toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La véritable histoire du « peuple palestinien » par Binyamin Lachkar


La véritable histoire du « peuple palestinien » par Binyamin Lachkar

Nombreux sont ceux et celles qui imaginent connaitre l’histoire du peuple palestinien. Mais qu’en est-t-il de la véritable histoire de cette population responsable des tensions au Moyen Orient et qui jouit de financements colossaux?

HISTOIRE

Mahmoud Abbas (plus connu en Israel sous le nom de Abu Mazen) a déclaré il y a quelques jours que les Palestiniens descendaient des Cananéens qui vivaient il y a 3,500 ans (ou 6,000 ans ou 10,000 ans ça dépend des jours).
Dans le passé, les Palestiniens expliquaient qu’ils descendaient des Philistins (d’où viendrait le nom Palestine, ce qui est d’ailleurs loin d’être certain), mais ces derniers étant eux mêmes des envahisseurs originaires des iles grecques, cette version est moins souvent utilisée.
Il leur arrive parfois d’affirmer qu’ils descendent des Juifs qui vivaient ici il y a 2000 ans, mais il faut avouer que cette thèse, assez populaire dans les milieux antisionistes occidentaux, l’est beaucoup moins chez les Arabes qui n’ont aucune envie de revendiquer des ancêtres juifs. Ils se limitent juste à parler de Jésus comme d’un Palestinien, une absurdité qui plait beaucoup chez les chrétiens de gauche.
Mais d’où viennent-ils en fait nos chers amis « Palestiniens » ? Ce peuple ancestral qui n’existait pas il y a 50 ans est issu du mélange entre plusieurs populations: les musulmans et chrétiens arabophones qui vivaient en terre d’Israel depuis au moins le 19ème siècle, et des immigrants arabes arrivés massivement, souvent de façon illégale, pendant les années du mandat britannique pour profiter de la croissance économique amenée par l’immigration juive: des égyptiens (comme Arafat), des saoudiens, des bédouins, des syriens, des libanais etc… Il y a probablement eu plus d’immigrants arabes que juifs pendant ces années !

Il semble que près de la moitié de la population non-juive de la Palestine mandataire en 1947 était constituée de ces immigrants et de leurs descendants. Ce qui est un peu génant quand on raconte à tout le monde qu’on est une population indigène envahie par des colons européens blancs (qui eux mêmes viennent pour moitié de pays musulmans).

Loading...

Quand à la population plus ancienne, elle est aussi assez diverse et relativement récente. L’Empire ottoman avait déporté dans la région au 19ème siècle des milliers d’Algériens, de Bosniaques, ou de musulmans du Caucase. Certains ont gardé leur identité propre jusqu’à aujourd’hui mais la plupart se sont entièrement arabisés (comme les habitants du « village » d’Abu Gosh à l’entrée de Jérusalem).

Il semble aussi, mais c’est assez peu clair, que l’Empire ottoman a mené au 17ème ou 18ème siècle une politique de conversion plus ou moins forcée à l’Islam dans la région. Alors que les visiteurs occidentaux du 17ème siècle décrivaient une population majoritairement chrétienne avec une importante minorité juive et un faible nombre de musulmans, au 19ème siècle, les musulmans étaient devenus très majoritaires, tandis que les chrétiens formaient une minorité substantielle et les Juifs, une minorité marginale. Beaucoup sont persuadés que certains Palestiniens actuels, surtout des tribus au sud du mont Hevron qui ont conservé des coutumes et des traditions, sont d’origine juive.

Il n’y a donc aucun peuple palestinien antique vivant là depuis des siècles. Pendant la majeure partie des 1500 dernières années le pays était quasiment vide, la population n’excédant pas 150,000 personnes la plupart du temps (contre 12 millions, Gaza inclue, aujourd’hui). La majeure partie des actuels Palestiniens sont arrivés au 19ème et surtout au 20ème siècle.

Certains diront que tout ceci n’a pas d’importance. Ils sont là maintenant, il faut trouver une solution, ils n’étaient peut-être pas un peuple mais ils le sont aujourd’hui. Je ne suis pas de cet avis. L’histoire ne compte pas pour rien. Les faits ne comptent pas pour rien. Il n’y a aucune raison de créer un énième état arabo-musulman corrompu et dictatorial pour un peuple artificiel et sans histoire. On ne peut pas mettre sur le même plan le peuple juif, ses 3500 ans d’histoire, et son lien indestructible avec cette terre malgré les siècles et les épreuves avec des gens que rien ne différencie des autres Arabes et dont l’identité ne tourne autour que de la haine envers les Juifs.

Contrairement à ce que beaucoup à gauche aiment raconter, ce n’est pas un conflit entre deux légitimités également valables. Ce n’est pas un conflit tragique entre deux peuples qui revendiquent la même terre. C’est un conflit entre le peuple juif qui se bat pour sa terre contre un « non-peuple » sans lien réel avec elle et qui disparaitra aussi vite qu’il est apparu.

Quelques précisions de David Pasder :
L’OLP a été créée par Arafat, né en Egypte, relookée en 1992 en « Autorité Palestinienne » et soutenue par les milliards de dollars versés par l’UE et les pays arabes. Un soi-disant « peuple palestinien » arabe artificiel a été la création d’Evgeny Primakov et du KGB soviétique après la guerre des Six-Jours et suite aux défaites militaires des pays arabes, dans le but de transformer l’Etat d’Israël en « colonisateur » de son propre pays. Précision « intéressante » : le vrai nom d’Evgeny Primakov : Yona Finkelstein ! Vous m’avez compris. Les arabes de Judée-Samarie sont effectivement des migrants de travail arrivés au début du XXème des différents pays arabes entourant Israël. Ajoutons qu’il n’y a jamais eu de « peuple palestinien » arabe. La quasi-majorité des arabes qui habitent en Israël, y compris bien entendu en Judée-Samarie, sont essentiellement arrivés comme migrants de travail en Palestine, c’est à dire le Pays d’Israël – devenu en 1948 l’Etat d’Israël- au début du XXème siècle, afin d’y trouver du travail. Palestine dérive effectivement du mot grec Palaestina qui signifie Philistie, c’est à dire la frange côtière d’Israël autour des villes d’Ashkélon et d’Ashdod, région envahie il y a quatre mille ans par des pirates (européens) venus de Crète puis des îles de la Mer Égée. Le nom « Palestine », Philistie, de même que celui d’Aelia Capitolina donné à Jérusalem, ont été donnés par l’empereur romain Hadrien en l’an 135 lors des massacres des juifs du Pays d’Israël et de leur déportation entre autres à Rome, pour éradiquer le lien entre le peuple juif et la terre d’Israël. Notons également que la notion de nation-état n’existe pas dans l’islam et que la volonté de création d’un « état palestinien » en place de l’Etat d’Israël né dans l’imagination fiévreuse de certains pays européens est inacceptable par … les pays arabes eux-mêmes. En effet, l’islam ne connait d’une part que la notion de structure clanique et d’autre part le Pays d’Israël est considéré comme étant partie intégrante du « Dar Es-Salam », c’est à dire l’espace islamique, à l’instar entre autres des Balkans, l’Espagne et du Sud de la France jusqu’à Poitiers. L’aveuglement antisémite classique, les capitaux massifs injectés en Europe par les riches (pour l’instant) pays arabes et la lâcheté des Chancelleries européennes ne leur permettent pas de voir ce phénomène de tentative de reconquête de l’Europe par les migrants musulmans.

Learn Hebrew online

Source: Facebook





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “La véritable histoire du « peuple palestinien » par Binyamin Lachkar

    1. Malcolm Ode

      « …La quasi-majorité des arabes qui habitent en Israël, y compris bien entendu en Judée-Samarie, sont essentiellement arrivés comme migrants de travail en Pays d’Israël au début du XXème siècle, afin d’y trouver du travail… » et finir par réclamer le pays tout entier sous prétexte d’y avoir prier Satan!

      Il faudrait envoyer cette information à Angela Hollande, Angela Troudeau… et Angela Merkel : comme force de travail, ils sont meilleurs à regarder murir les figues… israéliennes.

      Les musulmans du monde entier interpréteront cet article avec la taqiya : « Les Israéliens s’acharne sur un jeune peuple d’à peine 50 ans… snif-snif!

    2. Parole de jj

      Il n’y a pas de peuple balestinien ,et il n’y aura pas de ce peuple bidon et si les europeen en veulle alors prenez les faite nous plaisir , vous aurez la chance de l’Europe on vous les laisse àvec beaucoup amertume car nous savons que nous allons perdre beaucoups mais que voulez vous ils sont tellement demandé que nous ne pouvons pas nous permettre de payer ses génies , leurs place est chez vous .

    3. Rakoto Sary

      je pense que la grande erreure de l’occident a été de croire que en dispensant un enseignement à une population on arriverait à la maitriser .D’où les sommes faramineuses pour donner une education à la population « palestinienne » des le debut ! Mais ces financements sans fin ont aussi été relayés par des financements dans le but de former les « palestiniens » pour hair Israel . La grande question est : la haine ,dans ce contexte peut-elle etre resorbé ,tant que la finance l’alimente ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *