toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Rafle du Vél d’Hiv : les archives relatives à la police de Vichy vont devoir révéler leur secret


Rafle du Vél d’Hiv : les archives relatives à la police de Vichy vont devoir révéler leur secret

Chercheurs et grand public ont désormais accès à l’intégralité des archives relatives aux Brigades spéciales, chargées de traquer les juifs et les communistes pendant la Seconde guerre mondiale.

Eté 1942. Plus de 13 000 personnes juives sont arrêtées au Vélodrome d’Hiver, à Paris, pour être ensuite déportées au camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Parmi elles, un tiers sont des enfants. Les Brigades spéciales de la police du gouvernement de Vichy ont joué un rôle de premier ordre dans cette rafle massive.

Pendant la Seconde guerre mondiale, elles étaient en effet chargées de traquer les juifs, les membres du Parti communiste alors interdit, des homosexuels et les résistants à l’occupant nazi. Mais quelle est la part de responsabilité de la police dans ces sinistres opérations ? Avait-elle agi de sa propre initiative ou n’avait-elle fait qu’exécuter des ordres ? 75 ans après, les historiens cherchent encore à comprendre comment ces rouages sinistres ont pu se mettre en place.

L’intégralité des documents accessible

Afin de percer les derniers mystères des Brigades spéciales, une convention a été signée le 19 mai dernier entre la Préfecture de police, le Mémorial de la Shoah à Paris et le Musée mémorial de l’Holocauste à Washington.
L’accord prévoit de mettre à la disposition des deux musées mémoriaux une copie numérique de l’intégralité des documents émis par la police de Vichy de 1940 à 1944. « Les chercheurs pourront désormais mettre le curseur là où il faut, et analyser les méthodes de fonctionnement de ce service. L’idée n’est pas du tout de porter des accusations sur les uns et les autres, mais bien de comprendre. La préfecture de Police fait œuvre utile en permettant de regarder le passé en face », affirme Jacques Fredj, directeur du Mémorial de la Shoah.

Le spécialiste se veut rassurant quant aux craintes de l’ouverture d’une boîte de Pandore avec la déclassification de ces archives. Lesquelles sont, pour l’instant, uniquement consultables sur les réseaux intranet de chacune des trois institutions signataires de la convention, par toute personne désireuse de la faire. La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ayant émis un avis défavorable quant à leur diffusion sur Internet.

Rapports de filature et perquisitions

Que contient ce fonds de documents longtemps considéré comme sulfureux et estimé à une quarantaine de mètres linéaires pour sa version papier et à un volume numérique de 230 Go ? « Il s’agit de dossiers et de fichiers afférents aux différentes catégories de personnes recherchées et poursuivies par les services de police de la collaboration. L’on y trouve notamment comptes rendus d’interrogatoires, rapports de filature et de perquisitions, diverses photos et des courriers internes du service », détaille Jean-Marc Gentil, directeur des affaires culturelles et du patrimoine à la Préfecture de police de Paris.

En somme, une mine d’informations sur les Brigades spéciales initialement créées en septembre 1939 dans le sillage d’un décret relatif à la dissolution du Parti communiste français. Elles étaient constituées de plus de 220 agents pendant leurs heures les plus sombres. Une cinquantaine d’entre eux ont été jugés après la guerre.

Moteur de recherche

La convention qui vient d’être signée intervient après deux autres conclues en 2000 et en 2005. « Elle est fortement symbolique, car nous avons désormais accès à l’intégralité du fonds, ce que nous sollicitions depuis longtemps », fait savoir Radu Loanid, responsable des archives du Musée mémorial de l’Holocauste de Washington. L’institution américaine contribuera d’ailleurs à hauteur de 27 000 dollars (plus de 24 000 euros) à l’indexation de ces dizaines de milliers de documents et à la création d’un moteur de recherche pour faciliter la consultation du fonds.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Rafle du Vél d’Hiv : les archives relatives à la police de Vichy vont devoir révéler leur secret

    1. Salmon

      en 2017 la police n’a pas changée !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      sous les ordres d’enculés antisémites !!!!!!!!!!!!!!!

    2. Une voix d'Alsace

      Il est donc possible que dans soixante-quinze ans nous sachions la vérité sur l’affaire Sarah Halimi et apprenions le nom de ceux qui ont refusé de faire les recherches et aux ordres de qui ils ont obéi.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1 Share
    Copy link
    Powered by Social Snap