toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Belgique : un ouvrier adepte de l’idéologie nazie perd son emploi à Liège


Belgique : un ouvrier adepte de l’idéologie nazie perd son emploi à Liège

Perdu par la sonnerie de son GSM et les références nazies sur son profil Facebook.

À 45 ans, cet ouvrier a visiblement des opinions bien à lui. Ce qui lui vaut d’avoir reçu son C4, c’est de les avoir affichées sur son lieu de travail et d’avoir utilisé les moyens qu’offre la vie moderne. Y compris la… sonnerie de son téléphone portable.

L’ouvrier avait l’usage d’un GSM professionnel. Avant de le licencier, il y a eu long débat sur la sonnerie qu’il avait installée sur l’appareil. Une certitude, c’est que la sonnerie choquait tout le monde.

Mais s’agissait-il d’une sonnerie militaire respectable comme le seraient la marche des Guides ou celle des Chasseurs ardennais ? Plus douteux, d’une marche allemande ? Ou, comme certains se risquaient à l’affirmer, d’une marche SS ?

Loading...

L’ouvrier, qui avait senti l’oignon, l’avait entre-temps supprimée et remplacée par une des sonneries classiques proposées par son Samsung.

Dans le C4 , l’employeur a dû s’arrêter à dire qu’il s’agissait certainement d’une sonnerie militaire, peut-être de type marche allemande, en tout cas inappropriée dans un GSM professionnel sur le lieu de travail.

Ce qui faisait craindre une sonnerie nazie, ce sont les opinions affichées par l’ouvrier. Opinions que l’employeur a pu objectiver en parcourant le profil Facebook de l’intéressé.

Combien de travailleurs ont-ils des problèmes d’emploi, jusqu’à perdre leur job, à cause de ce qu’ils échangent dans les réseaux sociaux ? Pour l’employeur, Facebook est un vecteur de diffusion d’idées et parfois de propagande de certaines idéologies, qui impacte de façon évidente l’activité professionnelle dès lors que le profil est accessible au public – atteinte à l’image de l’entreprise – et aux collègues.

Et là, l’ouvrier avait posté des photos de symboles nazis tels qu’une bague SS, un képi SS, une photo d’une tête de mort (Totenkopf), des photos de Hitler et Degrelle, d’autres encore représentant le Ku Klux Klan, les Chevaliers du Temple (cette organisation d’extrême droite dont se revendiquait le tueur de Norvège Anders Breivik), une photo dénommée « porc du voile », une autre photo d’affiliation au groupe « Belge ou Français, pas d’islamisation », etc, etc..

Dans son enquête , enfin, la direction interrogea des collègues immédiats. L’employeur apprit ainsi que le collaborateur pratiquait parfois le salut nazi en arrivant au boulot et aussi qu’il ne tarissait pas d’éloge sur le régime nazi, le IIIe Reich et Hitler. L’ouvrier avait vingt-cinq ans d’ancienneté.

Learn Hebrew online

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Belgique : un ouvrier adepte de l’idéologie nazie perd son emploi à Liège

    1. Jean-Francois Morf

      Par contre, vous pouvez être adepte de l’idéologie mahométane qui a tué « 669 million non-muslims » (Googlez!), soit 111 fois la Shoa, et personne n’y trouvera rien à redire!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *