toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Cinq anciens présidents et premiers ministres libanais envoient une lettre au roi Abdallah de Jordanie condamnant l’ingérence du Hezbollah et de l’Iran


Cinq anciens présidents et premiers ministres libanais envoient une lettre au roi Abdallah de Jordanie condamnant l’ingérence du Hezbollah et de l’Iran

En prévision du sommet de la Ligue arabe du 29 mars 2017 en Jordanie, cinq anciens présidents et premiers ministres libanais – Amine Gemayel, Michel Suleiman, Najib Mikati, Fuad Al-Siniora et Tammam Salam – ont envoyé une lettre au roi Abdallah de Jordanie, qui présidait le sommet, et aux autres dirigeants arabes qui y ont pris part.

Dans cette lettre, publiée le 28 mars 2017 dans le quotidien libanais Al-Nahar, les cinq dirigeants ont présenté les principes qui devraient, selon eux, guider la politique intérieure et extérieure du Liban, à savoir : éviter toute affiliation aux axes régionaux et internationaux et toute implication dans la crise syrienne ; condamner toute ingérence extérieure dans les affaires arabes ; respecter les résolutions de la Ligue arabe et de l’ONU, en particulier la Résolution 1701 du Conseil de Sécurité des Nations unies ; soutenir la compétence exclusive de l’Etat libanais et de ses organes de sécurité à détenir des armes, à s’opposer aux armes illégales et à défendre la souveraineté de l’Etat libanais sur tous les territoires libanais.

Ces principes expriment implicitement l’opposition des cinq personnalités à la possession d’armes par le Hezbollah, à son contrôle de plusieurs régions du Liban et son ingérence en Syrie, ainsi que leur rejet de l’ingérence iranienne dans les affaires arabes. Rédigée et envoyée sans consultation préalable du président libanais Michel Aoun, qui représentait le Liban au sommet, aux côtés du premier ministre Saad Hariri, la lettre témoigne du conflit qui sévit au Liban entre partisans et opposants du Hezbollah, concernant les armes de l’organisation et son intervention armée en Syrie, et concernant l’intervention de l’Iran dans le monde arabe. Elle semble aussi exprimer l’opposition des signataires aux récentes déclarations d’Aoun soutenant l’armement du Hezbollah, déclarations qui avaient suscité des critiques de la Coordinatrice spéciale pour le Liban aux Nations unies, Sigrid Kaag.[1]

Cette lettre a été rédigée alors que le discours d’Aoun au sommet était attendu avec appréhension, chacun se demandant quelle serait la position du Liban quant à l’ingérence de l’Iran dans les affaires arabes. Le Liban s’était en effet abstenu de condamner l’Iran lors des précédents sommets arabes et islamiques, ce qui avait déclenché l’ire de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe et conduit à une rupture entre [le Liban et les autres] pays, et à l’adoption de sanctions économiques contre le Liban.[2]

Loading...

La lettre des Cinq a suscité de vives condamnations de la part des partisans du Hezbollah au Liban.

Les signataires de la lettre : les anciens présidents Michel Suleiman et Amine Gemayel ; les anciens premiers ministres Najib Mikati, Tammam Salam et Fuad Al-Siniora (image : Al-Nahar, Liban)

Source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *