toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israel: cette gauche mainstream qui fait tout pour faire tomber Netanyahu


Israel: cette gauche mainstream qui fait tout pour faire tomber Netanyahu

Binyamin Lachkar revient sur les fausses accusations de corruption de la gauche & extrême gauche israélienne à l’encontre de Benjamin Netanyahu. Eclaircissement.

Les scandales de corruption s’enchainent les uns après les autres: le dossier 1000 sur les cadeaux reçus par Bibi, le dossier 2000 sur les accords entre Bibi et le patron de Yedioth Aharonot, le dossier 3000 sur l’achat de sous-marins allemands dans lequel l’avocat et des proches de Bibi sont interrogés, l’affaire Bezeq et le ministère des communications où un autre proche de Bibi est interrogé, les allégations du contrôleur de l’Etat dans son rapport qui accuse Bibi de conflit d’intérêts dans cette histoire – ça fait beaucoup.

Et comment Bibi se défend ? En accusant les médias de créer des fake news et de mener une campagne pour le faire tomber.

En général, ce genre de ligne de défense sort de l’arsenal des démagogues et ne sonne pas très sérieux. Et ça serait le cas si les médias ne méritaient pas amplement l’absence totale de confiance dont ils jouissent dans la population.

Loading...

Parce que les grands médias mènent réellement une campagne ouverte pour faire tomber Bibi où tout est permis. Je vous invite tous à aller sur Twitter, qui en Israel est essentiellement utilisé par les journalistes qui discutent entre eux dans leur bulle. Il faut le voir pour le croire. Ils ne cachent même pas leurs opinions, leur déconnection du reste de la population, le fait qu’ils soient plus des militants politiques que des journalistes. Vous vous rappelez Charles Enderlin qui utilisait sa profession pour faire du militantisme politique pour l’extrême-gauche israélienne ? La plupart des journalistes israéliens sont identiques.

Et ils mènent une véritable campagne, un bombardement incessant, qui cherche à créer une atmosphère artificielle de crise, tout en cachant les faits réels ou ceux qui contredisent leur narratif.
Le rapport du contrôleur de l’Etat ? Les titres sont en complète contradiction avec le contenu. Non seulement il n’y a pas le moindre début de preuve mais au contraire une accumulation de preuves du contraire.
L’affaire 3000 ? Elle ne concerne pas Netanyahou.
L’affaire 2000 ? Si la presse faisait son travail elle commencerait par se demander pourquoi il y a une enquête sur des faits qui sont parfaitement légitimes même s’ils étaient vrais (et ils ne le sont pas, ils contredisent les évènements qui se sont déroulés dans la réalité).
L’affaire 1000 ? Ils remarqueraient qu’après des mois d’enquêtes la police n’a toujours rien de concret et en est réduite à interroger toute personne ayant jamais discuté avec Bibi depuis 20 ans dans le monde entier.

N’oublions pas non plus que la définition de la corruption en Israel est quasi-unique au monde et comprend des choses considérées comme parfaitement normales ailleurs. Par exemple quand un président français visite un pays étranger il emmène avec lui des dirigeants de grandes sociétés et fait du lobbying pour eux. En Israel ça serait défini comme de la corruption. Olmert fut d’ailleurs inculpé pour une affaire de ce genre.

Mais vous me direz, ces enquêtes existent, ce ne sont pas les journalistes qui les ont créés. Oui. Et non. Les policiers et la praklitout ne travaillent pas dans une bulle, ils sont sensibles à la pression médiatique, ils vivent souvent dans les mêmes milieux qu’eux, et ont les mêmes biais idéologiques. La gauche ne fait pas de mystères sur ses intentions, il suffit de voir les manifestations permanentes face au domicile du conseiller juridique du gouvernement pour qu’ils mettent Bibi en examen avec des slogans comme « Bibi est coupable jusqu’à preuve du contraire » (un slogan réellement et purement fasciste au vrai sens du mot).

La saga du contrôleur de l’Etat est un excellent exemple. Son rapport est vide, et comme on l’a vu dit le contraire des titres des journaux, mais c’est lui qui a donné ces titres et a encouragé la presse à titre comme ça. Dans son cas l’obsession personnelle semble faire peu de doutes. Combien d’autres sont dans le même cas dans les hautes sphères juridiques ?

La politisation de la presse et de la justice menace la démocratie, car nous n’avons plus la moindre confiance en ces institutions. Il se peut que de vrais scandales de corruption existent, il se peut que l’affaire des sous-marins soit réelle ou celle de Bezeq (encore que dans ce cas je n’ai pas exactement compris le problème), il se peut même que Bibi soit réellement corrompu (toute personne le connaissant sait que c’est assez ridicule, il aime l’argent, la bonne vie, mais son honnêteté est indiscutable) – le problème c’est qu’une grande partie de la population refusera de le croire et à juste titre. Ce qui permet aux vrais corrompus de continuer à voler en toute impunité.

Learn Hebrew online

Seule une presse libre et diversifiée mettra fin à cette situation absurde. Nous vivons les derniers moments des « MSM », les mainstream médias, qui jouissaient il y a encore peu d’un monopole quasi complet sur l’information. Internet et Facebook ont libéré les paroles et les opinions, on y trouve des vrais journalistes qui font leur travail de façon honnête comme Yoav Yitzhak, nous avons maintenant des journaux et des chaines de télé qui n’appartiennent pas à la gauche et l’extrême gauche. L’audience des grandes chaines s’effondre, elles ne sont plus regardées que par des gens de plus de 50 ans. Encore quelques années et tout ceci ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

Source: Binyamin Lachkar





Journaliste franco-israélien spécialisé dans la psychologie et la communication politique depuis 2003.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Israel: cette gauche mainstream qui fait tout pour faire tomber Netanyahu

    1. Parole de jj

      Le Rav kouk disait nous juif nous devons être uni et responsables les uns des autres et aimer son peuple comme on s’aimerait a nous même mais que voulez vous àvec ses abrutis qui ne veulent pas d’un Peuple uni alors ils divisent pour mieux régner lorsqu’on leurs demande pourquoi tant de haine ,ils nous dises que ses nous qui avons de la haine envers eux ,toujours tous a l’envers ,je leurs dit constamment qu’on les payes pour rien et surtout pour insulter le peuple , la réponse est toujours la même et les mreligieux on ne les payes pas pour rien oui mais la difference que sa soit dans les prières du matin de l’argent après midi ou soir dans. toute les prières ils bénissent les juifs et le peuple d’Israël , ma conclusion faisant tous pour unir le peuple ,nous serons beaucoup plus fort ,et notre vie sera plus belle .amen

    2. Armand Maruani

      Cette gauche infâme est indigne d’appartenir au Peuple Juif .

      Il faut la considérer comme un cheval de Troie au même titre que nos ennemis qui possédent la nationalité israélienne et qui ne sont représentés à la Knesseth
      que pour pourrir la vie d’Israël et de ses dirigeants .

      Ils méritent tous d’être fusillés comme des traitres et des renégats .

    3. alauda

      La pratique du président VRP est devenue courante dans tous les grands pays développés ouverts à l’exportation. Qu’un homme politique mouille sa chemise semble plutôt un signe de bonne gouvernance qu’une forme de corruption, puisque le commerce à l’export fournit in fine des emplois. Après, chacun voit midi à sa porte.

      On a en France de nombreux spécialistes de l’agit-prop qui s’assoient sur la présomption d’innocence, figurant pourtant dans le droit français, dès qu’il s’agit de politiques. Le grand barnum médiatique se prend souvent pour le procureur d’un théâtre judiciaire de comptoir, œuvrant à grand coup de manchettes et de gros titres. Quand le soufflé est retombé, il n’y a quasi plus personne pour relayer la conclusion des procès sous la forme d’un entrefilet, des mois, voire des années plus tard.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *