toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Effacer la peur de la mémoire : les israéliens ont trouvé comment


Effacer la peur de la mémoire : les israéliens ont trouvé comment

Un monde sans peur? Les scientifiques israéliens réussissent à effacer la peur de la mémoire des souris

By Einat Paz-Frankel, NoCamels

Effacer les souvenirs traumatiques pourrait ressembler à de la science-fiction. Pourtant, les scientifiques israéliens ont réussi à effacer le souvenir de la peur chez la souris. Si les humains peuvent à l’avenir effacer les souvenirs indésirables de leur cerveau, des films comme Eternal Sunshine of the Spotless Mind pourraient devenir réalité.

Dans le cadre d’une étude menée à l’Institut Weizmann d’Israël, des chercheurs ont réussi à fermer un mécanisme neuronal par lequel des souvenirs de peur se forment dans le cerveau de la souris. Après la procédure, les souris ont repris leur comportement avant de ressentir la peur, « oubliant » qu’ils avaient déjà été effrayés.

« Cette recherche pourrait un jour aider à détruire les souvenirs traumatiques chez les humains – par exemple, chez les personnes souffrant de syndrome de stress post-traumatique (SSPT) »,

ont déclaré les chercheurs dans un communiqué.

Selon le principal chercheur, le Dr. Ofer Yizhar :

«le cerveau créée de nouveaux souvenirs quand ceux-ci sont associés à de fortes expériences émotionnelles, comme le plaisir intense ou la peur. C’est pourquoi il est plus facile de se rappeler des choses qui vous intéressent, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Mais c’est aussi la raison pour laquelle les souvenirs d’expériences traumatiques sont souvent extrêmement durables, prédisposant les gens à PTSD. »

Dans l’étude, l’équipe de Yizhar a examiné la communication entre deux régions du cerveau: l’amygdale et le cortex préfrontal. L’amygdale joue un rôle central dans le contrôle des émotions, tandis que le cortex préfrontal est principalement responsable des fonctions cognitives et du stockage des souvenirs à long terme.

Des études antérieures ont suggéré que les interactions entre ces deux régions du cerveau contribuent à la formation et le stockage des mémoires averses, et que ces interactions sont compromises dans le SSPT; Mais les mécanismes exacts derrière ces processus étaient inconnus.

Learn Hebrew online

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont d’abord utilisé un virus génétiquement modifié pour marquer les neurones de l’amygdale qui communiquent avec le cortex préfrontal. Ensuite, en utilisant un autre virus, ils ont inséré un gène codant pour une protéine photosensible dans ces neurones. Quand ils projeté une lumière sur le cerveau, seuls les neurones contenant les protéines photosensibles ont été activés.

Ces manipulations, dans le domaine de l’optogénétique – une technique largement étudiée dans le laboratoire de Yizhar – ont permis aux chercheurs d’activer uniquement les neurones amygdales qui interagissent avec le cortex, puis de cartographier les neurones corticaux qui reçoivent l’entrée de ces neurones sensibles à la lumière.

Une fois qu’ils avaient atteint ce contrôle précis sur les interactions cellulaires dans le cerveau, ils se sont tournés vers le comportement d’exploration: les souris qui sont moins craintives sont plus susceptibles de s’aventurer plus loin que d’autres.

Ils ont découvert que lorsque les souris étaient exposées à des stimuli induisant la peur, une puissante ligne de communication était activée entre l’amygdale et le cortex. Les souris dont le cerveau affichait une telle communication étaient plus susceptibles de retenir un souvenir de la peur, agissant effrayées à chaque fois qu’elles entendaient le son qui avait précédemment été accompagné par les stimuli induisant la peur.

« Atténuer les symptômes de la peur et l’anxiété »

Enfin, pour clarifier comment cette ligne de communication contribue à la formation et la stabilité de la mémoire, les scientifiques ont développé une technique optogénétique innovante pour affaiblir la connexion entre l’amygdale et le cortex, en utilisant une série d’impulsions lumineuses répétées.

En effet, une fois que la connexion a été affaiblie, les souris n’ont plus peur en entendant le son «effrayant». Évidemment, «accorder» l’entrée de l’amygdale au cortex avait déstabilisé ou peut-être même détruit leur mémoire de la peur.

Yizhar affirme que sa recherche, récemment publiée dans la revue scientifique Nature Neuroscience, est axée sur une question fondamentale en neurosciences: comment le cerveau intègre l’émotion dans la mémoire?

« Un jour, nos résultats pourront aider à développer de meilleures thérapies ciblant les connexions entre l’amygdale et le cortex préfrontal, afin d’atténuer les symptômes de la peur et les troubles anxieux. »

Maintenant, nous espérons que ces capacités d’effacement du cerveau ne tomberont pas entre de mauvaises mains.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Effacer la peur de la mémoire : les israéliens ont trouvé comment

    1. yannouch

      La Bêtise humaine scientiste dans toute son ignorance de ce qu’est véritablement un être humain et un vivant.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *