toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

FN et sortie de l’Europe, une « chance » pour les promoteurs de la charia en France ?


FN et sortie de l’Europe, une « chance » pour les promoteurs de la charia en France ?

Alors que sur BFM le lynchage de François Fillon va bon train, certains points dans les programmes des candidats ont de quoi susciter de sérieuses interrogations. Autant la sortie de la zone euro et la création d’une nouvelle monnaie nationale sont susceptibles, à défaut de mettre en place une Europa de la zone euro, de compliquer la destruction de nos états et société par les chantres du néo libéralisme, autant une sortie de certaines instances européennes pourrait devenir une véritable catastrophe pour la République.

Depuis plusieurs années, la Cour Européenne des Droits de l’Homme joue un rôle régulateur essentiel dans la vie juridique en Europe. Cette instance est saisie, souvent en dernier recours, pour trancher des points de droit particulièrement litigieux. Une fois un arrêté rendu, il fait automatiquement office de loi supranationale auxquels les états signataires ont obligation de se conformer.

Certains de ces arrêtés se sont avérés essentiels pour la préservation de la laïcité en France.

En effet, un arrêté du 31 juillet 2001 indique très clairement que la loi islamique est incompatible avec la démocratie, les droits de l’homme et du citoyen. Cet arrêté a depuis été confirmé par la Grande Chambre de cette cour le 13 février 2003.

Plusieurs décisions récentes ont confirmé la légalité des droits nationaux limitant le port et la visibilité de symboles religieux dans l’espace public ou l’entreprise.

Ainsi en l’absence de jurisprudence ou de loi, la CEDH est devenue un parapluie derrière laquelle la justice se réfugie. La laïcité reste en France une obligation, aucun citoyen n’est en pouvoir de s’y soustraire, sauf dérogations ou statuts particuliers.

Mais si Marine Le Pen élue présidente décide de mettre en place le mécanisme pour sortir la France de l’euro, voir de l’Europe des 28, quid de la Cour Européenne des Droits de l’Homme ? Souhaite t-elle également en faire sortir notre pays ?

Le danger pour les citoyens pourrait se trouver dans l’élection d’après. En effet, si par la suite, un néo libéral était élu à la tête de la République, rien ne l’obligerait à respecter les arrêtés de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Cyniquement, il trouverait dans la charia un outil puissant pour contrôler et soumettre les populations.

Depuis 1971 et l’arrêt de l’indexation du dollar sur l’or par le président Nixon, l’objectif du « système » néo libéral est de déployer toujours plus de moyens pour faire grossir le capital et peu importe le droit, l’éthique ou la morale. Preuve en est : qu’ont retenues les banques du crash de 2007 ? Rien, si ce n’est des états et un président Obama tellement faibles que la planète est devenue un terrain de jeu « sans frontière » pour peu que l’accès aux paradis fiscaux et à une main d’œuvre à l’éducation standardisée leur soient garantis.

Learn Hebrew online

La loi islamiste validée comme code civil par le Parlement entraînerait une obligation d’application par la justice française. Le recul des droits seraient sans précédant pour les individus et donc les travailleurs, en particulier l’interdiction de contester quoi que ce soit. Cet « outil régulateur » dans les mains des néo libéraux signerait là le retour au Moyen Age et  l’occasion de sceller une nouvelle alliance entre pouvoir et religion. C’est la France Métropolis, le peuple soumis en bas, les banquiers en haut.

Madame Le Pen, si vous êtes élue présidente la République, pouvez-vous assurer aux français que jamais la France ne quittera la Cour Européenne des Droits de l’Homme ? La question est d’autant plus pertinente qu’un nombre certain de souverainistes rêve de voir disparaître cette instance supra nationale.

Sébastien COLIN pour Europe Israël News





Chroniqueur Europe Israël News



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “FN et sortie de l’Europe, une « chance » pour les promoteurs de la charia en France ?

    1. Malcolm Ode

      Bien vu. Excellente mise-en-garde. Comme une partie d’échecs.

      Espérons qu’elle saura œuvrer pour la France sur le court, le moyen et le long terme et qu’elle saura surtout s’entourer d’hommes francs du collier comme le Général Martinez… « Make France great again »?

      « Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain »!

    2. Sébastien Colin Post author

      @ Malcolm Ode

      Merci, il me semble que ce point n’est traité nul part et pourtant, il m’apparaît comme vital pour notre République laïque et son devenir. Pour une fois, l’Europe nous protège vraiment !

    3. Jacques B.

      Vous faites erreur, Sébastien Colin. Pour plusieurs raisons :

      1/ La France n’a pas besoin d’une instance supranationale (la Cour européenne des droits de l’homme, en l’occurrence) pour se rendre compte du danger de l’islam. La preuve, vous comme moi et beaucoup d’autres en sommes conscients et nous battons contre l’islamisation du pays. J’irai plus loin : il a bien fallu que les lois et principes inspirant la Cour européenne des droits de l’homme soient inspirés par quelqu’un : ils ne viennent pas de nulle part, des gens les ont portés et les portent et les ont imposés. Car à cette Cour comme ailleurs, tout est question de rapports de forces. Si ces gens sont français, très bien, il leur suffira d’exercer leur influence directement en France ; sinon, cela veut dire que vous actez le fait que la France est incapable (pour diverses raisons : trop d’influence marxiste dans ce pays par exemple, ou trop d’islamo-collaborationnisme) de se sortir elle-même, au moins sur le plan juridique, du guêpier islamiste. Auquel cas, si la France doit être mise sous tutelle (car cela revient à ça) parce qtrop faible, trop immature ou que sais-je, autant la quitter tout de suite et rejoindre le(s) pays dont sont issus les gens qui inspirent les lois et principes de la Cour européenne. En tout cas, moi, c’est ce que je fais : je n’ai aucune envie de dépendre de pays tiers pour la justice de mon pays, pourtant théoriquement rendue au nom du peuple français. Si la France en est à ce point, alors elle est fichue, et autant la quitter pour de bon.

      2/ L’UE, c’est un package : si on a une instance supranationale en matière de justice (faut-il rappeler que la justice est le coeur d’un pays, l’un de ses constituants fondamentaux, avec le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif), on a aussi des instances supranationales en matière d’économie ou encore de libre circulation des biens et des… personnes : autrement dit, pas de frontières. Voulons-nous que des terroristes de nationalité belge, ou allemande, aillent viennent librement chez nous ? Voulons-nous que les réseaux islamistes européens continuent à se développer ? Par dessus tout, voulons-nous confier à l’UE la gestion de nos frontières, via Schengen ? Voulons-nous des passoires que constituent frontières extérieures de l’UE ? Voulons-nous continuer à nous laisser faire la leçon par la folle Merkel en matière d’immigration ? Or l’immigration massive et l’idéologie multiculturaliste qui va avec sont les bases sur lesquelles s’appuie l’islam pour progresser.
      Le package UE, c’est aussi l’euro, formidable outil de démolition de notre économie, en particulier notre industrie, au profit quasi exclusif de l’Allemagne. Comme l’explique bien Guy Millière, l’euro, en réalité c’est le mark. Si nous quittons l’euro sans quitter l’UE, l’euro s’écroulera – mais il s’écroulera tôt ou tard – et l’UE avec, car la logique de cette UE, depuis le début, est d’aller vers une fédération d’États européens, à l’image des USA – sauf que l’Europe est très différente des USA, avec des cultures (à commencer par les langues) trop différentes pour que cela puisse marcher.

      Ne nous focalisons pas sur le court terme, avec la Cour européenne en l’occurrence (d’autres, c’est avec la crainte de voir leurs économies se déprécier du fait de la sortie de l’euro et de la dévaluation du franc nouveau qui suivra – ils oublient que si nous restons dans la zone euro, leurs économies se déprécieront aussi, mois vite mais plus durablement, puisque l’économie ne pourra jamais repartir tant que nous resterons dans la zone euro, donc à long terme ils y perdront).
      L’UE est un tout, une idéologie, celle de la disparition des peuples et des cultures au profit d’une structure supranationale ; l’UE est le laboratoire de la mondialisation voulue par des gens comme Soros ou Clinton. L’UE est fondamentalement ennemie d’Israël (et des Juifs) et du christianisme ; elle ne cesse de faire les yeux doux à l’islam – même si pour l’instant, quelques arrêtés de la Cour peuvent laisser penser le contraire -. L’islamisation gagne dans tous les pays européens – sauf les quelques pays de l’est eurosceptiques – ; l’islamophobie est en train de devenir un délit partout dans l’UE. Tout cela n’est pas un hasard, c’est inscrit dans les gènes de l’UE depuis le début.
      La solution contre la guerre n’est pas, comme le prétendent les européistes, dans la fusion-disparition de nos nations en une seule structure supranationale, mais dans le retour à nos valeurs judéo-chrétiennes.

      Par la porte ou par la fenêtre, il nous faudra quitter cette UE, et le plus tôt sera le mieux, car plus nous attendons, et plus la situation empirera.
      Cela ne nous empêchera pas, évidemment, de conserver de bonnes relations avec nos voisins. Ceux qui prétendent l’inverse sont des ignares de l’Histoire et/ou des menteurs.

      Je n’ai jamais voté FN de ma vie, j’exprime très régulièrement mes réserves sur ce parti ici, mais sur la question de l’Europe, la position souverainiste est la meilleure, la seule digne et crédible à moyen et long terme.

    4. Malcolm Ode

      @Jacques :

      Votre point de vue est également très intéressant et donne à cette tribune un caractère démocratique enrichissant pour lequel on peut remercier Europe-Israël de nous offrir cette tribune.

      Sur votre premier point, j’ai le sentiment que la pilule passe mieux quand les ordres viennent de Bruxelles. Quand ça vient de Paris, peu importe ce que c’est, tout le monde descend dans la rue foutre la chienlit! Mais vous avez effectivement raison sur le risque qu’il y a à confier sa Justice à des « étrangers ».

      Quant à votre second point (on efface tout ce qui ne va pas et on recommence… pas!) « l’Aventure Européenne » aura peut-être servi à définir jusqu’où il ne faut pas aller.

      Là où j’abonde dans votre sens, car c’est l’échine-même de nos entités culturelles européennes distinctes et pourtant compatibles quand vous écrivez : « La solution contre la guerre n’est pas, comme le prétendent les européistes, dans la fusion-disparition de nos nations en une seule structure supranationale, mais dans le retour à nos valeurs judéo-chrétiennes. C’est tellement vrai qu’il ne pourrait y avoir que cela de vrai!

      Comme l’âne qui meurt de faim et de soif devant un bol d’eau et un bol d’avoine parce qu’il n’a pu se décider de boire à droite ou de manger à gauche, le partie de Marine Le Pen n’est pas « d’extrême droite », mais juste bien planté dans ses bottes… françaises.

      Que les miasmes d’antisémitisme qui résident dans les arrières gardes décimées de son parti n’empêche pas les citoyens juifs de France de voir où sont les intérêts supérieurs de leur Pays. Elle ne fera sûrement pas un second Veldive!

      Plébiscitons la Nation

    5. Sébastien Colin Post author

      @ Jacques B.

      j’entends tout à fait vos arguments – ils sont totalement fondés – auxquels j’oppose la lâcheté des uns et des autres depuis 40 ans.

      Les politiques à assumer et à être responsable. Ils préfèrent la morale au droit. La lâcheté d’une partie des juges, préférant eux aussi la morale au droit.

      J’ai une confiance limité dans les uns et les autres. Et je me méfie, comme chaque Républicain serait inspiré de le faire, des néo libéralistes (les socialistes et chiraquiens en France) comme de la peste. 50 ans d’histoire donnent raison à la prudence.

      Dans une négociation forte où la main de la France (qui est le 2em pays le plus important en Europe) ne tremble pas, il est toujours possible, me semble t-il, de pouvoir négocier tel ou tel point. Le brexit est la version hard et punitive d’une sortie de l’Europe.

      En fait, on ne sait pas ce que Marine Le Pen ou Mélenchon au pouvoir pourrait donner dans la négociation en vue de sortir de la zone euro.

      Pour ce qui est de l’écroulement de l’Europe, il est en cours mais personne ne vous le dit. Trump va y mettre un terme avec ses réformes destinées au marché intérieur américain. Merkel étant incapable du moindre compromis, se sera la fin de l’union à 28.

    6. Jacques B.

      @ Sébastien Colin : ce que j’ai oublié de dire, c’est que je comprends votre article et vos questionnements ; je les comprends parce que je me suis parfois fait la réflexion, moi aussi, que la Cour européenne de justice avait tranché et obligé les autorités françaises à aller dans le bon sens.

      Néanmoins, je crois que c’est une chimère que de penser que l’on pourra garder les avantages (à mon sens éphémères, parce que le changement d’optique de la Cour européenne, dans la mauvaise direction, une direction bientôt ouvertement anti-chrétienne et anti-israélienne et pro-islamique n’est qu’une question de temps) de l’UE tout en réduisant voire en se débarrassant de ses inconvénients. La racine est mauvaise, les fruits sont et seront de plus en plus mauvais.

      Je n’en suis pas moins vigilant, pour ne pas dire inquiet, quant à l’évolution de la situation si Marine Le Pen devait être élue. À cause d’une part de son inexpérience, ainsi que de certaines personnes de son entourage, mais aussi parce qu’il est évident que dans ce cas de figure, les gauchistes se déchaîneront et risquent d’entraîner la France vers le désordre, pour ne pas dire le chaos – cependant, si cela devait arriver, il ne faudrait surtout pas en incriminer le FN, mais bien les gauchistes ; chacun ses responsabilités.
      Si MLP ou tout autre souverainiste décidait d’une sortie de l’euro (après référendum selon MLP), il faudrait qu’elle/il assure et que les opérations soient menées rapidement et de façon ferme, pour amortir le choc au maximum.

      Quant à la Cour européenne de justice… j’ai dans l’idée que si un souverainiste est élu, alors c’est que l’état d’esprit des Français aura évolué, (dans le bon sens j’espère – je dis cela pour mes amis juifs) et que l’islam ne sera plus vraiment en odeur de sainteté, ce qui se traduira dans de nouvelles lois que les juges rouges seront obligés, de par leur fonction, d’appliquer, au risque de se trouver eux-mêmes hors-la-loi.

    7. AWE

      Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’être dans l’EU a fait perdre aux différents pays européens leur souveraineté nationale. C’était une grave erreur. Cela fait partie des effets du rouleau compresseur de la mondialisation et du libéralisme. L’homme a voulu faire comme il entend et il n’a pas voulu suivre les conseils divins (venant du vrai Dieu et non d’allah). La France a perdu son patrimoine judéo-chrétien. Commençons tout d’abord par demander pardon à Dieu et soyons attentifs à ce Dieu veut et non à ce que nous voulons. Lisons sa Parole (la Bible) pour connaître sa Volonté. Que Dieu vous bénisse.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *