toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël et les Palestiniens : Emmanuel Macron a tout faux


Israël et les Palestiniens : Emmanuel Macron a tout faux

Macron avec Mahmoud Abbas,Paris, février 2017

Emmanuel Macron a donc été élu Président de la République le 7 mai 2017 avec plus de 60% des voix. Mais avec plus de 25% d’abstentions et environ 12% de votes blancs ou nuls. On sait aussi que la plupart des dirigeants communautaires juifs ont appelé à son élection, l’élément « faire barrage à Marine Le Pen » ayant souvent fait partie de la réflexion d’un certain nombre d’entre eux. Pourtant, concernant Israël, Emmanuel Macron qui voit en Mahmoud Abbas un « modéré », tout en fustigeant « un raidissement israélien », a tout faux…

Une adhésion plus modeste qu’il n’y paraît

Loading...

S’il a été élu Président de la République le 7 mai 2017 avec plus de 60% des voix, Emmanuel Macron n’a, de fait, suscité l’adhésion que d’environ un peu plus d’un Français sur trois, compte tenu d’une abstention record pour le deuxième tour des présidentielles, soit plus de 25%, couplée à un autre record : celui des votes blancs ou nuls, soit plus de 20% Un résultat qui pèsera sur celui des législatives de juin prochain.

Les élections et les dirigeants de la communauté juive

Il faut également noter qu’au-delà d’une adhésion, ce vote a aussi souvent été motivé par une volonté de faire barrage à Marine Le Pen, présentée comme appartenant à une extrême-droite aux relents vichystes. Ainsi, Serge et Beate Klarsfeld et leur association publiaient une affiche dans Libération pour « pour rappeler que l’extrême droite au pouvoir a toujours été un Etat policier, et ce quel que soit le régime au XXe siècle.. » et appeler à voter Macron.

Par ailleurs, les cinq plus grandes institutions juives françaises appelaient également à voter Macron, pour « défende les valeurs républicaines et sauvegarder l’avenir démocratique de la France », rapportait Times of Israel le 1er mai 2017.

Étaient fustigés également tous ceux qui envisageaient une abstention. Ce qui était là, en un sens, voler au secours de la victoire, Emmanuel Macron étant à la première place dans tous les sondages. Même si le poids électoral de la communauté juive est très modeste, surtout au regard d’autres électorats…

Black-out sur un « islamo-nazisme », une culture de la détestation d’Israël, vecteur d’antisémitisme

Learn Hebrew online

Se démarquait Maître Goldnadel, Président de France-Israël de d’Avocats sans Frontières qui s’exprimait notamment le 2 mai, dans un texte très fort publié dans Le Figaro, sur « le déplacement spectacle d’Emmanuel Macron au Mémorial de la déportation » et commentait : « Non, M.Macron, la Shoah n’est pas un thème électoral ». Il poursuivait : « La question juive qui me tourmente aujourd’hui et qui est soigneusement évitée dans le débat pour ne pas déplaire à certains, ce n’est pas le nazisme allemand défait, c’est l’islamo-nazisme conquérant.

C’est celui qui a fait des morts à Toulouse ou à Paris et en fera encore demain. » Évoquant « l’idéologie de l’occultation » qui « passait sous un silence de mort la défenestration par un musulman radical de Sarah Halimi… ». Non pas qu’il ait donné un blanc-sein à Marine Le Pen – pour qui il annonçait ne pas entendre voter-, non pas en raison d’une quelconque « fantasmatique… responsabilité génétique » mais parce que, disait-il, « il eût été plus bénéfique de lui demander de s’expliquer sur certains membres de son parti qui entretiennent des intelligences avec le Hezbollah terroriste allié à l’Iran qui veut détruire Israël. »

 

Ajoutant : « Nul n’a demandé non plus à Emmanuel Macron de s’expliquer sur le maintien dans son équipe de Mohamed Saou dont il disait au micro qu’il croyait fermé de radio Beur, que c’était «un radical mais quelqu’un de bien». Il évoquait aussi le soutien apporté par l’UOIF, frères musulmans, à Emmanuel Macron et soulignait « La question juive qui me tourmente aujourd’hui et qui est soigneusement évitée dans le débat pour ne pas déplaire à certains, c’est de savoir si se poursuivra ou non la culture de la détestation d’Israël dont on sait aujourd’hui qu’elle est le premier levain de l’antisémitisme criminel qui monte. »

Loading...

 

Où Emmanuel Macron a tout faux : Israël et les Palestiniens

C’est sur ce point, justement, que le nouveau Président de la République, a tout faux. Invité pour un direct par Mediapart le 5 mai, à l’avant-veille de l’élection, Emmanuel Macron était interrogé sur les divers aspects de sa vision et de ses projets politiques.

Avec un chapitre sur « les désordres du monde », dont un passage consacré par Edwyn Pleyel à « la Palestine », « un cancer au cœur de la région » estimait le journaliste, citant Edgar Morin et s’étonnant que le futur président soit contre la reconnaissance immédiate, pure et simple, d’un « État palestinien »- vidéo ci-dessous, 17.03 / 19.20 -. Pragmatisme politique s’inscrivant dans la tradition de la politique extérieure française, qui a toujours maintenu un point d’équilibre, répondait Emmanuel Macron soucieux de pouvoir « continuer à parler aux deux » parties, gage d’efficacité selon lui.

On peut se demander si ce « point d’équilibre » et cette « efficacité » consistent à voter des résolutions onusiennes clairement anti-israéliennes, ou à s’abstenir, ce qui n’est guère mieux, compte tenu du poids connu des votes en leur faveur, comme l’a fait récemment la France de Hollande à l’UNESCO ou au Conseil de Sécurité. Votes aberrants, loin de tout « point d’équilibre », consistant à réécrire l’Histoire et nier tout lien entre les Juifs et Israël, Jérusalem y compris.

Mais démentant aussitôt sa volonté affichée d’équilibre, prenant partie, et le faisant à tort, Emmanuel Macron déclarait alors : « On a plutôt un dirigeant palestinien qui est plus modéré, qui a pris ses responsabilités et on a un durcissement de la position israélienne.. » – sans préciser lequel et on se demande si demander des négociations directes en ferait partie, selon lui -. Tout en reconnaissant « des vrais sujets d’insécurité » – sans bien entendu parler du terrorisme palestinien meurtrier- et disant respecter « la démocratie israélienne » il faisait état de ses « désaccords : le non respect des Accords d’Oslo.. » – ce qui s’applique de fait aux Palestiniens- et de sa « condamnation de la colonisation.. ».

 

 

 

Voilà bien de quoi alimenter la « culture de détestation d’Israël » qu’évoque Maître Goldnadel. D’autant que, depuis Alger, Emmanuel Macron qualifiait récemment « la colonisation » de « crime contre l’humanité… ». Ce terme étant d’ailleurs impropre concernant la présence d’Israël dans des Territoires disputés…En avril dernier Emmanuel Macron accusait d’ailleurs Benyamin Netanyahu de mener « une politique belliqueuse ».

Mais ce qui est aberrant est ce qu’il dit de Mahmoud Abbas, qu’il avait croisé à Paris en février dernier lors d’une rencontre fort chaleureuse. « Modéré », c’est ainsi qu’Abbas se présentait d’ailleurs à la Maison Blanche le 3 mai dernier, jurant, en réponse à une observation du Président Trump, que « la jeunesse palestinienne est élevée dans une culture de paix ». Mensonge éhonté, bien évidemment, dénoncé aussitôt par le Premier ministre israélien. Il suffit de voir la compilation de vidéos de la télévision officielle palestinienne, récentes ou plus anciennes, montrant notamment les résultats effarants de l’endoctrinement auquel les enfants palestiniens sont soumis, prouvant abondamment le contraire.

Compilation réalisée par l’Institut de recherche et observatoire Palestinian Media Watch et mise en ligne le 7 mai, présentant aussi la réaction du Premier ministre israélien qui taxait le dirigeant palestinien de mensonge :

 

 

 

Octobre 2013 : le « modéré » Abbas accueille en « frères héroïques », vingt
et un assassins terroristes relâchés de prison par Israël pour tenter
de relancer les négociations de paix.

 

Le contribuable français va sans doute continuer à payer le salaire des terroristes palestiniens

Un Abbas qui verse aux terroristes palestiniens, dûment jugés et emprisonnés, de confortables salaires proportionnels à leurs crimes, ou versera des allocations à leur famille, s’il sont morts en commettant leurs forfaits. Ce qui équivaut à une incitation au terrorisme efficace, surtout compte tenu de la situation économique des Palestiniens gouvernés par un Abbas corrompu. Bien que mis en garde à cet égard par le Président Trump, lors de sa visite à Washington , Abbas n’en démord pas, faisant l’unanimité parmi les dirigeants palestiniens qui, pour se maintenir au pouvoir, entendent continuer à soutenir leurs « martyres et combattants pour la paix » .

Grande donatrice à l’Autorité palestinienne, la France subventionne ces paiements avec l’argent des contribuables français  et, avec Emmanuel Macron, elle ne sera donc sans doute pas prête à renoncer à cette incitation au terrorisme…

Concernant l’entourage anti-Israélien du nouveau Président de la République, voir aussi .

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:

©Hélène Keller-Lind pour Europe Israël





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Israël et les Palestiniens : Emmanuel Macron a tout faux

    1. Armand Maruani

      Ce n’est pas Emmanuel Macron  » qui a tout faux  » .

      Ce sont Gepetto – Attali et Hollande qui tirent les ficelles de notre pauvre Pinocchio élu alors que la majorité des français ne voulaient pas de lui .

      Même cela il fallait le faire : Diviser pour régner pour poursuivre la politique du plus mauvais président de la V iéme République .

    2. Claire

      Macron a été élu par une minorité de Français: 43% des électeurs inscrits. Pas de quoi pavoiser, contrairement à ce que prétendent les grands médias aux ordres.
      Il a eu le soutien appuyé de l’UOIF, de la grande mosquée de Paris, d’Hani Ramadan, pour ne citer que les plus connus.
      Il va bien falloir qu’il renvoie l’ascenseur…

    3. Jacques B.

      Vous êtes marrant Hector, finalement.

      Nous nous sommes accrochés l’autre jour, avec au départ de cette affaire ceci : VOUS avez pris à partie les autres commentateurs, qui selon vous faisaient des commentaires « hallucinants ». Je n’ai fait, ainsi que quelques autres, que répondre à votre attaque. Vous n’auriez pas pu vous contenter de donner votre point de vue, non, il vous fallait absolument CENSURER les autres. L’article en question est facile à retrouver, il faisait suite au premier tour de l’élection.

      Vous êtes d’une mauvaise foi absolue, vous qui, par ailleurs, n’avez cessé de me faire la leçon (à d’autres aussi) sur ce que serait, selon votre moraline à géométrie variable, un comportement « moral ».
      A aucun moment je ne vous ai vu vous remettre en question.
      Et à chaque fois que je vois un commentaire de vous, il est pour prendre à partie, soit la rédaction, soit les autres commentateurs.
      Vous ÊTES le troll par excellence, Hector. Je ne vous salue pas.

    4. Hélène Keller-Lind

      Les débats de bonne foi sont toujours productifs. Il n’y a que des faits – avec liens- dans cet article. Sur le double/triple langage des dirigeants palestiniens qui incitent au meurtre et au terrorisme de diverses façons. Voir en eux des « modérés » est absurde et contre-productif. Ne peut amener la paix, hélas. Des dirigeants qui vivent très bien et utilisent leur « peuple » comme de la chair à canon, enfants compris.http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=20969
      Pour de nombreux exemples, voir la vidéo de Palestinan Media Watch en lien ou le site http://palwatch.org/

    5. Maguid

      Ils ont été tellement terrorisés par les cris d’un chiouaoua qu’ils ont couru se réfugier dans l’antre d’un pitbull

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *