toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Attentats en Catalogne : un juge espagnol avait annulé l’expulsion de l’imam Abdelbaki Es Satty


Attentats en Catalogne : un juge espagnol avait annulé l’expulsion de l’imam Abdelbaki Es Satty

Un juge espagnol avait annulé en mars 2015 un arrêté d’expulsion contre Abdelbaki Es Satty, l’imam soupçonné d’avoir endoctriné les auteurs des attentats à Barcelone et Cambrils, considérant qu’il n’était pas dangereux, a annoncé mercredi la justice.

Un juge de Castellon, ville de l’est de l’Espagne où l’imam Abdelbaki Es Satty a purgé une peine de quatre ans de prison pour trafic de drogue, a estimé alors qu’il avait démontré ses «efforts d’intégration dans la société espagnole», précise la justice dans un communiqué, qui confirme une information du journal El Mundo.

Le juge relevait qu’il n’avait commis qu’un seul délit, travaillait et ne représentait à ses yeux pas une «menace réelle et suffisamment grave pour l’ordre public».

Abdelbaki Es Satty, 44 ans à sa mort mercredi dernier, a vécu plusieurs années à Ripoll, petite ville au nord de la Catalogne dont sont originaires la plupart des membres de la cellule soupçonnée d’avoir préparé et commis les attentats.

Loading...

Tué dans l’explosion accidentelle de la planque où la cellule préparait des explosifs à Alcanar, il est soupçonné d’avoir radicalisé les auteurs des attentats, souvent issus de fratries et parfois très jeunes.

Un des suspects des attentats ayant survécu à l’explosion a déclaré devant la justice que l’imam voulait commettre un attentat-suicide.

À Ripoll, des habitants rencontrés par l’AFP ont décrit un homme qui «parlait peu» et ne s’écartait pas du Coran dans ses prêches.

Il s’est également rendu à plusieurs reprises en Belgique, des billets d’avion pour Bruxelles ayant été retrouvés dans les ruines de la maison explosée à Alcanar (200 km au sud de Barcelone) et sa présence à Machelen, près de Bruxelles, pendant trois mois début 2016 a été confirmée par des élus locaux.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Attentats en Catalogne : un juge espagnol avait annulé l’expulsion de l’imam Abdelbaki Es Satty

    1. Jacques B.

      Typique de l’angélisme crétin de gauche dont sont atteints tant de magistrats.
      Si on les élisait comme aux USA, peut-être qu’ils deviendraient plus responsables et y réfléchiraient à deux fois avant de relâcher des criminels.

      Il « ne s’écartait pas du Coran dans ses prêches », nous disent ses voisins.
      Ni dans ses actes, la preuve : le coran appelle à tuer les mécréants, il n’a fait qu’obéir.

    2. Une voix d'Alsace

      L’indépendance des juges est une bonne chose, mais il faudrait quand même qu’ils fussent responsables quand ils prennent une décision dont les conséquences catastrophiques étaient prévisibles.

    3. Claire

      Quels que soient les jugements qu’ils rendent, les juges sont intouchables et ne sont jamais sanctionnés par les lois qu’ils appliquent souvent durement, parfois à tort, aux autres. Il faudrait peut-être un jour revoir leur statut.
      Quand un policier ou un gendarme commet une « bavure », il fait tout de suite l’objet d’une enquête et est sanctionné. Pourquoi les juges, qui remettent en liberté des criminels, ne le seraient-ils pas?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *