toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les Marines U.S à la frontière turque pour protéger les Kurdes contre la Turquie d’Erdogan


Les Marines U.S à la frontière turque pour protéger les Kurdes contre la Turquie d’Erdogan

Les Marine américains contraints de protéger les Kurdes contre la Turquie d’Erdogan

Les Etats-Unis ont envoyé un groupe de Marine (fusiliers marins) américains, armés d’au moins huit véhicules Stryker transport de troupe blindés vers la frontière nord de la Syrie avec la Turquie, comme force-tampon entre les Kurdes de Rojava en Syrie et les forces turques,après les nombreuses frappes turques qui ont tué au moins 20 membres des unités YPG kurdes soutenues par les Etats-Unis, détruit leur quartier-général de commandement et de contrôle, et blessé 18 autres, alors qu’au moins 5 Peshmergas kurdes d’Irak étaient tués. Des affrontements ont éclaté entre les forces turques et kurdes à la suite de ces frappes aériennes, les Kurdes liquidant au moins 14 soudards d’Erdogan.

Le convoi de véhicules blindés a pris position dans le village de Darbasiyah, dans la Province d’Hasakah au Nord-Est, a quelques centaines de mètres de la frontière turque.

C’est la seconde fois que les troupes blindées américaines interviennent afin de séparer les Turcs et la milice YPG kurde qui dirige les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), auxquelles les Américains assigne un rôle majeur dans l’offensive visant à reconquérir Raqqa aux mains de Daesh. Le 17 mars, les Marine’s américains ont percé jusqu’à la ville de Manbij, au Nord de la Syrie, quand l’armée turque était sur le point de lancer l’offensive contre la milice kurde pour lui arracher le contrôle de la ville.

Loading...

Cependant, le 24 avril, les forces aériennes turques sont à nouveau entrées en action contre une base du PKK (Parti des Travailleurs Kurdes de Turquie) près de Sinjar sur le Mont Qarachok en Irak, en détruisant des dépôts d’armes et de munitions – mais aussi contre le Centre de Commandement des YPG dans le Nord-Est de la Syrie, en prétendant que ce seraient deux foyers conjoints de la même entité terroriste.

Mais, au cours de son opération gémellaire, Ankara a insisté sur le fait que la Turquie était très présente sur les théâtres syrien et irakien et a informé les Présidents Donald Trump et Vladimir Poutine que la vision des intérêts sécuritaires turcs dans ces secteurs prend l’ascendant sur toute contribution à promouvoir les objectifs de ces deux grandes puissances, à savoir la lutte contre Daesh.

Le Pentagone a répliqué, vendredi 28 avril, en disantque les Etats-Unis veulent que les FDS se concentrent sur la libération de la ville de Tabqa détenue par Daesh et ensuite, sur la capitale de ce groupe terroriste : Raqqa, et non pas que ces forces se laissent entraîner dans d’autres conflits, nulle part ailleurs ».

On rapporte quotidiennement des mouvements des avions de combat turcs dans l’espace aérien syrien, devenus routiniers et ils sont coordonnés par avance avec les centres de commandement des forces aériennes russes et américaines en Syrie. Par conséquent, les commandants des YPG ont bien pris note que ni les Russes ni les Américains n’ont choisi d’avertir et de dissuader la Turquie de lancer ses avions bombarder la milice kurde pourtant alignée sur les positions stratégiques américaines. Ils ont même pu craindre être bombardés tout en faisant cause commune avec les forces américaines. Mais le commandement américain en Syrie leur a promis sa protection sous le parapluie terrestre et aérien des Etats-Unis.

Après les attaques aériennes turques, l’Administration Trump, constatant que la milice kurde commençait à mettre un pied en dehors de l’Alliance contre Daesh, pour répliquer, a été contraint de choisir entre le fait de perdre le fer de lance de son opération ou de déployer son parapluie américain afin de faire avorter les attaques turques.

En envoyant un nouveau contingent de Marine en Syrie -« Nous avons des forces américaines présente à travers tout le Nord de la Syrie et qui opèrent avec nos partenaires des Forces Démocratiques Syriennes », a déclaré le porte-parole du Pentagone – le Président Trump a fait un choix fatidique :

Loading...

Face aux menaces du Président turc Recep Tayyip Erdogan d’une guerre totale dans le dos des Kurdes combattant Daesh, il a décidé d’engager les forces militaires américaines pour préserver la milice kurde sous l’aile protectrice américaine et qu’elle se consacre pleinement au principal objectif qui est de vaincre Daesh.

Toutes les conditions sont maintenant réunies d’un risque potentiel de conflit ouvert, rare entre deux membres de l’OTAN, à présent, pour le Président américain. Et très bientôt, cela pourrait bien faire des feux d’artifices, lorsque Trump s’assoira juste en face d’Erdogan, au Sommet de l’OTAN à Bruxelles, le 25 mai.

Reportage  Spécial 30 Avril 2017, 8:14 AM (IDT)

Loading...

Traduction JForum

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Les Marines U.S à la frontière turque pour protéger les Kurdes contre la Turquie d’Erdogan

    1. Un Goy Français

      Cette mer** d’Erdogan et sa soif de pouvoir ! Ca me fait vomir cette lâcheté et cet opportunisme. Daesh n’a pas fait assez de mal, les seuls à vraiment lutter (et avec beaucoup de courage) contre l’EI sont les kurdes et ce con en profite pour les poignarder dans le dos !

      Je soutiens les kurdes contre les turcs, et je dénonce la lâcheté des USA qui ne remettent pas Erdogan à sa place, cautionnant ainsi le meurtre d’innocents !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *