toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le restaurateur de Tremblay-en-France condamné à 5000 euros d’amende pour discrimination


Le restaurateur de Tremblay-en-France condamné à 5000 euros d’amende pour discrimination

Jean-Baptiste Debreux, restaurateur de Tremblay-en-France poursuivi pour discrimination, a été condamné à 5000 euros d’amende dont 3000 avec sursis.

Jean-Baptiste Debreux, un restaurateur de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) qui avait refusé de servir deux femmes coiffées d’un voile, a été condamné jeudi à 5000 euros d’amende, dont 3000 avec sursis – une sentence proche des réquisitions du parquet. Le tribunal correctionnel de Bobigny a également ordonné que son jugement soit affiché pendant deux mois à la porte du Cénacle, l’établissement où les faits se sont produits.

L’homme, âgé de 65 ans, a été reconnu coupable de «discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public». Le 27 août 2016, il avait éconduit deux clientes, Sarah et Myriam, mères de famille d’une trentaine d’années, en leur lançant: «Les terroristes sont musulmans et tous les musulmans sont terroristes, des gens comme vous, j’en veux pas chez moi.» Une partie de la scène, filmée à l’insu du restaurateur par Myriam et diffusée sur les réseaux sociaux dans la foulée, avait créé un tollé à l’époque, en pleine polémique sur le burkini sur les plages françaises. Sarah avait porté plainte tandis que Myriam s’était constituée partie civile. Dans les jours suivants, le restaurateur avait reçu de nombreuses menaces et injures. Très rapidement, il avait publiquement présenté ses excuses.

«Perdu les pédales»

Face aux policiers, Jean-Baptiste Debreux a avoué qu’il avait «perdu les pédales». Pour expliquer son comportement, ce père de deux enfants en instance de divorce avait évoqué le contexte des attentats et la perte d’un proche au Bataclan le 13 novembre 2015. En revanche, il avait soutenu que ses propos n’étaient pas discriminants et qu’il n’avait jamais refusé de servir les deux clientes voilées. Il leur aurait seulement demandé de «venir moins voilées la fois suivante».

Alors que la défense a, un temps, évoqué la possibilité d’un coup monté pour «piéger» Jean-Baptiste Debreux, le président du tribunal avait voulu savoir, lors du procès, pourquoi les deux jeunes femmes se sont rendues dans ce restaurant précis. «Cette réservation n’était pas une opération de testing?», avait demandé le magistrat, tout en rappelant que la pratique des tests de discriminations est légale en France. «Absolument pas, avait répondu la plaignante. C’était un simple rendez-vous entre amies.»

«Refuser de servir ces femmes, c’est refuser de servir toute la société entière» Le procureur

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Le restaurateur de Tremblay-en-France condamné à 5000 euros d’amende pour discrimination

    1. franky

      La prochaine fois, dites leur que la nouriture est impure , qu’il peut y avoir la presence d’animaux impurs (chiens) et qu’il est preferable , pour leur reputation (ca risque d’exiter les males presents) de ne pas frequenter ce type d’endroit.

    2. Claire

      Deux amies musulmanes voilées qui se donnent RV pour déjeuner dans un restaurant qui sert du porc et du vin, et ça ne sent pas le coup monté à plein nez??
      Ce pauvre restaurateur s’est fait piéger, en caméra cachée qui plus est (est-ce légal?). Il n’a plus qu’à mettre la clef sous la porte et à aller s’installer à la campagne, dans la France profonde, là où il n’y a pas encore d’islamistes. A moins que, brisé par cette injustice, il n’abandonne purement et simplement.
      Cette justice à deux vitesses est une honte.
      En tout cas il est clair qu’on ne peut plus faire ce que l’on veut chez soi. La dictature islamique s’affirme de jour en jour.

    3. Pinhas

      5000 euros d’amende !!!

      Et pour le patron du café de sevrant qui refuse les femmes , de combien à t’il écopé ? , zéro euro d’amende .

      Le deux poids , deux mesures et la grande soumission aux muzz est bien en place .
      IL FAUT QUE CELA CHANGE EN MAI ……

      N’ayez pas peur et votez JUSTICE , sinon ne venons plus nous plaindre .

    4. sebag

      je me souviens d’une époque où, en nôtre douce France, certains restaurants n’acceptaient pas les hommes sans cravates. discriminations ?

    5. Slam

      «Refuser de servir ces femmes, c’est refuser de servir toute la société entière»
      Guignol dans les Fourberies de Crétin. Acte III scène III
      Au royaume des menteurs, la vérité est chère payée.

    6. Slam

      « au royaume des menteurs, la vérité est chère payée. »
      Cher payée certes, mais chère tout de même.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    351 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap