toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël: clap de fin pour la chaîne publique israélienne « 1 », les équipes en larmes (Vidéo)


Israël: clap de fin pour la chaîne publique israélienne « 1 », les équipes en larmes (Vidéo)

.

Dernier JT pour la chaîne publique israélienne « 1 ». Ce mardi en fin de journée, les téléspectateurs ont assisté à un spectacle des plus tendus alors que les animateurs du canal, très émus, annonçaient la fin de leurs programmes. Channel 1 tire sa révérence après 49 ans de diffusion et c’est Geula Even Sa’ar, la présentatrice de la grande émission d’informations du soir Mabat (« Regarde »), qui l’a appris en premier et, les larmes aux yeux, aux Israéliens.

D’autres journalistes de la chaîne ont exprimé leur déception. Les équipes, réunies sur le plateau, ont fait part de leur énervement dans une atmosphère difficile, entre larmes et coups de colère.

Tristesse et stupéfaction

Ces réactions tiennent tant à l’arrêt de la chaîne qu’à son caractère inattendu: le remplacement de l’historique Autorité de radio-diffusion (IBA) par la Public Broadcasting Corporation était prévu au 15 mai. Les journalistes ont été prévenus à la dernière minute que la diffusion cesserait finalement dès le 10 au matin. Les différentes chaînes de la radio publique, quant à elles, ne devaient plus diffuser que de la musique. Un vote est attendu ce mercredi au Parlement pour acter le remplacement de l’IBA.

La conclusion d’un long bras de fer

L’avenir de la radio-télévision publique en Israël a été au centre d’une longue bataille entre le chef de gouvernement Benjamin Netanyahu et son ministre des Finances, le premier ne voulant plus d’une réforme qu’il avait d’abord soutenue alors que le second tenait à ce qu’elle soit menée à bien à cause de l’importance des sommes déjà investies dans le projet.

Benjamin Netanyahu est allé jusqu’à brandir la menace de provoquer des élections anticipées si un accord n’était pas trouvé. Le bras de fer a été résolu fin mars grâce à un montage complexe, notamment concernant la branche informations du nouvel établissement.

La réforme visait à dynamiser un service public à bout de souffle et à regagner une partie du terrain perdu face aux chaînes privées. Aucun communiqué officiel n’a toutefois été publié pour annoncer la fin des programmes et la fermeture des chaînes de l’IBA.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Israël: clap de fin pour la chaîne publique israélienne « 1 », les équipes en larmes (Vidéo)

    1. Circonstances exténuantes

      Difficile de savoir s’il s’agit d’un changement de fond. Mais quelle peine pourrions-nous éprouver pour un système qui a toujours fait de la propagande contre les droits du peuple juif sur sa terre, qui a légitimé ses ennemis en acceptant de leur offrir l’appellation de ‘palestiniens », comme si la terre était la leur?
      Ils ont travaillé à l’abrutissement des masses pour les faire voter en faveur de l’introduction des pires assassins antisémites de notre époque. Sous toutes sortes de prétextes fallacieux, ils ont réinventé l’attentat suicide qui tue par trentaines des Juifs innocents dans les cafés ou les transports.
      Un esprit de victoire accompagnait les journalistes pendant toute la période de la purification ethnique de la bande de Gaza.
      Et ce n’est qu’un aperçu de leurs abus.
      Donc, sans regrets.

    2. rachel

      Je pense surtout aux larmes des gens deracines du goush katif, d arnona, des territoires dits disputes, je penses aux larmes des familles endeuillees par le terrorisme, ces larmes la, ne m emeuvent pas, tout le monde doit apprendre a rebondir, nous les olims francais, avons tout quitte meme quand ca allait plus ou moins bien, en France, par conviction, par amour de la terre d Israel. Cette gauche israelienne n aime pas sa terre, si ces gens pleurent, c est sur leurs salaires, leurs acquis.

    3. rachel

      Ah oui faites le menage aussi a la Knesset,on n a pas le choix d etre radicaux avec des radicaux.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *