toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Toulouse : L’école islamiste condamnée à fermer par la justice est toujours ouverte et accueille des élèves


Toulouse : L’école islamiste condamnée à fermer par la justice est toujours ouverte et accueille des élèves

.

Ce matin, des agents du Rectorat et de la police municipale ont distribué à Bellefontaine une lettre aux parents à l’entrée de l’école confessionnelle privée Al-Badr, toujours ouverte malgré la fermeture administrative ordonnée le 15 décembre dernier par le tribunal de grande instance de Toulouse. Après ce jugement, l’école aurait du fermer immédiatement : elle est pourtant toujours ouverte et les parents continuent d’y emmener leurs enfants.

Le 15 décembre 2016, le tribunal correctionnel de Toulouse, à travers un jugement, a condamné l’établissement à la fermeture immédiate. Normalement, les élèves devaient changer d’école à la rentrée de janvier. Mais sept semaines plus tard, rien n’a changé.

A la rentrée des vacances du mois de janvier, l’école privée musulmane Al-Badr ne devait pas rouvrir ses portes dans le quartier toulousain de Bellefontaine. Suite à une décision du tribunal correctionnel de Toulouse, le 15 décembre 2016, qui a ordonné la fermeture immédiate de cet établissement hors contrat pour non-respect de l’enseignement du socle commun de l’Education nationale. Une décision de justice qui avait un effet immédiat.

L’établissement toujours ouvert ?

Sauf que sept semaines plus tard, l’établissement accueille toujours une centaine d’élèves. Pourquoi ? « Une décision de cette ampleur, c’est une première en France, explique le procureur de la République de Toulouse Pierre-Yves Couilleau. Cela prend du temps pour faire appliquer ce jugement. D’autant qu’on ne peut pas mettre à la rue une centaine d’élèves du jour au lendemain. »

Vendredi 3 février, une voiture de police était stationnée à une cinquantaine de mètres de l’établissement. Jeudi, des forces de l’ordre étaient présentes aux abords, alors qu’était distribué un courrier mettant en demeure les familles de scolariser leurs enfants ailleurs. Le quatrième de ce type adressé aux parents.

Le bras de fer avec l’école Al-Badr – « une guéguerre » qui dure depuis l’ouverture il y a trois ans, raconte Abdelfattah Rahhaoui, son directeur – aurait dû trouver un point d’orgue le 15 décembre 2016. Ce jour-là, l’imam de 43 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Toulouse à quatre mois d’emprisonnement avec sursis et interdit de diriger ou d’enseigner. Dans un second volet, relatif à des violences sur mineurs, deux mois de prison avec sursis et 3 000 euros d’amende ont été prononcés contre lui.

Ces dernières semaines, de nombreuses réunions ont eu lieu entre les services de justice et ceux de la police et de l’Education Nationale, des documents ont aussi été distribués par les services administratifs pour expliquer la situation aux parents des élèves scolarisés. « Comme pour tout le monde, l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, il faut donc que ces enfants soient scolarisés dans un autre établissement, ou qu’ils suivent une formation à domicile », explique le procureur.

Fermeture définitive prévue mi-février

L’objectif est de fermer définitivement l’école à la rentrée des vacances de février. Si tel n’était pas le cas, le parquet s’autorise à engager de nouvelles poursuites contre l’établissement et son directeur. Le 15 décembre 2016, il a été condamné à une peine de 4 mois de prison avec sursis. Des peines assorties de 8.000 euros d’amende et 1.100 euros de dommages et intérêts. Abdelfattah Rahhaoui a d’ores et déjà annoncé qu’il allait faire appel, mais l’appel ne suspend pas le jugement.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Toulouse : L’école islamiste condamnée à fermer par la justice est toujours ouverte et accueille des élèves

    1. Claire

      Toujours deux poids, deux mesures. Dura lex, sed lex, uniquement pour les autochtones. Petits arrangements entre amis pour les musulmans grâce aux islamo-collabos…

    2. Roland

      Elèves dans une école clandestine ? Supprimez les allocations familiales..Ils vont changer d’école rapidement..Simple non ?

    3. Pinhas

      La peur , la soumission , la lâcheté , le léchage de babouche en échange de la tranquillité .

      Cela me fait penser au film  » Le Parrain  » version MUZZ.

      Je pense que ça va péter dans peu de temps .

    4. Kaya

      Essayez d’ouvrir une école Chrétienne en Arabie Séoudite, dans les émirats du Golfe, au Soudan, en Iral, en Syrie, en Jordanie, en Tursuie, au Yemen, en Turquie, etc… etc ….

    5. blum

       » Emprisonnement avec sursis », amendes non-dissuasives: des mesures aussi molles, floues, à l’image de ce gouvernement rampant devant l’islam conquérant n’ont évidemment rien de propre à faire renoncer les intégristes musulmans de Toulouse.
      Tout atermoiement est un encouragement à multiplier les infractions à la loi française.
      Il y a, pourtant, des gars actifs, au pôle financier activé par Hollande, par procuration, contre Fillon.
      La Justice n’est paralysée que devant les mahométans.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap