toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Quand les éditions Hachette réécrivent l’histoire d’Israël…


Quand les éditions Hachette réécrivent l’histoire d’Israël…

Après la polémique l’an dernier sur le manuel d’histoire-géographie-EMC des éditions Nathan à destination des collégiens, Nous avons fait un petit tour d’horizon des manuels qui seront entre les mains des élèves cette année. Le bilan est on ne peut plus mitigé… Notamment chez Hachette.

En 6ème, les élèves sont amenés à entendre parler du judaïsme, dans le cadre du second grand thème traité au cours du cycle 3 (intitulé « Récits fondateurs, croyances et citoyenneté dans la Méditerranée antique au Ier millénaire avant J-C« ), dont la troisième partie s’appelle « La naissance du monothéisme juif dans un monde polythéiste » (cf. le programme officiel). Chaque éditeur de manuel scolaire se voit soumis à un cadre afin de traiter ce sujet, en accord avec le programme officiel. Les différents manuels pour ce programmes ont été édité en 2016, voire 2017 pour les plus récents ou ceux qui ont été revus (Comme le manuel Nathan).

Le manuel des éditions Hachette a été édité en 2016, sous la direction de Nathalie Plaza (directrice d’ouvrage) et de Stéphane Vautier (directeur scientifique), et sa lecture m’a laissé un goût amer.

En effet, la double page d’ouverture de chapitre annonce la couleur: une carte montre les royaumes hébreux au sein de la région:

Alors à ce point, je me pose une question: que vient faire le terme « Palestine » sur cette carte, alors que cette notion n’apparaît que sous l’empire romain, soit plusieurs siècles plus tard? Y aurait-il un message politique?

Je file à la page suivante, espérant trouver mieux. Las ! c’est la même chose:

Pour rappel, Qumran est en Judée, près de l’implantation de Kalya.

Le vice révisionniste est poussé jusque dans les définitions données aux élèves:

Pervertir les définitions est le pire poison portant atteinte à la vérité…

En regard de cette page, on retrouve de quoi se consoler:

La stèle de Merenptah est en effet une source primaire incontournable pour quiconque parle de l’histoire d’israël. Elle fut érigée à la suite d’une victoire militaire de l’empire égyptien, afin de laisser à la postérité une trace, certainement vers -1208 (date communément admise).

Cette mention jouxte une autre source: un bas-relief assyrien, montrant les hébreux emmenés en captivité:

Après avoir évoqué les rites du judaïsme ancien, le manuel présente « Jérusalem, capitale du monde juif au Ier millénaire av. J-C », et montre même les vestige d’un palais pouvant être celui du roi David, en regard de deux fresques présentant les hébreux partant en esclavage (bas-relief assyrien, VIIème siècle BCE) ou pillés (bas relief de l’Arc de Titus, an 70 CE), concluant par cette question: « Pourquoi peut-on dire que Jérusalem est la capitale politique et religieuse du peuple hébreu?« 

C’est donc un bilan en demi-teinte: d’un coté nous avons des faits fondateurs de l’histoire du peuple juif, d’un autres des contre-vérités et des approximations pouvant être fortement connotées politiquement. Comment peut-on en être arrivé là? Les rédacteurs d’un manuel scolaire sont souvent professeurs de collège, et ne sont pas historiens (dans le sens chercheur en histoire, spécialiste d’une période). Pour autant, il eut été de bon ton de vérifier la validité des assertions présentées dans ce manuel, comme je l’ai fait bien que je ne sois pas titulaire d’une maîtrise en histoire…

Fort heureusement, un professeur digne de ce nom construit ses cours à partir de sources variées et ne s’appuie pas uniquement sur le manuel (qui contient souvent des erreurs, quel que soit l’éditeur).

J’en appelle donc aux éditions Hachette afin de corriger le tir, comme auparavant ça a été demandé aux éditions Nathan. On ne peut se permettre d’inoculer à nos enfants les germes du discours anti-israélien, en validant son discours ouvertement révisionniste. C’est en effet crucial de faire taire ceux qui, par des approximations partisanes, cherchent à modifier l’Histoire, pour servir leurs intérêts partisans.

Source: Manuel Histoire-Géographie 6ème/cycle 3, éditions Hachette 2016

© Ari pour Europe Israël
Ces goys qui défendent Israël sont toujours là ?





Ces goys qui défendent Israël sont toujours là



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Quand les éditions Hachette réécrivent l’histoire d’Israël…

    1. Robert Davis

      Moi j’ai l’impression que c’est surtout de l’hypocrisie comme tout ce qui touche à la politique en France: que ces manuels mentionnent le nom de la Palestine donnée par les romains au lieu de Judée/Samarie, passe encore mais il faudrait expliquer que les palestiniens étaient des juifs et que les arabes n’étaient pas en Palestine et l’islam n’existait même pas. Il y a là une tentative de confusion entr l’Histoire et pa pr actuelle.

    2. Claire

      Tous les manuels scolaires réécrivent l’histoire pour la faire coller à la doxa actuelle islamophile. Donc on supprime Charles Martel, pour ne pas froisser les arabo-musulmans, Jeanne d’Arc (signalons quand même que le FN n’existait pas quand elle a délivré Orléans en 1429). On ne parle évidemment pas du baptême de Clovis en 496, parce qu’il fut l’acte fondateur du royaume de la France chrétienne. On met Louis XIV en fin de programme, on est ainsi sûr qu’il passera à la trappe, etc. Alors pas étonnant que l’histoire d’Israël soit également remaniée pour ne pas froisser les Palestiniens actuels.
      Partout on réécrit l’histoire en faisant de l’uchronie. Voir ce qui se passe aux USA également avec les statues déboulonnées ou taguées.
      Triste époque de dictature de la pensée unique et de formatage des esprits, qui n’a rien à envier au monde d’Orwell. Il va vraiment falloir que les parents un peu cultivés fassent de gros efforts pour redresser tous ces mensonges. Quant aux autres, ils auront des enfants imbibés d’inepties qu’ils transmettront….

    3. Laurence S

      Pour les gauchistes, le « bon juif » c’est celui qui rampe en pyjama rayé et le « mauvais juif » c’est celui qui oeuvre pour son peuple.

    4. MOLIERE

      Tout ceci est voulu , vous n’allez pas me faire croire qu’avant édition il n’y a pas une relecture sérieuse avec des gens compétents .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *