toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Après « l’île » de la Guyane, le vote des femmes en 1905 : ça, c’est Macron !


Après « l’île » de la Guyane, le vote des femmes en 1905 : ça, c’est Macron !

Après sa désastreuse « Île » de Guyane, Emmanuel Macron a dû rétropédaler. « Je sais où vous êtes ! » a-t-il déclaré aux Guyanais, comme il avait dit « Je vous ai compris ! » aux pieds-noirs après avoir assimilé la colonisation à un crime contre l’humanité.

Il est vrai que les réseaux sociaux se sont déchaînés : on voit Macron manquant se noyer en tentant de rallier Nice à Bastia au volant de sa voiture, Macron dans une pirogue, en train de pagayer, pour rejoindre l’Île-de-France, etc.

Le problème est que le galopin n’en est pas à son coup d’essai. Comme le rapporte Jean-Marc Morandini sur son blog, « la presse s’amuse des bourdes de Macron » : toujours dans le registre géographique, les uns rappellent que, dans son livre Révolution – pour lequel il a perçu la modique avance de 350.000 € (Gala), qui aurait pu lui permettre de s’offrir les services d’un correcteur -, il a déménagé Villeurbanne (dans la banlieue lyonnaise) chez les Ch’tis : « Lorsqu’on habite Stains en région parisienne ou Villeurbanne en région lilloise (sic), il est plus simple de créer son entreprise […] » Les autres soulignent qu’au mois de décembre, il a déjà fait montre d’un intérêt relatif pour les DOM-TOM, voulant les exiler à l’étranger. Postant, sur Twitter, un selfie pris avec un gamin dans un avion, il commentait : « Avec Mathias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée (sic) en Guadeloupe pour Noël. »

Mais les réseaux sociaux viennent de déterrer une autre énormité, historique celle-là, datant de février et que la « grande presse » ne semble pas avoir remarquée, liée à l’inénarrable fayotage féministe d’Emmanuel Macron.

Loading...

On se souvient de sa déclaration à la Journée de la femme – qui, il est vrai, est un passage obligé dans la campagne : comme le Salon de l’agriculture, pas moyen d’y couper, il faut flatter le flanc des vaches et des femmes si l’on veut y arriver : Macron, l’œil humide, avait émis le souhait d’avoir l’une d’entre elles (une femme, pas une vache) Premier ministre. C’était beau. Nul ne lui a soufflé qu’il pouvait faire mieux en se retirant de la course pour laisser une femme – on en connaît une qui y aspire – devenir président de la République. Mais son féminisme échevelé ne pousse pas l’abnégation jusque-là.

Il l’affiche en revanche ostensiblement dans ses discours, en commençant ses phrases par « celles et ceux ». Parce que cette règle grammaticale qui veut que « le masculin l’emporte sur le féminin » est jugée abominablement phallocrate, on va donc rajouter « celles » à « ceux » même si c’est inutile… et, mieux, commencer par « celles », comme quand on s’efface devant une porte pour laisser passer les dames. (Je me gratte le menton, cette galanterie syntaxique ne procède-t-elle pas de ce que les féministes appellent le sexisme bienveillant ? Je soumets ce dilemme à leur sagacité).

Plein de zèle, sur sa lancée, lors de son meeting à Lyon le 4 février, il a déclaré : « Pour voter cette belle loi de 1905 séparant l’Église et l’État, il a fallu des femmes (sic) et hommes de gauche et de droite. »

Sauf que, pas de bol, il n’y avait aucune femme députée en 1905. Jusqu’en 1945, les femmes ne votaient pas… Et si, d’ailleurs, ce changement a été si tardif, c’est que les élus de gauche le redoutaient, persuadés que les femmes seraient influencées par leur curé ; c’est dire toute l’estime dans laquelle ils tenaient leur indépendance d’esprit. Gageons qu’à la prochaine commémoration, Macron évoquera « celles et ceux » dont le nom figure sur le monument aux morts de 14-18.

En attendant, journaux et réseaux sociaux font la collec’ des boulettes et se tapent sur le ventre, dans ce qui commence à s’apparenter à un Macron bashing : à quelques semaines des élections, cela peut faire des dégâts…

Source

Learn Hebrew online

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Après « l’île » de la Guyane, le vote des femmes en 1905 : ça, c’est Macron !

    1. LeClairvoyant

      Macron, me semble avoir fait un cursus scolaire « en dents de scie », ce qu’a terme finira pour lui couper la branche sur laquelle est assis, du mauvais côté, vu le trouble de l’orientation géographique qu’il a.géographique.qu’il a.

    2. capucine

      Macron ne connait rien à l’histoire française , en dehors des chiffres , il est archi nulle !! impossible de lui faire confiance ..
      JE NE VOTERAIS PAS POUR LUI !! 5 ans de PS ça suffit largement ! il sera la continuité de Hollande .. STOP

      Le 21 avril 1944 , le droit de vote est accordé aux femmes en France par une ordonnance (après un amendement du communiste Fernand Grenier) du Comité français de la Libération nationale, signée par Charles de Gaulle depuis Alger.

    3. LeClairvoyant

      La Guyane « négligée » durant tout le quinquennat et maintenant on fait des excuses, et on sort de la poche 1millard d’euros qui doit lui apporter le nouveau président que sera élu dans 6 semaines, ce milliard , me semble destinée à je ne se pas quel « île ». L’île de France a bon besoin, l’île de la Réunion aussi, l’île de la Corse pourquoi pas. mais comme la France a beaucoup d’îles dans les Caraïbes et le Pacifique, je pense qu’à l’île de la Guyane, ne va lui arriver pas grand chose comme d’habitude.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *