toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Changement de modèle pour une solution à deux états


Changement de modèle pour une solution à deux états

Promouvoir la Jordanie en tant qu’État arabe palestinien est conforme au droit international et résoudrait le problème de l’autodétermination nationale à la fois pour les Arabes vivant en Judée-Samarie et pour les Israéliens. 

Par Moshe Dann – ynetnews | Adaptation Mordeh’aï pour malaassot.com

Le problème avec « la solution à deux états » – créer un Etat palestinien souverain indépendant à l’ouest du Jourdain – c’est qu’un Etat palestinien existe déjà à l’est du Jourdain ; C’est ce qu’on appelle la Jordanie. Sa population est principalement « palestinienne » et elle est située dans la partie orientale de ce qu’on appelait autrefois la « Palestine ». De façon démographique et géographique, la Jordanie est donc un État palestinien.

Les accords d’Oslo, cependant, ont supprimé  « l’option jordanienne » de la gamme des alternatives possibles. Au lieu de cela, Yasser Arafat, l’OLP et l’Autorité palestinienne (AP) ont été installé en tant que dirigeants de ce qui était destiné à être un autre Etat palestinien à l’ouest du Jourdain. Le «plan de paix» a échoué non seulement à cause du terrorisme palestinien, mais aussi à cause de l’opposition à l’existence d’Israël. En outre, l’AP – qui inclut le Hamas et d’autres organisations terroristes arabes – et l’OLP n’a jamais voulu fonctionner. Leur objectif est de détruire Israël.

"Leur but est de détruire Israël" (Photo: Reuters)

Bien qu’Arafat ait signé les Accords d’Oslo au nom de l’OLP, l’OLP a été obligé d’enlever les clauses du Pacte national palestinien qui exigaient la destruction d’Israël, mais jamais cela n’a pas été fait. Même si une forme ad hoc du Conseil national palestinien (PNC) de l’OLP s’est réunie en avril 1996 et a approuvé la modification du Pacte en principe, elle n’a pas modifié le Pacte; Il a simplement donné à un comité de la PNC le pouvoir de le faire ou d’élaborer une charte complètement nouvelle. Ils n’ont pas non plus précisé quels articles particuliers seraient modifiés ou comment cela serait fait. En laissant l’Alliance intacte, l’OLP envoie un message clair qu’il n’a pas renoncé à la violence ni accepté le droit d’Israël d’exister.

De plus, puisque l’AP n’a pas signé les Accords d’Oslo, elle n’est pas liée par eux. l’OLP, aussi bien que Mahmoud Abbas qui la dirige est responsable, dans le meilleur des cas..

Plutôt que de comprendre pourquoi les accords d’Oslo et ce que l’on appelait «la solution à deux états» ont échoué, ses architectes, ses planificateurs et ses partisans s’accrochent à leurs fantasmes en reconsidérant des alternatives. Accélérer et soumettre les Palestiniens à faire un accord échoue toujours parce que cela impliquerait la fin du conflit et l’acceptation d’Israël – une trahison pour un Palestinien.

L’établissement d’un deuxième Etat palestinien, ou le troisième, si celui-ci comprend le Hamastan dans la bande de Gaza, entraînerait une déstabilisation et augmenterait les chances de violence entre les entités concurrentes, les gangs et les milices qui pourraient se répandre en Israël. La Jordanie pourrait chercher à expulser ses citoyens « palestiniens » vers le nouvel état et une lutte de pouvoir s’ensuivrait sur l’état qui représente les Palestiniens et ce qui constitue la base territoriale de « l’identité nationale palestinienne ». Les forces islamistes attendant de profiter de tout le vide de puissance, la zone serait plongée dans un chaos semblable à celui de la Somalie.

Plutôt que d’abandonner l’idée de réaliser l’autodétermination palestinienne en établissant un autre État boiteux, le problème peut être résolu en changeant un mot: « Le » à « a ». Reconnaissant que la Jordanie remplit la définition d’un Etat palestinien désamorcerait la demande toxique Pour un autre Etat palestinien en Judée et Samarie (la « Cisjordanie de Jordanie »).

Learn Hebrew online

Une approche de «solution à deux états» accepte l’idée de «deux états pour deux peuples» en fonction de la réalité d’un Etat souverain déjà existant sur un territoire désigné «palestinien», où la majorité de ses habitants sont «palestiniens». Les Arabes en Israël et les régions contrôlées par l’AP qui se considèrent comme « palestiniens » et cherchent l’autodétermination nationale peuvent s’affilier à un Etat palestino-jordanien et y déménager si ils le souhaitent. Ceux qui préfèrent rester en Israël seront autorisés à le faire avec des droits civils complets mais non nationaux – comme c’est le cas maintenant.

Promouvoir la Jordanie en tant qu’État arabe palestinien est conforme au droit international et au mandat britannique qui a créé la Jordanie en 1922 dans le cadre d’une «solution à deux États». Cela résoudrait le problème de l’autodétermination nationale à la fois pour les Arabes vivant en Judée et en Samarie Et pour ceux vivant en Israël.

Ce plan n’exige pas que personne ne bouge ou ne change pas. La Jordanie a reconnu les rivières Jordan et Yarmouk, la Mer Morte et Arava comme frontière internationale dans son traité de paix avec Israël. L’AP peut continuer à fonctionner comme une entité politique à condition que toute incitation et activité terroriste cessent.

Les Arabes vivant dans les villes administrées par l’UNRWA au Liban et en Syrie devraient avoir la possibilité de devenir citoyens dans leurs pays d’accueil; Ils devraient être absorbés dans les pays où ils existent ou autorisés à émigrer. Les programmes d’aide internationale devraient être exploités uniquement par les pays.

Qu’il n’y ait pas de malentendu: je m’oppose au Palestinisme et à un Etat palestinien n’importe où, parce que son seul but – selon les chartes de l’OLP et du Hamas – c’est l’éradication d’Israël. Prêchant la haine et fomentant le terrorisme dans leurs écoles et leurs médias, ils glorifient le djihadisme et promeuvent le «martyre». Pourquoi soutenir cela?

Je ne suggère ni ai l’intention de renverser le gouvernement jordanien actuel. La Jordanie est un partenaire stratégique et, espérons-le, continuera d’être. Les Jordaniens, cependant, ont une responsabilité envers les arabes Palestiniens et ne devraient pas s’attendre à ce que Israël supporte le fardeau de leur fournir une patrie nationale.

Une solution à deux États – Israël et la Jordanie – est dans les intérêts nationaux des deux pays. Cela apportera la paix et la prospérité et assurera la sécurité et la stabilité de la région. Une confédération jordano-israélienne remplacera l’échec et le désespoir par l’opportunité et l’espoir; Cela inspirera la créativité et la coopération, la seule raison d’être des États-nations.

Source

 

 

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Changement de modèle pour une solution à deux états

    1. andre

      Bien sur, ce serait la solution naturelle a tous les points de vue: elle est d’ailleurs tres proche de ce que fut, en son temps, le « plan Allon ». Elle devrait etre accompagnee par un processus similaire mettant en jeu l’Egypte, du cote de Gaza: on reviendrait ainsi a une sitation assez proche de ce qui existait avant la Guerre des Six Jours. La difficulte est double. 1) bien que la population jordanienne soit a 70 pourcent d’origine palestinienne, le roi de Jordanie se mefie (a juste titre) de cette partie de sa population: il est vrai que la monarchie jordanienne n’est pas d’origine palestineienne, mais constitue une piece rapportee (recompense britannique, apres l’effondrement de l’empire ottoman, a une dynastie qui avait aide les troupes anglaises).
      2. La deuxieme difficulte est plus considerable, car elle interesse l’ensemble du monde arabe: en remettant en existence la separation des deux regions que sont la Cisjordanie et Gaza, la communaute internationale recreerait une situation ou une solution serait possible sans la destruction d’Israel. Cela, une grande partie du monde arabe (peut-etre en diminution: thanks, President Trump) n’est pas pret a l’accepter.

    2. LeClairvoyant

      De toutes les solutions boiteuses possibles, celle-ci, ne serait pas la pire. Une partie de la Cisjordanie pour la Jordanie, Gaza pour l’Égypte, et le Golan reste acquit pour Israël.

    3. Robert Davis

      Il est évident que la jordanie est la partie palestinienne des arabes et parfaitement conforme au droit international. Il faut cesser de chercher midi à 14h. et Israel DOIT transférer les arabes de J+S en jordanie c’est son DEVOIR. Cessez les tergiversations, aucun tat au monde ne peut survivre en demandant l’accord du monde à chaque instant. Israel a grand BESOIN d’un PM qui sache prendre ses responsabilités et cesse de se cacher sous son lit pour les éviter.

    4. Robert Davis

      André : les gens comme vous,chipoteurs et timorés voyent des difficultés partout et si vous n’en voyez pas vous les créez! Ertes vous capable de mettre votre pantalon sans voir des difficultés et demander la permission de toute la ville?

    5. andre

      A Robert Davis. Le fait de constater que la plus grande partie du monde arabe ne reve que de la destruction d’Israel, et a defini en ce sens un « etat palestinien » compose de deux parties adossees l’une a la Jordanie et l’autre a l’Egypte ne constitue nullement une approbation de cette position. Elle est au contraire un appel aux tierces parties qui contribuent a la quasi-impossibilite d’une solution (par exemple, la diplomatie francaise) a reonnaitre que, quel que soit leur langage, elles appellent en fait a l’aneantissement d’Israel. Ceci dit, un point tout a fait mineur: je passe sur votre vulgarite, que vous prenez sans doute pour de l’humour.

    6. Jankel

      Les Anglais puis les Français sont les essentiels responsables de la fausse Partition: la Jordanie aux Palestiniens et Eretz israel aussi…1947…!
      Les Juifs sont les troisièmes responsables car seuls politiquement dans le bain sur place à avoir négocié comme des ânes. Ensuite les Arabes qui ne veulent pas et ne voudront jamais (à vue de vie d’Homme!) d’occupation d’un quelconque bout de Dar al Islam….
      Conclusion, on stoppe les pseudo-négociations et que le meilleur gagne!?

    7. rico

      100% d’accord avec la solution proposée .Une confédération Jordano-palestinienne incluant les grandes villes arabes de Cisjordanie,ainsi qu’un certains nombre d’arabes Israéliens (y compris certains députés ) qui se sentent plus palestiniens qu’israéliens,cela réglerait définitivement le probléme .Israél est et restera le pays des juifs,qu’il a toujours été .Si les juifs se montrent forts et unis ,ils auront les moyens d’imposer cette solution ….

    8. Ratfucker

      Un pays, ce ne sont pas des pointillés sur la carte, mais les gens qui y habitent. Vous avez une solution pour les 7 millions d’Arabes qui squattent entre le Jourdain et la mer? Merci d’avance pour les yaqua et les fautquon.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *