toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jean-Luc Mélenchon attaqué sur son passé d’élu local


Jean-Luc Mélenchon attaqué sur son passé d’élu local

 » En France, les socialistes ont une si haute idée de leur moralité qu’on croirait presque qu’ils rendent la corruption honnête en s’y livrant ».

Cette réflexion du regretté Jean François Revel prend tout son sens au fil des révélations sur le comportement d’une partie importante des représentants du « peuple de gauche », et les faits reprochés a l’ancien apparatchik de l’aile gauche du partie socialiste Jean-Luc Mélenchon ressemblent étrangement a ceux qui empoisonnent la campagne de François Fillon. Il apparaît de plus en plus évident que ce dernier a mené sa carrière en conformité avec les us et coutumes de la vie politique française que le tribunal médiatique et judiciaire fait mine de découvrir a l’occasion de cette campagne indigeste et inquiétante. Et qu’il est pour l’instant le seul a en payer le prix.

Ce deux poids deux mesures a occulté le véritable débat d’idées indispensable a la démocratie à un moment ou la France, l’Europe et le monde doivent faire face à d’ immenses défis.

Loading...

Savoir si le tribun démagogue, admirateur passionné du dictateur communiste Fidel Castro, voyageait en classe affaire aux frais de la princesse  pour rendre visite au dictateur « progressiste » Hugo Chavez est une chose. Savoir si le tyran multimilliardaire vénézuelien  antisémite proche des Mollahs iraniens qui a ruiné sont peuple malgré la manne pétrolière est pour lui un modèle en est une autre.

© Alain Sayag pour Europe-Israël

 

NÉPOTISME, VOITURE DE FONCTION… JEAN-LUC MÉLENCHON ATTAQUÉ SUR SON PASSÉ D’ÉLU LOCAL

Inéligibilité à vie des élus condamnés, interdiction d’embaucher les membres de sa famille… Jean-Luc Mélenchon s’est montré intraitable sur l’intégrité des élus lundi soir lors du grand débat de TF1. Pour son vieil ennemi Christian Schoettl, élu de l’Essonne, le candidat de «La France insoumise» est pourtant loin d’être irréprochable en la matière.

Christian Schoettl – prononcez «cheutl» – est maire de Janvry, un village champêtre du nord-est de l’Essonne, et ancien conseiller départemental du coin. Aujourd’hui, il bat la campagne dans la circonscription de Limours-Longjugmeau, avec le soutien d’une partie de l’UDI. Mais ce n’est pas ce qui l’a fait connaître : ce centriste doit surtout sa renommée à ses coups d’éclat en justice. Il a notamment fait condamner à dix-huit mois de prison avec sursis et 15.000 euros d’amende Xavier Dugoin, l’ancien président RPR du conseil général, qui avait subtilisé 1.200 bouteilles de vin au département. Aujourd’hui, c’est à Jean-Luc Mélenchon qu’il s’attaque. Interview.

Capital : Vous ne partagez donc pas la conviction de Jean-Luc Mélenchon, selon qui la droite mériterait d’avoir un candidat «plus présentable» que François Fillon ?

Christian Schoettl : Ça va bien les rodomontades ! Jean-Luc Mélenchon est une espèce de matamore qui dénonce les dérives de ses adversaires en oubliant qu’il a fait à peu près la même chose. Quand je l’ai entendu, le 1er mars, déclarer depuis Concarneau, dans le Finistère, que les électeurs de droite «auraient le droit d’avoir un candidat qui puisse être présentable», j’ai pensé qu’il avait perdu la mémoire ou qu’il avait un sacré culot. Alors, on va lui faire une piqûre de rappel, et lui parler de sa propre désinvolture. Parce qu’en décembre 2009, c’est sa fille Maryline qu’il a fait embaucher par le conseil général de l’Essonne.

Learn Hebrew online

Capital : Et pourquoi n’aurait-il eu pas le droit de le faire ?

Christian Schoettl : Mais parce qu’elle n’a pas été embauchée comme collaboratrice du groupe socialiste au conseil général. Là, le recrutement aurait été à la discrétion du politique, comme pour les attachés parlementaires d’un député. Mais en 2009, c’est en tant qu’agent administratif que Maryline Mélenchon a été engagée. Pour réaliser ce recrutement, la collectivité territoriale devait respecter les règles, notamment d’impartialité, qui s’appliquent à toute la fonction publique.

Quand une administration a un poste vacant, elle doit publier une offre d’emploi, recevoir les candidats et recruter le plus compétent, sans bien sûr se préoccuper de savoir quelle est son appartenance politique. Or, à l’issue de cette procédure de recrutement, qui voit-on arriver à un poste de «chargée de coopération» ? La fille d’un ancien vice-président du conseil général, par ailleurs toujours sénateur de l’Essonne. La fille de l’ami des présidents socialistes successifs du conseil général – à l’époque, c’est Michel Berson qui est à sa tête. Vous avouerez que c’est quand même une étrange coïncidence. D’autant plus étrange, que ce n’est pas la première.

Loading...

Capital : Vous voulez dire que ce n’est pas la première fois que Maryline est embauchée grâce à son père?

Christian Schoettl : Son premier job, elle le décroche comme agent administratif à la mairie de Viry-Châtillon, toujours dans l’Essonne. On est en 1998 et elle a 24 ans. Son père est déjà vice-président du Conseil général. C’est, avec Julien Dray, l’un des leaders de la Gauche socialiste, un courant du PS qui entraine dans son sillage pas mal d’élus de l’Essonne. Justement, le lieutenant de Jean-Luc Mélenchon s’appelle Gabriel Amard, et c’est le maire de Viry-Châtillon. Mieux : on le surnomme «monsieur gendre», parce qu’il est le compagnon de Maryline. Si ce n’est pas du favoritisme, je voudrais qu’on me dise ce que c’est.

Capital : Que peut-on faire, selon vous qui connaissez bien les collectivités locales, pour empêcher ces dérives ?

Christian Schoettl : C’est une question de sens moral : les élus devraient être irréprochables. Mais que voulez-vous, ils ont toujours vécu très confortablement de l’argent public ; ils n’ont jamais connu les fins de mois difficiles des autres Français. Alors ils dépensent sans retenue les impôts payés par leurs concitoyens.

Voyez Jean-Luc Mélenchon, encore lui. J’ai là une facture adressée en décembre 1998 au Conseil général par une petite boite de communication événementielle, l’agence Eventissimo, et signée de Mélenchon lui-même. La commande concerne la «conception» artistique d’une carte de vœux, mais sans la fabrication ni l’impression. Cette simple «création» a coûté 94.671 francs soit 18.489 euros aux contribuables essonniens ! Et vous savez qui était la patronne d’Eventissimo ? Je vous le donne en mille : Isabelle Thomas, l’égérie du mouvement étudiant de 1986 contre la loi Devaquet, et animatrice l’aile gauche du PS avec Jean-Luc Mélenchon.

La facture de l’agence Eventissimo :

Tous droits réservésTous droits réservés

À lire aussi :

La folie des grandeurs des élus engloutit des fortunes

Savez-vous combien coûtent les anciens présidents aux contribuables ?

Capital : Vous avez d’autres histoires de ce type ?

Christian Schoettl : Malheureusement oui ! Et ils montrent que Mélenchon a toujours fait preuve désinvolture avec l’argent public. Nous sommes toujours en 1998. A l’époque, il est chargé de l’information et de la communication au conseil général. Il passe commande d’une campagne de relations presse pour vanter les mérites de la Fête de la République à Euro RSCG, l’agence amie des socialistes, que dirigent Jacques Séguéla et Stéphane Fouks. Eh bien, ces 7 journées d’attachée de presse ont coûté 98.972 francs, soit 19.329 euros au conseil général ! Un beau cadeau aux copains.

La facture d’Euro RSCG :

Tous droits réservésTous droits réservés

Capital : En 2007, vous avez enfin obtenu une victoire contre Jean-Luc Mélenchon…

Christian Schoettl : En effet. J’avais attaqué Mélenchon parce qu’en 2004, d’avril à juin, il avait utilisé pendant trois mois un véhicule avec chauffeur du conseil général. Or il n’y avait plus droit puisqu’il n’était plus au Conseil général. Cela pourrrait s’apparenter à un détournement de fonds public dont il a bénéficié, lui, et personne d’autre. J’ai porté plainte ce qui a conduit le procureur de la République à lui signifier un rappel à la loi sous la forme d’un avertissement solennel.

L’avertissement du procureur de Créteil :

Tous droits réservésTous droits réservés

Capital : C’était peut-être pour un usage professionnel ?

Christian Schoettl : J’en doute. Jean-Luc Mélenchon était devenu sénateur. Pourquoi n’utilisait-il pas le généreux pool de voitures du Sénat si tel était le cas ? Vous savez, Mélenchon est un professionnel de la politique, qui a toujours vécu de la générosité des contribuables.

Tenez, un dernier exemple : entre 2000 et 2002, lorsqu’il était devenu ministre délégué à l’Enseignement professionnel, il n’a quasiment jamais plus mis les pieds au Conseil général. Mais plutôt que de démissionner, il a continué à percevoir une indemnité de 2.300 euros par mois. Au total, c’est 57.500 euros d’argent public qu’a perçu le conseiller fantôme. On en pense ce qu’on en veut, mais si la France de Mélenchon est insoumise, Jean-Luc n’est pas indifférent au fric.

Propos recueillis par Étienne Gingembre

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Jean-Luc Mélenchon attaqué sur son passé d’élu local

    1. Armand Maruani.

      Tous ces gauchos sont de grands profiteurs du système .

      Plus ils ont une grande gueule et plus ils pensent qu’ils sont imunisés .

      La loi doit encore plus sévère pour cette fripouille .

    2. Pinhas

      En ce moment le melanchon il fait des risettes à tout va mais son vrai visage va revenir aussi méchant et hargneux .

      Les plus grands capitalistes sont de gauche et d’extrême gauche .

      Ils emploient chaque jour le dicton  » Fais ce que je te dis mais pas ce que je fais  » .

    3. LaLogique

      Il y a beaucoup de démagogie et d’affaires cachées que les juges n’ont pas cherché à élucider dans tous les candidats à l’élection présidentielle. (sauf pour Fillon)
      Dans cet orateur de Melenchon se cache un dictateur., car avec ces détournements de fonds publics que pour l’époque, représentent beaucoup d’argent, puis son népotisme et le « chavisme » de
      Mélenchon est très dangereux pour la France.
      Si je devais donner le timon pour diriger le navire de la France, « malgré tout » ; je pense que Fillon est le plus indiqué des 5 principaux candidats, car à part lui, les 4 autres sont très dangereux !.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *