chancelleries occidentales derrière Madrid

Signe de l’inquiétude en Europe, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné le 27 octobre que l’Union européenne n’avait «pas besoin d’autres fissures».

Washington, Londres, Berlin, Ottawa ou encore Paris ont aussi immédiatement fait savoir qu’ils soutenaient l’unité de l’Espagne. L’une des rares voix à soutenir les indépendantistes est venue de l’île française de Corse, dominée par les autonomistes.

Learn Hebrew online

Néanmoins, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a appelé Madrid à choisir «la force de l’argument plutôt que l’argument de la force», alors que beaucoup craignent que la Catalogne ne soit entraînée dans une spirale de troubles face à la tentative de reprise en main par l’Etat.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “La Catalogne se réveille sous tutelle de Madrid, dans une Espagne fracturée

    1. Asher Cohen

      « Signe de l’inquiétude en Europe, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a souligné le 27 octobre que l’Union européenne n’avait «pas besoin d’autres fissures». »

      Mr Junker reconnaît clairement la Réalité. L’Europe en crise grave va vers la fragmentation. L’Angleterre est déjà sortie, et d’autres pays veulent en sortir aussi. On savait déjà que si la France sort de l’Europe, l’Espagne, l’Italie et le Portugal suivront immédiatement. La crise économique chronique, l’islamisation, la non-compétitivité, l’absence de perspectives d’avenir, l’exclusion de millions de personnes des sociétés civiles, et bien d’autres facteurs, vont précipiter la fragmentation et les séparatismes. Les Catalans ne veulent plus travailler pour les reste de l’espagne, les Basques non plus, les Lombards ne veulent plus raquer pour l’italie du sud, les Corses, Bretons, Savoyards, Alsaciens, Flamands, etc.. ne voient pas d’intérêt à être rattachés à une France moribonde, Je n’évoque même pas la question des pays de l’Est. Non, l’Europe ne sera ni l’Amérique, ni la Chine, ni l’Inde. Circulez, il n’y a rien à voir, et encore moins à gagner!

      Les indépendantistes catalans préfèrent l’indépendance à l’asservissement à une espagne moribonde. Rajoy révèle une très grande hypocrisie. Prétendre intervenir pour « sauver les non-indépendantistes catalans » serait d’un altruisme extraordinaire quand on rappelle que les Cortès ont mis près de 5 siècles pour voter l’abrogation du Décret de l’Alambra de 1492, expulsant les Juifs. En Réalité, Madrid ne veut pas perdre l’opulente Catalogne, et avance n’importe quel prétexte pour cela. C’est d’un grand ridicule: on ne peut pas forcer des millions de catalans à se faire tondre la laine sur le dos pour l’espagne. Puigdemont ne pouvais pas s’abstenir de proclamer l’indépendance votée par le Parlement Catalan, représentant légal du peuple catalan. Imagine-t-on Ben Gourion en 1948 refusant de proclamer l’Etat Juif souverain? De même que la France cherchait par tous moyens à empêcher l’indépendance de l’algérie pour continuer à l’exploiter, Rajoy utilisera tous les moyens, quitte à frauder les élections comme le faisaient les français, voire l’intervention militaire comme l’ont fait, par exemple, les russes pour Budapest en 1956, Prague en 1968, la Pologne, etc..Les gens découvrent avec stupeur que des millions de catalans veulent l’indépendance de l’espagne?

    2. liberté

      le retour de franco le rajoyisme enculée de ses mort ses pas pour rien que depuis lontemps les antifachiste existe en espagne parce que les franquiste nonjamaiscessé d’existé deja la royauté a etait remis par franco lui meme sesont des batard ses elites je previent le droit d’expression meurt vite en prison quand on a l’audace de ne plus voir dans le meme sens que eux de toute faon le jour de liberation de ‘lhumanité soit on les tuera soit on les mettra en esclavage (les elites ) voila pourquoi il lachent pas la mie de pain ses batard

    3. Asher Cohen

      @liberté
       » soit on les tuera soit on les mettra en esclavage (les elites ) voila pourquoi il lachent pas la mie de pain ses batard »
      Rajoy voit l’intérêt de Madrid et ses potes, donc il ne veut pas lâcher la mie de pain. S’il lâche la catalogne, il précipite l’espagne dans l’effondrement. Puigdemont voit l’intérêt des catalans et refuse de continuer à se faire bouffer, dans l’esclavage. Junker voit l’intérêt de l’Europe et ses copains, donc ne soutiendra aucun séparatisme. Idem pour le canada qui ne veut pas lâcher le Quebec; Etc..Rajoy ne peut garder la catalogne que par l’emploi de la force, le fascisme et l’asservissement de populations qui ne veulent plus se laisser faire. En 1936, la gauche avait gagné les élections en espagne, la droite a refusé ce résultat et il y a eu la guerre civile. Quelle peut être la suite en 2017: l’indépendance catalane ou la guerre civile?

    4. sarah

      Les Catalans ont plus de liens historiques et culturels avec la Catalogne que les Arabes de Palestine, appelés faussement palestiniens, n’en ont jamais eu avec la Judée-Samarie, alors pourquoi refuser aux Catalans leur terre alors que l’Europe veut forcer les Israëliens à donner des territoires aux soi-disant palestiniens ??? Si la Catalogne doit rester en Espagne contre la volonté des catalans alors la Judée-Samarie doit rester en Israël.

    5. serge

      Parce que les catalans ne sont pas sous le joug d’un gouvernement central qui se comporte comme une dictature, les catalans devront se battent armes a la main s’ils veulent briser le pays et c’est pas gagné d’avance pour eux. Si L’ESPAGNE EST DIVISIBLE, LA CATALOGNE L’EST AUSSI.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *