toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Pas de chance pour les antisémites de BDS : Les exportations israéliennes vont dépasser les 100 milliards$ pour la première fois en 2017


Pas de chance pour les antisémites de BDS : Les exportations israéliennes vont dépasser les 100 milliards$ pour la première fois en 2017

.

L’économie d’Israël continue de croître malgré l’environnement chaotique de la région sous l’influence de l’islam terroriste.

Les exportations devraient atteindre 100 milliards de dollars d’ici la fin de l’année, bien que le fort shekel par rapport au dollar soit une préoccupation.

Les exportations d’Israël pour le premier semestre 2017 ont augmenté de six pour cent en dollars américains par rapport à la période parallèle l’an dernier et sont en avance sur les 100 milliards de dollars prévus d’ici la fin de l’année, selon l’examen semestriel de l’Institut d’exportation d’Israël, publié jeudi. Le chiffre serait un point de repère pour Israël.

Europe Israël a besoin de votre soutien financier. Cliquez ici et indiquez le montant de votre contribution.

Loading...
  • Les exportations de marchandises ont augmenté de 4% pour s’établir à 29 milliards de dollars pour la période de janvier à juin suite à la croissance du secteur industriel.
  • Les exportations agricoles ont augmenté de 6,5% pour s’établir à 765 millions de dollars, ce qui a freiné une baisse du secteur au cours des années précédentes.
  • Les exportations de produits chimiques et de produits pétroliers ont augmenté de 12% pour s’établir à 4,3 milliards de dollars,
  • tandis que les exportations pharmaceutiques ont augmenté de 10% pour s’établir à 3,7 milliards de dollars.
  • Toutefois, les exportations de composants électroniques ont diminué de 20% pour s’établir à 1,8 milliard de dollars,
  • tandis que les exportations de diamants ont diminué de 3% pour s’établir à 4 milliards de dollars.
  • L’Export Institute a déclaré qu’il s’attendait à ce que les exportations de composants électroniques se redressent au second semestre et jusqu’en 2018.
  • Les exportations de services ont augmenté de 8% pour s’établir à 21 milliards de dollars grâce à une forte augmentation des services hi-tech et du tourisme.
  • Les exportations de services informatiques et de logiciels ont augmenté de 12% pour s’établir à 6,8 milliards de dollars,
  • tandis que le tourisme a grimpé de 16% à 3,2 milliards de dollars.

Tout ceci devrait donner des ulcères d’estomac à BDS, qui sème inlassablement ses graines antisémites sur le terreau le plus fertile : l’extrême gauche et les Verts.

Mais il n’en est rien. BDS, qui veut dire « boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël et Israël seulement et surtout aucun des Etats criminels du monde », se sert du boycott comme alibi pour cacher son désir de voir les juifs être chassés d’Israël et le pays rayé des cartes, afin qu’ensuite les juifs soient expulsés vers des pays où BDS pourra plus facilement les persécuter dans l’objectif d’un prochain holocauste.

 traduction Claude Hamon pour Dreuz.info







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Pas de chance pour les antisémites de BDS : Les exportations israéliennes vont dépasser les 100 milliards$ pour la première fois en 2017

    1. Asher Cohen

      Israël a un PIB (en GDP) de 318 Mds de US dollars en 2016, je ne vois donc pas d’où on pourrait tirer ce chiffre de 100 Mds de dollars à l’export, ce qui représenterait un tiers du PIB, d’autant que la balance commerciale est actuellement déficitaire?

    2. Asher Cohen

      @Armand Maruani
      Je vais vous rassurer un peu. Il y a certes un déficit dans le commerce international (pour de nombreuses raisons dont certaines sont idiotes), mais le PIB par tête, GDP per capita, est estimé pour 2017, en valeur nominale, à plus de 39.000 US dollars annuels, ce qui place l’économie israélienne, en valeur nominale relative, au dessus du Japon, Angleterre, France, Italie, etc.., alors qu’ils ont près d’1,5 M d’arabes. Et ce n’est pas fini! Quand au début des années, dans israël submergé par des centaines de milliers d’immigrants, les Juifs de Tunisie, sans éducation, sans formation, sans métier, inemployables, sans travail pendant parfois 2 ans, vivaient dans les anciennes casernes britanniques, sous la tente, ou dans des maabaroth, pensaient-ils réellement qu’israël leur permettrait d’atteindre un niveau de vie supérieur à l’Europe?

    3. Armand Maruani

      @ Asher : 
       » Les Juifs de Tunisie, sans éducation, sans formation, sans métier, inemployables etc….

      Asher j’apprécie beaucoup vos analyses . En finances je n’y connais rien à part mon relevé bancaire .

      Par contre en ce qui concerne l’éducation des Juifs tunisiens j’ai quelques remarques à faire .
      Les Juifs tunisiens n’ont pas immigré pour recevoir une éducation à l’européenne ou autres , ils ont immigré par esprit sioniste et pour fuir l’antisémitisme .

      Comme pour tout Juif l’éducation se faisait au sein de la cellule familiale et au Ketab où ils apprenaient la Torah .
      Nombreux sont les Juifs qui ont réussi à l’époque du Bey .

      Même installés ailleurs ils réussisssaient aussi bien que les autres et ils l’ont prouvé .

      Je suis certain que vous m’aurez compris mon cher Asher .

    4. Armand Maruani

      ( Suite et fin )

      Les Juifs dans les années 50/60 étaient inscrits soient dans des lycées techniques comme l’ORT ou dans des lycées dépendants de la Mission Culturelle Française .

      Mais avant 1881 date du protectorat existait déja l’Alliance israélite , à cette époque les Juifs ne parlaient que l’arabe .

      Aprés le protectorat l’alliance leur apprenait en plus le français .

       » chapeau  »  » barnita  » . barnita  »  » chapeau  » .

      Donc aprés 1881 les Juifs ont démarré en plus avec un handicap .

      Mais la base de tout c’était , et c’est toujours la cellule familiale .

    5. Asher Cohen

      @Armand Maruani
      Je ne suis aucunement expert en Histoire des Juifs de Tunisie, mais les faits sont là. D’abord, après 1949-1950, les Juifs de Tunisie qui ont émigré en Israël étaient issus des classes les plus pauvres et des zones rurales de la Tunisie. Les Juifs tunisiens des villes, les plus éduqués, n’émigraient pas en Israël, mais vers l’Amérique du Nord et l’Europe. Ensuite, si les Juifs Tunisiens arrivant en Israël avaient été employables, comment se fait-il que beaucoup sont restés des années, dans des camps « temporaires », avec des conditions de logement précaires, et sans travail pendant des années? Par ailleurs, je doute fort que les Juifs d’AFN aient cherché une éducation de type européen? Déjà au Moyen-Âge le niveau d’éducation Juive Séfarade était très supérieur à la culture et l’éducation européenne. Oui les Juifs Tunisiens, comme les OstJuden d’Europe de l’Est, pouvaient parfaitement réussir, et cela s’est vérifié, en Israël comme dans d’autres pays. Mais n’oubliez-pas qu’en 1952, 40.000 Juifs, nouveaux immigrants, ont quitté Israël du fait des conditions de vie difficiles. En AFN, la France ne pouvait pas apporter aux Juifs grand chose en matière d’éducation. Pour toute l’AFN, il n’y avait qu’une seule université à Alger et les Juifs n’y étaient pas les bienvenus. Si dans les années 1950, des Juifs Tunisiens choisissaient Israël plutôt que la France, c’est qu’ils avaient des raisons. Se sont-ils trompés? Maintenant je conviens que pour l’éducation Juive la cellule familiale est capitale, comme le rôle des Rabbanim, pour les Juifs d’AfN comme pour les Ostjuden d’Europe. Là encore, le maintien du Peuple Juif en Diaspora pendant 18 siècles, et sa non assimilation aux goyim, le montrent. Dans tous les cas, la sociologie du Judaïsme Tunisien doit être complexe.

    6. Armand Maruani

      Asher Cohen :  »  Les Juifs tunisiens des villes, les plus éduqués, n’émigraient pas en Israël  »

      Nombre de Juifs diplomés ont émigré en Israël . Je pense à ceux qui adhéraient au Dror , au Bné Hakiva ou à la Shomére Hatzaïr mais vous avez raison ils ne représentaient pas la majorité .

      Pour le reste avec ce nouvel éclairage , je suis entièrement d’accord avec vous .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *